• Guerre d'Algérie : des "troufions" bouleversants

    Guerre d'Algérie : des "troufions" bouleversants

     "Troufions" de Thierry Demaizière et Alban Teurlai se consacre à cinq anciens de la guerre d'Algérie. © France 2

    Ils avaient 20 ans pendant la guerre d'Algérie. Ils étaient simples soldats et sortent aujourd'hui du silence dans un documentaire poignant.

    Il paraît que les hommes qui pleurent ont du charme. Alors vous en aurez en regardant les 4 vidéos de cet article.

    Avec cinq hommes, qui avaient 20 ans quand on les a arrachés à leurs vaches, à leur chantier naval et à leur fiancée, pour aller "pacifier" l'Algérie, puisqu'on ne disait pas "guerre".

    Cinq hommes qui n'ont jamais parlé et qui parlent. On regarde leurs belles mains qui tremblent, les larmes qui s'allument au fond de leurs yeux. On les écoute raconter le voyage à fond de cale, leur arrivée dans ce pays inconnu où ils prennent les femmes voilées pour des bonnes soeurs et leur candeur vitrifiée par le conflit.

    Un film de plus sur l'Algérie ? Non, un film sur les hommes et la guerre, sur les choix qu'on fait ou qu'on ne fait pas et qui vous gangrènent la vie. Il est question de "gégène" et de "faire son travail", de "12.7" et de "baignoire", mais surtout des "copains", de la foi en Dieu, de la "trouille" et de l'orgueil, d'un petit garçon qui refuse le bonbon que vous lui tendez et qui vous dit pourquoi : "Vous avez tué mon père hier." Ces hommes sont beaux et brisés.

    Filmés devant leur établi, sur leur petit bateau, avec leur bétail ou avec le cahier où, d'une écriture fine, ils ont consigné l'horreur, ils disent des phrases simples et superbes sur l'enfer qu'est la guerre à 20 ans et ce à quoi se résume une vie d'homme.

    On s'excuse, on ne les a pas notées parce qu'on pleurait. Comme eux.

     

    « Le spectacle musical : "Un été 44" A partir du 4 novembre 2016Hommage à Georges Séguy le plus jeune déporté résistant de France »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter