• Guerre d’Algérie : Torture et exécutions au nom de la France - Raphaëlle Branche

     

     

    Le 7 novembre 2018, il avait été annoncé qu’Emmanuel Macron devait se rendre en Algérie dans le cadre d’une visite d’État pour rencontrer son homologue Abdelaziz Bouteflika en fin d’année. Or, cette visite a été annulée à cause «de l’actualité» chargée qui touche la France «depuis deux mois», selon l’ambassadeur de France à Alger.

    La visite d'État d'Emmanuel Macron prévue en Algérie a été annulée à cause «de l'actualité» chargée qui touche la France «depuis deux mois», a affirmé Xavier Driencourt dans un entretien au site d'information Tout Sur l'Algérie (TSA).

    « J’ai cru comprendre que depuis deux mois, il y a pas mal d’actualité qui ont fait que le président de la République qui, effectivement, envisageait de venir en visite d’Etat en Algérie, ait annulé plusieurs déplacements à l’étranger » a déclaré le diplomate. « Il est quelque peu retenu en France. Il a d’autres préoccupations », a-t-il précisé.

    L'ambassadeur de France à Alger a ajouté que le Premier ministre Édouard Philippe a également annulé une visite en Algérie prévue en décembre 2018. «En décembre, le gouvernement avait un certain nombre d'urgences à traiter», a-t-il encore confié.

    Le 7 novembre 2018, lors de l'inauguration du groupe agroalimentaire algérien Cevital à Charleville-Mézières, Emmanuel Macron avait annoncé son intention d'effectuer un déplacement en Algérie pour rencontrer le chef de l'État Abdelaziz Bouteflika.

    Depuis le samedi 17 novembre 2018, le mouvement social des Gilets jaunes continue de secouer la France. Pour le dixième samedi consécutif, les Gilets jaunes sont descendus samedi 19 janvier 2019 dans les rues un peu partout en France et dans un contexte de tensions toujours aussi vives deux mois après le premier rassemblement du mouvement. Selon le dernier bilan du ministère français de l'Intérieur, 84.000 manifestants ont pris part à travers toute la France à l'acte 10 de la mobilisation nationale.

    Cette crise a débouché sur l'organisation d'un grand débat lancé par Emmanuel Macron. Depuis le 15 janvier, le Président a entamé une tournée des régions pour rencontrer des centaines de maires afin de débattre avec eux de la situation dans le pays. Ce débat devrait durer jusqu'au 15 mars.

    Et pourtant l’histoire que nous allons vous

    raconter maintenant est peut-être le seul

    point positif que nous pouvons accorder

     à Emmanuel Macron

    Guerre d’Algérie : Torture et exécutions

     au nom de la France - Raphaëlle Branche

    Le 13 septembre 2018, Emmanuel Macron s’est rendu chez Josette Audin pour reconnaître la responsabilité de la France dans les tortures et l’assassinat de son mari Maurice, arrêté par l’armée française à Alger en 1957. Le président était accompagné de 3 historien.nes de la Guerre d’Algérie, dont Raphaëlle Branche, autrice de l’unique thèse consacrée aux violences illégales de l’armée française en Algérie. Dans ce deuxième épisode de La Grande H., R. Branche nous explique comment elle a pu démontrer le caractère massif et systémique de la torture et des exécutions sommaires, à partir des archives et d’enquêtes orales. Elle revient les vraies raisons de l’usage de la torture, qui ne tiennent pas à la nécessité d’obtenir des renseignements. Elle analyse enfin la portée de la démarche d’E. Macron concernant Maurice Audin, tout en évoquant les dangers actuels de la logique de suspension, par l’État de droit, des libertés et garanties légales pour certaines catégories de la population pensées comme « suspectes ». Une émission de Julien Théry.

    Raphaëlle Branche est professeure d’histoire contemporaine à l’université de Rouen depuis la rentrée 2014, membre du Conseil supérieur des archives et rédactrice en chef de la revue Vingtième Siècle : Revue d’histoire.
    Raphaëlle Branche. Wikipédia 

    Elle a écrit la préface de « Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance, paroles d’humanité » de la 4acg
    http://www.4acg.org/Guerre-d-Algerie-guerre-d-independance-paroles-d-humanite-par-la-4acg

    SOURCE : http://www.4acg.org/Guerre-d-Algerie-Torture-et-executions-au-nom-de-la-France-Raphaelle-Branche

    « Des ânes pour ramasser les ordures ménagères de la Casbah d'AlgerHenri Pouillot écrit au président de la République »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Janvier à 14:46

    J'ai visionné une nouvelle fois cette interview de Raphaëlle Blanche. J'y ai retrouvé de nombreux éléments que je connaissais et cerné quelques-uns qui m'étaient moins familiers.

    Ainsi le rôle de la terreur que joue la torture. Egalement l'incapacité des anciens responsables politiques à analyser ce qui était en cause.

    Il me semble que le colonialisme doit être clairement dénoncé comme une forme aggravée du capitalisme. Mais il en est l'aboutissement logique. De même que l'ultralibéralisme auquel nous sommes présentement confrontés est le développement cohérent du libéralisme.

    Ma conviction est que pas plus que le colonialisme ne pouvait avoir une dimension humaine le capitalisme ne peut être moralisé.

    Le regard sur notre passé devrait éclairer le présent.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter