• Hélas votre manifestation de protestation à Bollène n'a servi à rien la rue du 19-Mars-1962 a bien été débaptisée remplacée par le nom du putschiste Elie Denoix de Saint-Marc

    A Bollène comme à Béziers

    Un article de Jacques Cros

     

     

    SOURCE : http://cessenon.centerblog.net/6573141-a-bollene-comme-a-beziers?fbclid=IwAR3Wi0Ebb_AXaOHlSxoRKJ5-IpocBBTDHmvkZc9SdNJiX8e7pq5qvS8NdjI 

     

    Photo Gilbert Soulet 

    Mme Bompard, maire d’extrême droite de Bollène, a pris modèle sur son collègue de Béziers et a décidé de débaptiser la rue du 19 mars 1962 pour lui donner le nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un officier putschiste. Certes il avait été un Résistant mais ce n’est certainement pas ce qui a guidé ce choix.. 

    Evidemment l’initiative est lourde de signification. Il s’agit de redorer le blason d’une idéologie qui était celle du colonialisme. On y retrouve les éléments classiques du racisme et de la xénophobie que la crise socio-économique que nous subissons fait renaître.

     

    Le débat qui a eu lieu au sein du conseil municipal de Bollène suite à la proposition de son maire n’a vu parmi les conseillers d’opposition qu’une position cohérente, celle de Serge Fiori, élu communiste. Les autres ont eu des considérations au terme desquelles ils ont déclaré ne pas vouloir se prononcer sur un domaine qui appartient aux historiens. Eh oui, il faut attendre d’avoir les mains dedans pour pouvoir dire avec certitude « Ça en est ! » 

    Les consciences ne sont visiblement pas acquises sur ce qu’était la guerre d’Algérie, une guerre coloniale pour laquelle on avait enrôlé les jeunes Français qui ont eu le malheur d’avoir 20 ans à cette époque. 

    Et les idées ne sont pas plus claires sur les causes de la crise que nous connaissons aujourd’hui, à savoir la logique du profit et ses conséquences désastreuses pour l’immense majorité des gens. 

    Dans ces conditions peut se déployer sans trop de difficulté une analyse qui nie ce qu’a été la réalité de la guerre d’Algérie faite de violences et d’exactions comme le sont les guerres en général. Cela alimente les conceptions belliqueuses qui ont cours dans les relations internationales aujourd’hui. Nous voilà revenus au temps de la politique de la canonnière et du règlement par la force armée des différends. 

    A Bollène les associations d’anciens combattants regroupés dans la FNACA, l’ARAC, l’ANACR et l’ANCAC ont organisé une manifestation de protestation contre cette volonté d’effacer l’aspiration à la paix qui s’était soldée par les Accords d’Evian dont l’application était le cessez-le-feu qui est intervenu le 19 mars 1962 à midi. 

    Contrarié par le vent et la pluie l’initiative a vu la participation d’une centaine de personnes. Ce sont ces citoyens qui avaient la justice et le droit avec eux

    Jacques CROS

    Hélas votre manifestation de protestation à Bollène n'a servi à rien la rue du 19-Mars-1962 a bien été débaptisée remplacée par le nom du putschiste Elie Denoix de Saint-Marc

    Commandant par intérim du 1er régiment étranger de parachutistes, Hélie Denoix de Saint Marc a pris part à la tête de son régiment au putsch des généraux en Algérie en avril 1961.  Cela lui a valu d’être condamné à dix ans de réclusion criminelle. Gracié en 1966 par De Gaulle, il a été  réhabilité dans ses droits en 1978 par Valéry Giscard-d’Estain, il est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur le 28 novembre 2011, par Nicolas Sarkozy. 

     

    Hélas votre manifestation de protestation à Bollène n'a servi à rien la rue du 19-Mars-1962 a bien été débaptisée remplacée par le nom du putschiste Elie Denoix de Saint-Marc

     

     

    POLÉMIQUE

    Bollène :

     La rue Commandant Denoix de Saint-Marc inaugurée

    Hélas votre manifestation de protestation à Bollène n'a servi à rien la rue du 19-Mars-1962 a bien été débaptisée remplacée par le nom du putschiste Elie Denoix de Saint-Marc

    Hélas votre manifestation de protestation à Bollène n'a servi à rien la rue du 19-Mars-1962 a bien été débaptisée remplacée par le nom du putschiste Elie Denoix de Saint-Marc

    La manifestation contre la débaptisation de la « rue du 19 mars 1962 » quelques semaines plus tôt n’aura rien changé. En effet, malgré l’appel de l’ANACR, la FNACA et de l’ARAC, la municipalité a inauguré ce samedi 11 mai l’artère nouvellement baptisée « rue Commandant Denoix de Saint-Marc ». Résistant, déporté, officier parachutiste de la Légion étrangère décoré des plus hautes distinctions militaires mais aussi, l'un des principaux acteurs du putsch des Généraux en 1961 lors de la guerre d’Algérie. Condamné par la France à dix ans de réclusion criminelle, Hélie Denoix de Saint-Marc sera réhabilité dans ses droits en 1978.

    « L’histoire officielle tire des enseignements sur la guerre d’Algérie qui ne correspondent pas à la vérité vécue par des centaines de milliers de français. Par cette dénomination nous rendons justice à ces français anonymes ignorés par l’histoire, harkis et pieds noirs abandonnés puis rejetés par la nation qu’ils ont tant aimé », a déclaré Marie-Claude Bompard.

    Face à des centaines de personnes, élus, représentants d’associations patriotiques, anciens combattants, et de Blandine Bellecombe, fille d’Hélie de St Marc, la maire a réaffirmé par cet acte sa volonté de «  faire perdurer ce souvenir pour les générations à venir » quand « la France a mis du  temps à reconnaitre l’héroïsme d’Hélie de Saint-Marc ».

    L’hommage aura été grand. Lecture du texte « Que dire à un jeune de 20 ans » d’Hélie de Saint-Marc, succession de discours et dévoilement de la plaque, sous les yeux larmoyants de bon nombre de présents. Tous saluant « plus que l’homme, les valeurs qui ont été les siennes toute sa vie : courage, fidélité, honneur ». 

    SOURCE : https://www.ledauphine.com/vaucluse/2019/05/11/bollene-la-rue-commandant-denoix-de-saint-marc-inauguree 

     

    « Dans la poubelle de l'Histoire les nostalgiques de la France coloniale !!!Les relation troubles d’Emmanuel Macron avec l’Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 12 Mai à 10:01
    Eh oui l'idéologie colonialiste reprend du poil de la bête ! Il faut dire que tout y contribue l'état de crise socio-économique que nous vivons et l'impuissance des partis politique prétendument progressistes à offrir une perspective pour en sortir. Les forces les plus réactionnaires surfent sur le vide ainsi créé. On notera que pendant les "!trente glorieuses" personne n'avait l'outrecuidance de réhabiliter le temps de "notre empire colonial" en débaptisant des rues du 19 mars 1962 !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter