• Histoires d'info La torture est-elle justifiée ? Un si long débat français Une émission de France Info entendue hier 26 janvier 2017

    Histoires d'info

     La torture est-elle justifiée ?

    Un si long débat français

    Une émission de France Info entendue

    hier 26 janvier 2017

    Histoires d'info   La torture est-elle justifiée ?  Un si long débat français  Une émission de France Info entendue  hier 26 janvier 2017

    Donald Trump ne serait pas opposé à permettre à nouveau la torture pour lutter contre le terrorisme. Et l'on repense à un débat ouvert en France il y a 60 ans.

    Mars 1958, la IVe République agonisante ne sait plus comment faire en Algérie. Débordée par le FLN, notamment à Alger, le gouvernement a donné quasiment les pleins pouvoirs à l’armée, l’année précédente. De janvier à octobre 1957, sous le commandement du général Massu, les militaires ont pour mission de vaincre le FLN, quels que soient les moyens employés. Et parmi ces moyens, la torture.

    Une torture dénoncée dans Témoignage Chrétien, dès février 1957. Mais la charge la plus forte, notamment parce qu’elle raconte des faits précis et cite des noms, c’est un livre qui sort en février 1958 et qui inquiète immédiatement les autorités politiques. Les interventions d’André Malraux, de François Mauriac ou de Jean-Paul Sartre auprès du président de la République René Coty n’avaient pu empêcher la saisie du livre d’Henri Alleg, La Question, qui sera tout de même réédité quelques jours plus tard en Suisse et connaîtra une très grande diffusion clandestine en France.

    La torture d'État lors de la bataille d'Alger

    Les années 1960 marquent un coup d’arrêt dans le débat sur la torture par l’armée française, avec les décrets de 1962 et la grande loi d'amnistie de 1968. On en parle cependant régulièrement à la faveur d’un film ou d’un livre, comme celui de l’historien Pierre Vidal-Naquet qui publie, en 1972, son grand livre La Torture dans la République.

    C’est à cette période que le général Massu reconnaît la torture dans l’armée française sous son commandement, durant la bataille d’Alger même s’il la minore : "Ça laissait beaucoup moins de traces sur les individus qu'une balle dans le corps, ou même ce que faisaient nos adversaires du FLN vis-à-vis de leurs propres frères qui avaient tué ou qui n'avaient pas respecté leurs interdits, comme couper le nez ou autre chose... Je n'ai jamais coupé de nez et aucun de mes gars non plus."

    Mais c’est surtout au milieu des années 1980 que le grand public est à nouveau saisi de cette question, lorsque Libération publie, en février 1985, le témoignage de cinq Algériens qui affirment avoir été torturés par Le Pen. Jean-Marie Le Pen qui répond quelques heures plus tard : "Ce n'est pas à moi de prouver que je n'ai jamais torturé. Ce sont ces gens, d'ailleurs au mépris de la loi, qui devraient le prouver, car nous ne sommes pas encore, Dieu merci, en système soviétique. Je vous rappelle que c'est le gouvernement socialiste qui dirigeait la France à cette époque. Alors, demandez des confidences à M. François Mitterrand, qui était ministre de l'Intérieur et ministre de la Justice."

    Les remords de Massu, l'aplomb d'Aussaresses

    En 2000, à nouveau, cette question ressurgit. Le Monde publie en juin un témoignage d’une femme torturée et publie les remords du général Massu qui explique que "La torture n'est pas indispensable en temps de guerre" et que l'on pourrait "très bien s'en passer". En octobre, dans L’Humanité, 12 grands témoins appellent l’Etat à tout dire.

    Quelques jours plus tard, le général Aussaresses reconnaît les exécutions sommaires et la torture, mais aucun remord. Il est ici dans le JT de 20 heures de France 2 avec Claude Sérillon :"Nous n'avions pas le choix. Il y avait dans la bataille d'Alger, un grand nombre d'actes terroristes, qui amenaient la mort d'innocents, de femmes et d'enfants."

    La torture d’Etat pratiquée pendant la guerre d’Algérie, justifiée par le terrorisme, a bouleversé les consciences françaises pendant plus de quarante ans. Manifestement les Américains n’en sont pas là.

     

    Pour écouter cette émission cliquez sur ce lien

     

    Histoires d'info   La torture est-elle justifiée ?  Un si long débat français  Une émission de France Info entendue  hier 26 janvier 2017

     

    http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/histoires-d-info/histoires-d-info-la-torture-est-elle-justifiee-un-si-long-debat-francais_2026642.html 

     

    Histoires d'info   La torture est-elle justifiée ?  Un si long débat français  Une émission de France Info entendue  hier 26 janvier 2017

    Nous publions sur le site de l’APHG et de la revue Historiens & Géographes des vidéos restaurées en relation avec la guerre d’Algérie. Elles ont été transmises à la Rédaction par Monsieur Hubert Rouaud, de l’Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre (4ACG), à destination des enseignant(e)s. Nous l’en remercions vivement.

    Par Hubert Rouaud : « Durant l’année 2016 j’ai mis en ligne de nouvelles vidéos en relation avec la guerre d’Algérie et qui sont susceptibles de vous intéresser :

    Pour l’Assemblée générale de 4ACG de mars 2016, avec l’accord du réalisateur André Gazut, j’ai restauré et complété par quelques documents le film consacré au général de Bollardière ».

    Ce film, réalisé par André Gazut en 1974 pour la télévision suisse fut présenté dans divers pays mais resta inconnu en France jusqu'en 2001, victime d'une censure inavouée.

    Cette année-là après quelques projections militantes en province, et un projection officielle dans une salle parisienne, la chaîne LCP-AN fut la seule chaîne télévisée acceptant de le diffuser.
    Il y a trente ans disparaissait Jacques de Bollardière. Pour lui rendre hommage l'association 4ACG (Anciens appelés et leurs amis contre la guerre) a décidé de présenter à nouveau ce film à son assemblée générale. À cette occasion , avec l'accord du réalisateur qui autorise cette diffusion, quelques documents ont été ajoutés au film et quelques défauts de reproduction ont été corrigés.
    Ce documentaire réquisitoire contre la torture, raconte le parcours militaire exceptionnel de Jacques de Bollardière, puisqu'il fut présent sur de nombreux fronts d'opération, avant de dénoncer la torture durant la guerre d'Algérie, et d'être sanctionné pour cette attitude courageuse. Après avoir abandonné l'armée il devint un ardent défenseur de la non-violence et participa entre autres à la lutte du Larzac et à l'expédition contre les essais nucléaires en Polynésie.
     

     

     

    © Hubert Rouaud avec les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 09/01/2017. Tous droits réservés. "Mon ami Hubert Rouaud m'a accordé son autorisation ce dont je le remercie".

    Michel Dandelot

    « SOUVENIRS... SOUVENIRS... C'était le 29 novembre 2007 : Inauguration du Carrefour Jacques Pâris de Bollardière à Paris La belle histoire d’amour entre Jacques Brel et l’Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter