• Hommage aux cheminots qui ont manifesté hier à paris


     

    Des milliers de cheminots

    manifestent à Paris

     contre la réforme ferroviaire

    Hommage aux cheminots en grève...

    Des manifestants participent à un défilé contre la réforme de la SNCF, le 4 juin 2019 sur la place d'Italie à Paris Photo GEOFFROY VAN DER HASSELT. AFP 


     

    Plusieurs milliers de cheminots ont commencé à manifester mardi après-midi à Paris contre la réforme ferroviaire et la dégradation du climat social dans l’entreprise, ont constaté des journalistes de l’AFP.

    «Autour de 12.000 manifestants» étaient présents, a indiqué à l’AFP Cédric Robert, porte-parole de la CGT-Cheminots, pour cette manifestation lancée par les quatre syndicats représentatifs de la SNCF.

    Partis de la place d’Italie peu après 14H00 dans un concert de klaxons, les manifestants ont commencé à défiler dans le calme sur le boulevard Auguste-Blanqui derrière des banderoles affirmant «pour le service public SNCF, il faut agir».

    «Il n’y a pas une seule mesure dans cette réforme qui produise des effets positifs», a affirmé Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, tandis que Roger Dillenseger, secrétaire général de l’Unsa ferroviaire, appelait à «un système ferroviaire répondant aux besoins du service public».

    «Notre combat de l’an dernier était légitime. Aujourd’hui, on voit les premiers effets de la réforme avec des fermetures de lignes, de gares et des suppressions d’emplois massives», a déploré Bruno Poncet, secrétaire fédéral de SUD-Rail, à propos de cette loi planifiant l’ouverture à la concurrence du transport national ferroviaire de voyageurs et instaurant l’arrêt des embauches au statut de cheminot à partir du 1er janvier 2020.

    Dans le cortège, des banderoles proclamaient «Fiers d’être cheminots, toujours prêts à prendre la Bastille» ou encore «la SNCF n’est pas à vendre», «la SNCF appartient au peuple».

    «Cette réforme n’est pas bonne pour la SNCF. C’est la fin du service public, de la sécurité dans les trains», a déploré Laura, 41 ans, conductrice de TER à Toulouse.

    «C’est normal que la SNCF évolue mais pas au détriment du personnel», a affirmé à l’AFP Hervé Le Creurer, un Parisien de 56 ans, en déplorant que son service informatique ait subi «restructurations sur restructurations tous les trois ans pour des raisons diverses depuis 10 ans, avec des changements de postes, de missions, des personnes se retrouvant sur le carreau».

    SOURCE : https://www.liberation.fr/depeches/2019/06/04/des-milliers-de-cheminots-manifestent-a-paris-contre-la-reforme-ferroviaire_1731618 AFP

    Ce fut donc une impressionnante manifestation

    des cheminots hier 4 juin 2019 à Paris
     

    Hommage aux cheminots en grève...

    Disons-le clairement, le covoiturage, le vélo, la trottinette électrique, qui restent des modes de transport individuels, ne répondront jamais à l’immense enjeu des mobilités dans le cadre de flux toujours plus importants. Ils ont leur pertinence, mais comme complément des modes plus structurants, notamment l’offre ferroviaire.
    Or, cette loi ne prévoit pas de recettes nouvelles pour développer l’offre de transports collectifs, comme le proposent les élus communistes, telles que la modernisation du versement transport, l’écotaxe sur les poids lourds en transit, la renationalisation des autoroutes, la baisse du taux de TVA sur les transports publics…
    De fait, ce projet de loi fait de la route l’acteur principal de la mobilité, oubliant les enjeux environnementaux du fret ferroviaire, et entérinant les fermetures de lignes secondaires et de gares, de réduction globale de l’offre de service public ferroviaire. En « ubérisant » les acteurs du transport, en réduisant l’emploi cheminot, elle organise le démantèlement du service public des transports.
    L’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire n’a d’autre fonction que d’apporter une source nouvelle de profit aux acteurs privés en mal de dividendes. C’est un modèle aberrant qui déstructure tout ce qui fait le bien commun comme l’égalité des territoires et des citoyens.

     Dominique Satgé

     

    Hommage aux cheminots qui ont manifesté

    hier à paris

    Hommage aux cheminots en grève...

    Il y a dix ans que Vincent Liechti a composé et écrit cette chanson. Elle prend une résonance particulière en ce moment avec les menaces qui pèsent sur le statut de l'entreprise historique et celui de ses salarié·e·s, et ce mouvement de lutte exemplaire pour éviter que nous nous retrouvions dans quelques années avec des milliers de kilomètres de lignes supprimées et une explosion des tarifs, sans que rien ne soit réglé du point de vue de la sécurité, des retards, des mauvaises conditions de transport, bien au contraire.

    Qui est Vincent Liechti ?

    Il est le fils d’Alban Lietchi qui a refusé

    de porter les armes contre le peuple

    algérien…

    Le documentaire «  le Refus » retrace le combat anticolonial d’Alban Liechti qui refusa en juin 1956 de prendre les armes contre le peuple algérien. Alban Liechti fut incorporé dans l’armée le 5 mars 1956 comme jeune soldat du contingent. Lorsque son contingent est envoyé en Algérie à l’automne 1956, il écrit au président de la république qu’il refuse de faire la guerre au peuple algérien. Il sera condamné à la prison.

    Après 4 années passées dans les prisons d’Algérie et de France, le 17 mars 1961, il est envoyé de force en Algérie dans un commando de Chasse d’un régiment de tirailleurs algériens. Dans le Djebel, de la région de Blida, il patrouille, tout en refusant de mettre les balles dans son arme. Son refus déterminé était celui d’un jeune qui reconnaissait au peuple algérien le droit à l’indépendance. Et ce n’est qu’avec la fin de la Guerre d’Algérie qu’il est libéré, le 8 mars 1962.

     

    Hommage aux cheminots en grève...

    Jean-Philippe Ould Aoudia (Marchand-Feraoun), Alban Liechti (ACCA), Gilles Manceron (LDH) et Georges Morin (Coup de soleil) 

     

     

    « COLLABORATION 1989, FIN DE CAVALE EN SOUTANE POUR PAUL TOUVIERL’instrumentalisation mémorielle *** Par Henri POUILLOT »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Juin 2018 à 15:23

    J'ai eu l'occasion de croiser Alban Liechti lors des obsèques d'un certain Duvallet qui avait collaboré à Alger Républicain et qui était retiré à Cazouls-les-Béziers.

    J'ai eu l'occasion de lire son livre "Le refus". On peut lire la fiche de lecture que j'avais mise en ligne sur mon blog  Lien http://cessenon.centerblog.net/6569407-le-refus

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter