• Hommage aux victimes de l'attentat du vendredi 13 novembre 2015 !



    « Que de crimes on commet en ton nom liberté !  Que de crimes on commet en ton nom démocratie ! Que de crimes on commet en ton nom indépendance ! Vous n'aurez pas notre peur ! Notre haine ! Notre soumission car l'amour est plus fort que votre vie ratée vous les terroristes ! »

     

     

    La peur est notre ennemie

    Vendredi 13 novembre 2015, toute une société fut, à Paris et à Saint-Denis, la cible du terrorisme : notre société, notre France, faite de diversité et de pluralité, de rencontres et de mélanges. C’est cette société ouverte que la terreur voudrait fermer ; la faire taire par la peur, la faire disparaître sous l’horreur. Et c’est elle qu’il nous faut défendre car elle est notre protection.

    Un vendredi soir d’automne, sous un temps clément. Fin de semaine, temps de sortie, moment de détente. Joies des retrouvailles amicales, des concerts musicaux, des matchs sportifs. Sociabilités populaires et juvéniles. Hommes et femmes mêlés, jeunesses sans frontières, plaisirs variés où l’on peut, selon les goûts ou les envies, boire, fumer, danser, se côtoyer, se mélanger, se séduire, s’aimer, bref aller à la rencontre des uns et des autres.

    Il suffit d’aligner ces mots simples, sans grandiloquence, pour partager ce que nous ressentons tous depuis hier : tout un chacun, nos enfants, nos parents, nos amis, nos voisins, nous-mêmes, étions dans le viseur des assassins. 

    Parce qu’ils ne visaient pas des lieux manifestement symboliques comme lors des attentats de janvier, exprimant leur haine de la liberté (Charlie Hebdo) ou leur haine des juifs (l’Hyper Cacher), il s’est dit que les terroristes auteurs des carnages parisiens n’avaient pas de cible. C’est faux : armés par une idéologie totalitaire, dont le discours religieux sert d’argument pour tuer toute pluralité, effacer toute diversité, nier toute individualité, ils avaient pour mission d’effrayer une société qui incarne la promesse inverse.

    Au-delà de la France, de sa politique étrangère ou de ceux qui la gouvernent, leur cible était cet idéal démocratique d’une société de liberté, parce que de droit : droit d’avoir des droits ; égalité des droits, sans distinction d’origine, d’apparence, de croyance ; droit de faire son chemin dans la vie sans être assigné à sa naissance ou à son appartenance. Une société d’individus, dont le « nous » est tissé d’infinis « moi » en relation les uns avec les autres. Une société de libertés individuelles et de droits collectifs. 

    Prendre la juste mesure de ce que menace cette terreur sans précédent sur le territoire hexagonal – les attentats les plus meurtriers en Europe après ceux de Madrid en 2004 –, c’est évidemment mesurer aussi le défi que nous ont lancé les assassins et leurs commanditaires. C’est cette société ouverte que les terroristes veulent fermer. Leur but de guerre est qu’elle se ferme, se replie, se divise, se recroqueville, s’abaisse et s’égare, se perde en somme. Cest notre vivre ensemble qu’ils veulent transformer en guerre intestine, contre nous-mêmes.

    Quels que soient les contextes, époques ou latitudes, le terrorisme parie toujours sur la peur. Non seulement la peur qu’il répand dans la société mais la politique de la peur qu’il suscite au sommet de l’État : une fuite en avant où la terreur totalitaire appelle l’exception démocratique, dans une guerre sans fin, sans fronts ni limites, sans autre objectif stratégique que sa perpétuation, attaques et ripostes se nourrissant les unes les autres, causes et effets s’entremêlant à l’infini sans que jamais n’émerge une issue pacifique.

    Aussi douloureux qu’il soit, il nous faut faire l’effort de saisir la part de rationalité du terrorisme. Pour mieux le combattre, pour ne pas tomber dans son piège, pour ne jamais lui donner raison, par inconscience ou par aveuglement. Ce sont les prophéties auto-réalisatrices qui sont au ressort de ses terrifiantes logiques meurtrières : provoquer par la terreur un chaos encore plus grand dont il espère, en retour, un gain supplémentaire de colère, de ressentiment, d’injustice… Nous le savons, d’expérience vécue, et récente, tant la fuite en avant nord-américaine après les attentats de 2001 est à l’origine du désastre irakien d’où a surgi l’organisation dite État islamique, née des décombres d’un État détruit et des déchirures d’une société violentée.

    Saurons-nous apprendre de ces erreurs catastrophiques, ou bien allons-nous les répéter ? C’est peu dire qu’à cette aune, dans un contexte de crises déjà cumulatives – économique, sociale, écologique, européenne, etc. –, notre pays vit un moment historique où la démocratie redécouvre la tragédie. Où la fragilité de la première est au péril des passions de la seconde. Car l’enjeu immédiat n’est pas au lointain, mais ici même, en France. Nous savions, au lendemain des attentats de janvier, que la véritable épreuve était à venir. Cet automne, au moment de quitter ses fonctions, le juge antiterroriste Marc Trévidic nous l’avait rappelé – « Les jours les plus sombres sont devant nous » (lire ici son interview à Paris-Match) –, dans une alarme qui ne ménageait pas nos dirigeants : « Les politiques prennent des postures martiales, mais ils n’ont pas de vision à long terme. (…) Je ne crois pas au bien-fondé de la stratégie française. »

    Car, devant ce péril qui nous concerne tous, nous ne pouvons délaisser notre avenir et notre sécurité à ceux qui nous gouvernent. S’il leur revient de nous protéger, nous ne devons pas accepter qu’ils le fassent contre nous, malgré nous, sans nous.

    Il est toujours difficile, tant elles sont dans l’instant inaudibles, d’énoncer des questions qui fâchent au lendemain d’événements qui saisissent tout un peuple, le rassemblant dans la compassion et l’effroi. Mais, collectivement, nous ne saurons résister durablement à la terreur qui nous défie si nous ne sommes pas maîtres des réponses qui lui sont apportées. Si nous ne sommes pas informés, consultés, mobilisés. Si l’on nous dénie le droit d’interroger une politique étrangère d’alliance avec des régimes dictatoriaux ou obscurantistes (Égypte, Arabie saoudite), des aventures guerrières sans vision stratégique (notamment au Sahel), des lois sécuritaires dont l’accumulation se révèle inefficace (tandis qu’elles portent atteinte à nos libertés), des discours politiques de courte vue et de faible hauteur (sur l’islam notamment, avec ce refoulé colonial de « l’assimilation »), qui divisent plus qu’ils ne rassemblent, qui alimentent les haines plus qu’ils ne rassurent, qui expriment les peurs d’en haut plus qu’ils ne mobilisent le peuple d’en bas.

    Faire face au terrorisme, c’est faire société, faire muraille de cela même qu’ils veulent abattre. Défendre notre France, notre France arc-en-ciel, forte de sa diversité et de sa pluralité, cette France capable de faire cause commune dans le refus des amalgames et des boucs émissaires. Cette France dont les héros, cette année 2015, étaient aussi musulmans, comme ils furent athées, chrétiens, juifs, francs-maçons, agnostiques, de toutes origines, cultures ou croyances. La France d’Ahmed Merabet, d’origine algérienne, ce gardien de la paix qui a donné sa vie au pied de l’immeuble de Charlie Hebdo. La France de Lassana Bathily, d’origine malienne, cet ancien sans-papiers qui a sauvé nombre d’otages à l’HyperCacher. Cette France qu’ont illustrée, dans cette longue nuit parisienne, tant de sauveteurs, de soignants, de médecins, de policiers, de militaires, de pompiers, de bonnes volontés, mille solidarités elles aussi issues de cette diversité – humaine, sociale, culturelle, confessionnelle, etc. – qui fait la richesse de la France. Et sa force.

    En Grande-Bretagne, lors des attentats de 2005, la société s’était spontanément dressée autour du slogan inventé par un jeune internaute : « We’re Not Afraid. » En Espagne, lors des attentats de 2004, la société s’était spontanément rassemblée autour de ce symbole : des mains levées, paumes ouvertes, tout à la fois désarmées et déterminées.

    Non, nous n’avons pas peur. Sauf de nous-mêmes, si nous y cédions. Sauf de nos dirigeants s’ils nous égarent et nous ignorent. La société que les tueurs voudraient fermer, nous en défendons l’ouverture, plus que jamais. Et le symbole de ce refus, ce pourrait être deux mains qui se rencontrent, se serrent et se mêlent, se tendent l’une vers l’autre. Deux mains croisées, l’une dans l’autre.

    Deux mains en relation.

     

    Procès du 13-Novembre. «Vous avez assassiné nos enfants, pas la France !» lance un père aux accusés

     

    Ce père a perdu son fils au Bataclan. Comme de nombreux proches, il a raconté la souffrance de sa famille. Mais il a aussi tenu à s’adresser aux accusés, notamment à Salah Abdeslam qui soutient que les terroristes visaient la France, pas des personnes en particulier.

    Cet homme, qui ne souhaite pas que son identité soit dévoilée, a 67 ans. Il a perdu son fils le 13 novembre 2015. Ce dernier était âgé de 32 ans et travaillait au sein d’une société de musique. Ce père, qui a aussi travaillé dans le milieu culturel, est en manque de son fils. Notamment de ces moments de complicité où son fils lui faisait découvrir de nouveaux artistes. Il défendait les valeurs de la laïcité, du respect des libertés et des croyances, du vivre ensemble, dans les valeurs de la République. Il aimait la vie. Il était musicien et il collectionnait un nombre incroyable de guitares​, a rappelé son père, ce mardi, devant la cour d’assises.

    « Les premières victimes sont des musulmans »

    Mais ce père de culture musulmane a tenu aussi à répondre aux accusés. Au début du procès, Salah Abdeslam, le seul survivant des commandos du 13 novembre 2015, avait notamment précisé : Moi je vous dis : on a combattu la France, on a attaqué la France, on a visé la population, des civils, mais en réalité on n’a rien de personnel contre ces gens-là. On a visé la France et rien d’autre. ​Il s’en était encore pris aux avions français qui ont bombardé l’État islamique, les hommes, les femmes, les enfants […] François Hollande savait les risques qu’il prenait en attaquant l’État islamique en Syrie​, avait accusé ce Franco-Marocain.

    Des propos et une façon de penser que réfute ce père. Dans une réponse préparée et argumentée, sans jamais regarder les accusés et sans hausser le ton, voici ce qu’il a tenu à leur dire : C’est nos enfants que vous avez assassinés. Pas la France. Vous vous servez de l’islam pour justifier votre croisade contre l’Occident […] Vous reportez la faute sur la France sans jamais vous regarder en face […]

    Je vous rappelle que les premières victimes de votre croisade sont les musulmans eux-mêmes. Je suis en colère car vous vouliez exporter votre système de pensée et votre idéologie en créant le chaos, en installant un sentiment d’insécurité et de rejet des musulmans en Europe en général et en France en particulier. » 

    « Vous ne représentez nullement l’islam »

    Il poursuit : ​« Vous n’êtes qu’un groupe de malfrats en quête d’un territoire, d’une reconnaissance et d’un pouvoir ! Vous ne représentez aucunement l’islam, vous n’avez d’ailleurs aucune légitimité, aucun pays. Vous êtes prêts à tuer toutes personnes ou groupes de personnes qui ne pensent pas comme vous, qui ne partagent pas vos idées. Les musulmans n’ont rien à voir avec ces gens-là. Ces derniers ont-ils seulement lu le texte sacré ?

    Votre entreprise néfaste et criminelle nous cause bien des soucis et des tourments, c’est vrai ! Mais sachez que nous n’accepterons jamais de plier face aux fanatismes, à la barbarie et aux tueurs sanguinaires que vous êtes. J’espère que les âmes des 131 morts et des 500 blessés vous hanteront toutes les nuits jusqu’à votre mort ! Vous avez cru que cet acte barbare allait nous pétrifier et nous anéantir ? Mais vous avez eu tort car il nous a galvanisés. Il nous a rendus encore plus forts et plus déterminés […] Il existe un islam des Lumières et c’est celui-là que je revendique, même si je ne suis pas croyant ».

    SOURCE : https://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentats-paris/proces/13-novembre-un-pere-s-adresse-aux-accuses-vous-avez-assassine-nos-enfants-pas-la-france-427fc6d8-366b-11ec-83a7-1a2811d1fb4b 


     

    Résultat de recherche d'images pour "gifs animés : Hommage aux victimes du Bataclan"

     

    SOUVENIR : Cet article a été mis en ligne

    le 30 novembre 2015 sur mon blog de secours

    "La France a du talent quand elle ne fait pas

    la guerre"

    « Malheureusement la France est en guerre

    depuis 2001

    et de cela il est important de ne pas l'oublier »

    Hommage national : une cérémonie digne

     C'était la France des grands moments

     

     

    Par Saad Khiari

    Auteur, spécialiste de l'Algérie

     

    La cérémonie d'hommage aux victimes des attentats de Paris a ému François Hollande, mais aussi de nombreux Français. Saad Khiari, auteur et spécialiste de l'Algérie fait partie de ceux-là. S'il a été touché par l'interprétation de "Quand on a que l'amour" de Jacques Brel, il l'affirme : lui n'a pas que de l'amour, il a aussi de la fraternité.

    Comme beaucoup de Français, j’ai pleuré vendredi en suivant la cérémonie de la cour des Invalides. C’était beau, digne et plein d’émotion. C’était la France des grands moments. Belle comme toujours, belle comme chaque fois qu’elle se retrouve.

    J’ai pensé : c’est fou ce que c’est beau, la France, quand elle redevient de gauche. Quand elle rassemble les siens, tous les siens.

     

    "La France a du talent quand elle ne fait pas la guerre" 

    J’ai pensé au poète algérien Malek Haddad, amoureux de Saint-Germain-des-Près, compatriote de Kateb Yacine, Kamel Daoud, Boualem Sansal et Yasmina Khadra. Comme eux, fou à lier d’amour pour la langue française, il avait écrit au plus fort de la guerre d’Algérie :

    "C’est fou ce que la France a du talent quand elle ne fait pas la guerre".

    Il pensait à la guerre coloniale bien sûr. Il aurait sûrement ajouté :

    "C’est fou ce que la France a du talent quand elle chante la liberté".

    Quand tout le monde se sent Français, quand tout le monde se sent blessé, quand tout le monde se sent meurtri.

    J'ai de l'amour et de la fraternité 

    Oui, c’est fou ce que c’est beau, la France, quand elle chante l’amour et même quand elle pleure d’amour pour ceux qu’elle a perdus, par un soir de novembre, sous le tonnerre de la mitraille et des balles aveugles.

    Et puis cette cour vide et pleine à la fois ; une tombe à ciel ouvert et le silence aux morts. Et l’ami Jacques Brel. Et la France qui n’a que l’amour à "offrir à ceux-là dont l’unique combat est de chercher le jour", "pour qu’éclatent de joie chaque heure et chaque jour".

    Mais moi, je n’ai pas que l’amour. J’ai aussi de la fraternité. À cœur ouvert et par poignées. À étouffer des poitrines et à chavirer ensemble dans une bruyante farandole, la main dans la main, au rythme des musiques du monde. Les barbares ont semé la mort. Une mort qui n’a pas fait le tri.

    Ils n’aiment pas la musique, les terrasses, la jeunesse et l’avenir. Ils n’aiment que la mort.

    J’ai peur du retour de la nuit 

    Mais je n’ai pas que de la fraternité. J’ai aussi de la joie plein ma besace. À semer le rire par échos et le bonheur par éclats, à faire peur au malheur et fuir les barbares. Je voudrais que la joie demeure, que l’amour nous étreigne et que nous protège la fraternité.

    Je ne voudrais plus qu’on se quitte. Je ne voudrais plus qu’on s’oublie. Je ne voudrais pas que les lampions s’éteignent parce qu’il y a encore des ombres qui rôdent, qui n’aiment pas qu’on s’aime, qui n’aiment pas les mosquées, qui n’aiment pas l’arc-en-ciel, qui n’ont pas les mêmes larmes, qui n’ont pas les mêmes rires et qui détestent la farandole.

    Si je n’ai pas que l’amour, j’ai aussi peur du retour de la nuit et je ne peux rester trop longtemps éveillé. Alors dites autour de vous que j’ai en moi des millions de colombes qui pour rien au monde ne redeviendraient oiseaux. 

    Saad Khiari
     

    « Pascal Blanchard. «La “repentance” sert à brouiller la capacité de penser le passé» !Réaction au rapport de Benjamin Stora *** Par Henri Pouillot »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Novembre 2021 à 13:51

    C'était horrible cet attentat ! Et personne n'est à l'abri de cette violence folle et incontrôlable. Elle est le produit d'un monde à la dérive.

    Oui il faut planter les jalons pour en finir avec cette insécurité. Cela passe par une autre logique que la politique étrangère faite d'interventions militaires ou de menaces nucléaires. Une autre logique aussi que celle que nous connaissons au plan intérieur avec son racisme et sa xénophobie.

    Oui il faut un autre ordre mondial fait de paix et de justice.

    Le terrorisme n'est qu'une variante de l'oppression capitaliste.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :