• Il était le créateur de « Ne me quitte pas » et de « Quand on a que l'amour ». Jacques Brel interprétait la chanson française comme nul autre. Jacques Brel nous a quitté le 9 octobre 1978

    Il était le créateur de « Ne me quitte pas » et de « Quand on a que l'amour ». Jacques Brel interprétait la chanson française comme nul autre. Jacques Brel nous a quitté le 9 octobre 1978

    « Le plus grand Belge de tous les temps »

    « La qualité d'un homme se calcule à sa démesure ; tentez, essayez, échouez même, ce sera votre réussite. » Oui, Jacques Brel avait fait de l'interprétation intense sa manière de chanter. C'était sa signature. Et même trente-six ans après sa mort, cette générosité se ressent toujours, ces chansons restant un élément majeur du patrimoine de la chanson française. Pourtant, Jacques Brel est le «plus grand Belge de tous les temps», selon un sondage de la RTBF. C'est en effet dans la banlieue bruxelloise qu'il voit le jour le 8 avril 1929. Après une enfance assez austère et avec une famille peu réceptive à ses vocations artistiques, Jacques Brel tue l'ennui du quotidien en composant ses premiers morceaux. Déjà, la violence des textes et l'intensité de l'interprétation sont remarquables… mais pas du goût de sa famille, son premier public. Jacques Brel décide alors de quitter la Belgique, pour vivre de sa passion, la scène.


    Le temps de l' « Abbé Brel »

    Dès 1953, le jeune artiste tente alors sa chance à Paris, mais l'accueil réservé à ses chansons enflammées n'est guère plus encourageant. Il chante pour des organisations chrétiennes, ce qui lui vaudra le surnom d' « Abbé Brel ». Il sort aussi un premier 33 tours, mais c'est en 1956, lorsqu'il rencontre deux musiciens que sa carrière prend un réel tournant musical. François Reuber (son orchestrateur attitré) et le pianiste Gérard Jouannest (son accompagnateur scénique et second parolier) l'accompagneront toute sa carrière. Ainsi, petit à petit, Jacques Brel trouve son public. Son deuxième 33 tours, « Quand on a que l'amour », est celui de la révélation ! Il reçoit le Grand prix de l'Académie Charles Cros et l'année suivante, son concert à l'Olympia est un triomphe.

     

    Le marathonien des tournées

    Jacques Brel devient alors l'homme des tournées. Elles se succèdent à un rythme infernal et, le succès grandissant, Jacques Brel est engagé à la fin de l'année 1959 en tête d'affiche à Bobino. Le succès est au rendez-vous. Sur scène, Jacques Brel abandonne la guitare. Il a beaucoup travaillé son chant et sa voix : il chante en maîtrisant totalement son art, ainsi que sa forte personnalité. Il habite ses personnages, il gesticule, il exprime ses rages avec sincérité et gravité. Il enflamme les salles, qu'elles soient parisiennes, londoniennes ou new-yorkaises.

    Une fin au sommet de la gloire

    Ce rythme de vie effréné (Jacques Brel sombre dans tous les excès : femmes, alcool, tabac, nuits blanches) ne cesse de s'accélérer. Le chanteur est au sommet de sa gloire et, pourtant, c'est le moment qu'il choisit pour arrêter sa carrière. En 1966, il décrète qu'il n'a plus rien à dire et qu'il se sent las des tournées sans fin. Et puis il a d'autres projets, comme l'adaptation française de « L'Homme de la Mancha », spectacle musical de Broadway basé sur l'œuvre de Cervantes. Une performance qui sera saluée par tous. Jacques Brel s'essaie également au cinéma, en jouant dans « Les Risques du métier », d'André Cayatte, « Les Assassins de l'ordre » de Marcel Carné en 1971 ou encore « L'Aventure, c'est l'aventure » de Claude Lelouch en 1972. Il réalisera même deux films, « Franz » (1971) et le «Far West» (1972).

    Il était aussi pilote d'avion

    Mais Jacques Brel n'aura jamais complètement abandonné la chanson. En 1977, alors qu'il habite aux îles Marquises et a choisi de se consacrer au pilotage d'avion, il accepte d'enregistrer un nouvel album. Ce sera un véritable événement ! Les pré commandes du disque atteignent le million sans aucune publicité. Jacques Brel bénéficie toujours de l'affection de son public. Aussi, lorsqu'il décède le 9 octobre 1978 des suites d'un cancer, la chanson française perd l'un de ses piliers. Le répertoire de Jacques Brel devient alors un héritage que se partagent les plus grands, de Nina Simone à David Bowie.

     

    « Quand Éric Zemmour défend Vichy imitant Le Pen avec les chambres à gaz qui n’étaient qu’un détail de la seconde guerre mondiale *** Le MRAP va saisir le CSAL'armée algérienne retrouve le campement des ravisseurs d'Hervé Gourdel *** Le point de vue de Jean-Pierre Chevènement »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :