• IL FAUT LE DIRE ET LE RECONNAÎTRE !!! Désignons les vrais responsables de l’assassinat de Maurice Audin et des milliers d’autres…

     

    IL FAUT LE DIRE ET LE RECONNAÎTRE !!!

    Désignons les vrais responsables

     de l’assassinat de Maurice Audin

     et des milliers d’autres…

    Guy Mollet, lors du congrès de la SFIO de 1956 

     

    La reconnaissance de la responsabilité de l'Etat dans la mort de Maurice Audin ne lève pas, loin s'en faut, le voile qui recouvre les exactions perpétrées par l'armée française.

    En prenant position, le 13 septembre dernier, sur la « disparition » du mathématicien Maurice Audin en juin 1957, le président Macron n'a rien apporté à la connaissance historique. Nous n'en savons pas plus, après cette reconnaissance par l'Etat d'une « injustice », qu'avant. La douleur de Josette Audin, veuve du disparu, et de ses enfants en a peut-être été atténuée : voir admise la responsabilité de l'Etat dans la mort du communiste Maurice Audin répondait à leurs vœux obstinés depuis de nombreuses années. Mais cet acte symbolique vise au-delà. Il est aveu d'un dispositif politique qui a marqué négativement l'histoire nationale sous la IVe République : « Si sa mort est en dernier ressort le fait de quelques-uns, elle a néanmoins été rendue possible par un système légalement institué : le système “arrestation-détention” mis en place à la faveur des pouvoirs spéciaux qui avaient été confiés par voie légale aux forces armées à cette période », a déclaré Emmanuel Macron.

    Moins que l'armée qui a exécuté, ce sont donc les politiques qui portent la responsabilité première. Et ici, une très large majorité de députés qui avait voté les « pouvoirs spéciaux » le 12 mars 1956 : socialistes, communistes (sauf six qui n'ont pas pris part au vote), radicaux et MRP. Seuls les poujadistes, Le Pen et quelques autres ont voté contre. Au total, 455 voix contre 76. A s'en tenir au « système légal » pointé par le président de la République, c'est bien le corps politique national qui a ouvert l'engrenage conduisant à la mort de Maurice Audin. 

    ALGÉRIE : Il y a 62 ans, le 12 mars 1956

     le Parti Communiste Français votait

     les POUVOIRS SPÉCIAUX

     au gouvernement socialiste de Guy Mollet… 

    « La grande question, c’est l’attitude

     du Parti Communiste » 

    Qu’évoque pour vous le 12 mars 1956 ? 

    Le vote des pouvoirs spéciaux est un tournant. C’est même la vraie entrée de la France dans la guerre et elle a été décidée par un gouvernement qui, pourtant, avait lors de la campagne électorale de fin décembre 1955 début 1956, a laissé entendre qu’il pourrait mettre fin à la guerre. Au contraire, il a plongé le pays dans la guerre. Durant l’année 1956, le nombre de militaires français passera de 5000 en janvier à 400 000 à la fin 56. Donc c’est vraiment la plongée dans la guerre qui va être rendue possible par le vote des pouvoirs spéciaux le 12 mars 1956.

    Un élément que l’histoire note, mais qu’on a un peu oublié, c’est un pouvoir socialiste qui amène ce nouveau niveau d’intensité du conflit. Qu’en pensez-vous ? 

    C’est vrai que c’est un pouvoir avec un président du Conseil socialiste (NDLR : le parti était alors la SFIO), Guy Mollet. Il faut aussi signaler que Mollet est nommé président, alors que d’autres sont pressentis. On parlait de Pierre Mendès-France qui avait préparé l’indépendance de la Tunisie et du Maroc qui est mise en œuvre officiellement au même moment, en mars 1956. Mendès était plutôt un partisan de la décolonisation. 

    On parlait également de Daniel Mayer, qui était un des rivaux de Guy Mollet au sein des socialistes, un partisan de la paix qui va quitter la SFIO et fonder le PSA puis le PSU avant de prendre la présidence de la Ligue des droits de l’homme contre la politique de Guy Mollet en Algérie. On peut dire qu’il y avait débat au sein des socialistes. Il faut le pointer en même temps mais c’est vrai que Mollet, président du conseil socialiste entraîne la France dans la guerre.

    Qu’est-ce que les historiens savent de ce qui s’est joué en amont, dans les coulisses ? Quelles étaient les forces en présence qui voulaient de ces pouvoirs spéciaux et celles qui y étaient opposées ? 

    Les forces qui poussent à la guerre, c’est le lobby colonial, des intérêts qui prévalent au sein de la communauté des Français d’Algérie. Il n’y a pas un bloc monolithique, mais ce sont les extrémistes et les ultras qui s’imposent. L’armée aussi pousse à la guerre, même si le corps n’est pas là aussi univoque. Après la défaite de l’Indochine, beaucoup sont belliqueux. Il y a aussi une partie des socialistes et une grande partie de la droite. 

    Le général de Gaulle est alors en retrait et on ne sait pas trop ce qu’il pense. La grande question à propos du 12 mars, c’est l’attitude du Parti communiste français qui va voter les pouvoirs spéciaux finalement  bien qu’il y ait des divisions internes en son sein. Cependant, à mon avis, l’URSS qui prépare un voyage de Guy Mollet à Moscou, doit aussi intervenir dans le sens d’une politique «raisonnable» du Parti communiste français, avec une position qui ne serait pas hostile à la guerre. C’est un gros point d’histoire que ce vote du PCF en faveur des pouvoirs spéciaux. 

    Justement, sur ce vote communiste est-ce qu’on peut considérer qu’il y a deux étages, celui de l’état-major de la direction politique qui suit Moscou et la base militante dont une partie va s’opposer à la guerre, notamment par le blocage des trains d’appelés ?
    Il y a des divergences très nettes. Des appelés communistes refuseront de porter les armes. Certains communistes participeront au soutien au FLN. Je pense à Madeleine Rebérioux, universitaire, qui s’engage contre la guerre et la torture. Elle sera signataire du manifeste des 121 réclamant le droit à l’insoumission. La direction communiste lâche ces gens-là, allant jusqu’à leur demander de rendre la carte du parti.
     

    Peut-on estimer que de ce moment-là né le point  de naissance de l’extrême gauche française ? 

    D’une certaine façon oui. Cette opposition interne au Parti Communiste en 1956 qui se manifeste dans des groupes d’opposition à l’intérieur du parti, je pense à la Voix Communiste, tendance et journal. Je pense aussi à des mouvements qui, par la suite, se développeront en groupes maoïstes ou trotskistes… Ce sont les prémices d’un éclatement qu’on constatera chez les étudiants communistes plus tard à la fin de la guerre et dans le parti, plus tard, au détour de 1968 et dans les années 1970. 

     

    « En Algérie, l’affaire Maurice Audin ravive le débat mémoriel sur la colonisation françaiseMarceline Loridan-Ivens : itinéraire d'un siècle »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Septembre à 18:41

    Reconnaître que le parti communiste a commis une erreur en votant les pouvoirs spéciaux est plus facile aujourd'hui. A ma connaissance ce n'est pas fait. C'est vrai que que la faute appartenait à une époque, celle où on n'avait pas encore pris conscience que le colonialisme  était une forme exacerbée de l'exploitation capitaliste devenue insupportable pour ceux qui la subissaient. Il y avait d'autres facteurs qui ont joué. Nombre des 150 députés communistes devaient leur élection à l'accord passé avec les socialistes. Ceci étant la guerre s'est développée et si les Algériens ont payé le prix fort, les appelés du contingent en ont souffert aussi. Je considère que ce serait une bonne chose de porter un jugement lucide sur ce vote du 12 mars 1956. Ça éclairerait par ailleurs la situation politique que nous avons vécue récemment et dont nous n'émergeons pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter