• Il n'a pas de chance "l'emmerdeur sans frontières" des centaines de lieux du 19 Mars 1962 vont être inaugurés dans les prochains mois

     

    Il n'a pas de chance "l'emmerdeur

     

    sans frontières" des centaines

     

    de lieux du 19 Mars 1962 vont

     

    être inaugurés dans les prochains

     

    mois : un exemple :

     

    Une stèle inaugurée à Grèzes

     

    (Lot)

     

     

     

     

     

    Une stèle du 19 mars 1962 a été inaugurée samedi 2 mai 2015 à Grèzes, près de Terrasson (24). "La plupart d'entre eux n'avaient que 20 ans. Le bilan était lourd : plus de 30.000 morts et autant de blessés" dit le maire de Grèzes, Jean-Marie Chanquoi, en ouvrant les discours. "De nombreux membres de ma famille ont fait partie du voyage de l'autre côté de la Méditerranée. Mon père, mes oncles, mes cousins, mes voisins, tous gardent un souvenir douloureux de cette période. Peu de commentaires lors des repas de famille de ces moments qu'il fallait vite oublier" ajoute le maire. "Cette stèle du 19 mars 1962 rappellera à tous ceux qui s'y recueillent combien le sacrifice de milliers de jeunes arrachés à leur famille a été grand..."

    Le président local de la FNACA, Michel Ranoux, témoigne : "nous arrivions sur le sol algérien, méconnu de nous tous. Embuscades, ratissages, nous n'étions aucunement préparés à ce genre de combat", et il ajoute que "cette plaque rappellera aux générations futures une guerre inutile et meurtrière, hélas beaucoup trop oubliée dans les manuels scolaires".

    La stèle est située près du monument aux morts, devant l'église et la mairie. Près de 25 porte-drapeaux sont présents ainsi que la Concorde Terrassonnaise, le président départemental de la FNACA Jean-Pierre Kiefer, et de nombreux élus : le président de la communauté de communes Dominique Bousquet, les maires ou adjoints Serge Eymard, Roland Moulinier, Serge Pedenon, Jean-Jacques Dumontet et Jean Bousquet... Et le conseiller départemental Michel Lajugie qui souligne : "devant cette plaque, le souvenir de ces soldats tombés pour la France doit nous inviter à porter un nouveau regard sur ces atrocités".

     

     

    "La responsabilité de tous est aujourd'hui engagée. Nos jugements, nos comportements sont à interroger. Quelle place donnons-nous à l'Autre, à ceux qui ne pensent pas comme nous, à celui que la couleur de peau n'est pas la même que la nôtre ? Sommes-nous prêts à construire un monde de tolérance et de respect ?" interroge M. Lajugie.

     

    "Cette plaque porte bien, Monsieur le président, la date du 19 mars 1962 !" vient de souligner, avec une pointe d'humour, le maire de Grèzes J.M. Chanquoi (à gauche) au président local de la FNACA Michel Ranoux qui n'a pu retenir un sourire de reconnaissance. En effet, une plaque inaugurée dernièrement dans une commune voisine ne portait pas la date du cessez-le-feu et le président en avait fait la remarque...

     

    Photos Alain Rassat

     

    SOURCE : http://www.ewanews.com/terrasson/terrasson-patrimoine/3524-2015-05-02-10-12-46

     


    « Maire de Béziers, « l’emmerdeur sans frontière Ménard » est spécialiste des décisions polémiques… c’est aussi un opportuniste… devenu plus extrémiste que l’extrême droite…Massacres de Sétif : "L'autre 8 mai 1945", la France qui regarde son histoire en face »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :