• Ils avaient choisi le camp de l’indépendance de leur pays colonisé par la France : C’est tout à leur honneur !!!

     

    Au moment où la coupe du monde de football 2018

    va commencer je vais vous parler de celle de 1958

    en pleine guerre d'Algérie

    " Ils avaient choisi le camp de l’indépendance

    de leur pays colonisé par la France

    C’est tout à leur honneur !!! "

    Ils avaient choisi le camp de l’indépendance  de leur pays colonisé par la France : C’est tout à leur honneur !!!

    Algérie : l'épopée de l'équipe du FLN

     et de Rachid Mekhloufi

    En 1958, en pleine guerre d'Algérie, Rachid Mekhloufi décidait de rejoindre la formation créée par les indépendantistes du FLN avant de terminer sa carrière en France.

    Lorsque Rachid Mekhloufi se replonge dans ses souvenirs de footballeur, c'est l'histoire d'un destin hors norme qui refait surface. Un destin étroitement lié à celui de son pays, l'Algérie. En 1958, il effectue son service militaire au bataillon de Joinville. À 22 ans, il joue à Saint-Etienne et c'est l'un des grands espoirs du foot français. Déjà champion de France, il se prépare à jouer la Coupe du monde en Suède avec les Bleus. À cette époque, la guerre d'Algérie fait rage. À la mi-avril, neuf footballeurs algériens, dont Rachid Mekhloufi, quittent clandestinement la France, renonçant à sa carrière, à la gloire, à l'argent. Il a répondu à l'appel du Front de libération nationale (FLN) sans aucune hésitation.

    Retour triomphal 

    L'affaire crée une onde de choc dans l'opinion. Pendant quatre ans, l'équipe du FLN va disputer plus de 80 matchs dans tout le monde arabe et les pays sympathisants de la cause indépendantiste, comme la Yougoslavie, la Chine, le Vietnam... Elle est devenue le porte-voix de la révolution algérienne. Le 5 juillet 1962, l'Algérie obtient son indépendance. L’équipe du FLN est dissoute. Devenu international algérien, Rachid Mekhloufi reviendra jouer à Saint-Etienne. Un retour gagnant avec trois titres de champion de France et une Coupe de France en 1968, dix ans après sa révolution.

    SOURCE : https://www.francetvinfo.fr/sciences/histoire/algerie-l-epopee-de-l-equipe-du-fln-et-de-rachid-mekhloufi_2797861.html 

    Ils avaient choisi le camp de l’indépendance  de leur pays colonisé par la France : C’est tout à leur honneur !!!

     

    "Un sacrifice pour l'Histoire", la folle histoire 

    des footballeurs du FLN 

     

    Ils avaient choisi le camp de l’indépendance  de leur pays colonisé par la France : C’est tout à leur honneur !!!

    En 1958, à la veille de la Coupe du Monde, 9 footballeurs évoluant dans des clubs français quittent l'hexagone en secret pour fonder "L’Equipe du FLN". Ce documentaire retrace leur folle histoire.

    1958 : la Guerre d’Algérie en est à sa quatrième année. La France, encore dirigée par le Général de Gaulle se prépare pour la Coupe du Monde qui se déroulera en  Suède deux mois plus tard. Le 15 avril, elle découvre que neuf de ses footballeurs d’origine algérienne ont quitté clandestinement l’hexagone pour rallier le siège du Front de Libération Nationale (FLN) à Tunis où  le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) est installé. Et non des moindres. Ils évoluent dans les  plus grands clubs de l'hexagone : Rachid Mekhloufi, de l’AS Saint-Étienne, l'homme de la qualification pour  le Mondial et présélectionné pour la Suède,  Mustapha Zitouni,  Abderrahmane Boubekeur, Abdelaziz Bentifour et  Kaddour Bekhloufi, tous à l’AS Monaco. Il y aussi Amar Rouaï du SCO d’Angers, Abdelhamid Bouchouk et Saïd Brahimi du Toulouse Football-Club, et Abdelhamid Kermali de l’Olympique lyonnais. Ils ont choisi de tout laisser derrière eux - carrière, notoriété, argent- pour soutenir la cause du FLN et l’indépendance d’un peuple. Cette action spectaculaire s'étale à la Une de toute la presse française et internationale.
    On attribue la paternité  de ce plan et de la création d’une équipe de foot afin de promouvoir l’indépendance de l’Algérie à Mohamed Boumezrag, un dirigeant du FLN. En secret, il a contacté les meilleurs joueurs du championnat. Leur fuite rocambolesque est digne d’un polar : ils ont dû ruser  pour détourner l’attention des dirigeants de clubs et de la police française. 

    Les footballeurs se sont divisés en deux groupes: l’un doit se rendre en Suisse, l’autre en Italie et de là gagner la Tunisie. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Dans ce passionnant documentaire, Rachid Mekhloufi raconte qu’il a été contacté par d’autres joueurs. "Ils m’ont dit demain, on va en Tunisie". Mekhloufi n'hésite pas. Originaire de Sétif, il se souvient des massacres du 8 mai 1945, qui l’ont profondément marqué "J’avais 9 ans."  Ce jour-là,  les autorités françaises répriment dans le sang des manifestations nationalistes. 

    Mais Mekhloufi se blesse lors du match Saint-Etienne-Béziers et est amené à l’hôpital. Deux hommes déguisés en infirmiers l'en font sortir pour franchir la frontière Suisse. Des douaniers les contrôlent. Par chance, ils n'ont pas écouté la radio et demandent des autographes. Rachid Mekhoufi sera considéré comme déserteur: il était sous les drapeaux au bataillon de Joinville.

    Ils avaient choisi le camp de l’indépendance  de leur pays colonisé par la France : C’est tout à leur honneur !!!

    Le documentaire est truffé de témoignages des proches des joueurs dont leurs enfants: Redha Bentifour, Karim Rouaï, Malik Zitouni,  qui se souviennent de leur départ précipité de France en famille. Mais aussi du footballeur Just Fontaine et des journalistes Michel Naït-Challal* et Kader Abderrahim*.
    Pendant quatre ans, l’Equipe du FLN va parcourir le monde et se faire le porte-drapeau d’un peuple. La Fifa ne la reconnaît pas et menace  les fédérations qui jouent contre elle de sanctions. La sélection marquera pourtant l'esprit des foules. Son palmarès ? 57 victoires, 14 matchs nuls et 12 défaites pour 83 rencontres. Ce doc raconte l’histoire d’un sacrifice: celui de joueurs qui ont préféré leur idéal à leur carrière. « Avec leurs armes - leurs pieds, leurs jambes et un ballon de foot’, comme le rappelle Kader Abderrahim*, l'équipe du FLN a eu un impact sur la politique et la diplomatie.  Abderrahim cite Ferhat Abbas, président du GPRA "Vous avez fait gagner dix ans à la cause de l’Algérie indépendante".
    Le 5 juillet 1962, l’Algérie acquièrera son indépendance.
     

    * Michel Naït-Challal, ancien journaliste de l'Equipe et auteur de "Les dribbleurs de l'Indépendance. L’incroyable histoire de l’équipe de football du FLN algérien". Editions Les Prolongations. 2008  

    * Kader Abderrahim, auteur de "L'Indépendance comme seul but". Paris Méditerranée. 2008 


    SOURCE :
    http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20161031.OBS0521/ne-ratez-pas-un-sacrifice-pour-l-histoire.html 

     

    « Cérémonie commémorant la préparation des accords d'EvianMaurice Audin : 11 juin 1957 / 11 juin 2018 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Lundi 18 Juin à 00:43

    Bravo Michel pour ce bref rappel de ce que fut l'épopée de l'équipe du FLN .

    Une pierre blanche dans l'histoire de la glorieuse révolution Algérienne.

    Nos amateurs du foot n'étaient pas nombreux à l'époque (devoir patriotique oblige !) mais , l'Algérien se contentait tout simplement du score qu'il pouvait connaître à travers la voix de la radio clandestine du FLN.                                                 Je souligne qu'à l'époque les joueurs jouaient pour le drapeau (et pour le drapeau seulement !) contrairement à ce qui se passe actuellement où des sommes astronomiques sont versées pour se payer les services d'un joueur .

    Autre temps...autre mentalité .

    Un grand merci , mon cher Michel .

     

    Le Canari_de_retour                                                                                                                                                               Blida le : 17*06/2018 à 23h36

    1
    Mercredi 13 Juin à 08:00

    Oui, le sport, le football en l'occurrence, au service d'une cause juste ! Une épopée !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter