• Ils ne confineront pas notre colère...

     

     

    Hier, la journée fut sinistre. Elle a commencé au son des 25 ordonnances du gouvernement. Du jamais vu depuis 1958, en pleine guerre d’Algérie. Elle s’est terminée au son lugubre d’un président de la République qui se met en scène comme un chef de guerre, en espérant ainsi masquer le vide de son discours.

    J’ai beau avoir lu et relu dans la journée ces ordonnances, rien de rien sur les réquisitions d’entreprises, les nationalisations nécessaires. Pas le début d’un plan pour produire ce dont nous avons besoin comme matériels pour les hôpitaux et pour nous protéger collectivement – notamment celles et ceux qui travaillent dans des secteurs essentiels.

    En revanche, ces ordonnances sont carabinées pour détruire le code du travail, avec la semaine de 60 heures autorisée et des remises en cause impressionnantes de conquis sociaux. Les 48 h maximum imposées par les normes européennes sont allègrement piétinées. Toute la souplesse est donnée aux patrons pour flexibiliser, précariser, intensifier le travail. Adieu vacances et dimanches… Les dates des jours de RTT et les jours de repos affectés au compte-épargne temps du salarié pourront être dictées ou modifiées « unilatéralement » par la direction, sans qu’un accord collectif soit requis. Le recours au chômage partiel est facilité. Ne nous y trompons pas : non seulement les ouvriers et employés des secteurs essentiels sont dès aujourd’hui transformés en chair à canon mais tout est préparé pour imposer durablement un nouveau choc ultra-libéral.

    Les banques sont au centre des aides économiques prévues par les ordonnances, sans aucune exigence de contreparties. On aurait pu rêver que les ordonnances interdisent le reversement de dividendes (1), au moins cette année, pour aider au partage des richesses. Nada. L’annonce de 4 milliards d’aide pour les start-up fait un drôle d’effet quand on ne connaît toujours pas le montant du soutien aux hôpitaux…

    Dans la matinée, nous recevons sur nos boucles Telegram un message de notre collègue eurodéputé Younous Omarjee : tant attendus par les soignants libéraux, les 200.000 masques livrés à l’île de La Réunion sont moisis et tâchés, certains avec des insectes dedans ! Idem à Mayotte. Quand le pire se produit en France, c’est toujours le pire du pire dans les Outre-Mer… Accablant... C'était déjà comme ça du temps de l'Algérie française...

    Un peu plus tard, je découvre ce sondage : pour 65% des Français, le gouvernement est responsable de la pénurie car il n’a pas pris les bonnes mesures pour rectifier le tir. La colère monte... Ils ne réussiront pas à la confiner.

    La journée fut affreusement animée par les déclarations de la porte-parole du gouvernement, Sibeth N’Dyae. En pleine crise sanitaire, nous pourrions en rire si nous n’avions pas la gorge si nouée par la gravité de la situation quand en point presse, elle déclare : « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas de traverser toute la France pour aller récolter des fraises ». Chassez le naturel... On se demande comment ce gouvernement peut nous asséner « il y a une continuité pédagogique », puisque les profs doivent trouver les moyens d’assurer cours et/ou devoirs, et, « en même temps », se voir traiter avec autant de mépris et comme s’ils ne faisaient rien de leurs saintes journées… La porte-parole ne s’est pas arrêtée là : « Le Président ne porte pas de masques parce qu’il n’y en a pas besoin quand on respecte les distances de protection ».

    Une fois de plus, on ne comprend rien aux consignes. Or ces contradictions du pouvoir ont un impact concret sur les pratiques des gens et leurs angoisses. Macron nous incite à aller au théâtre et, cinq jours plus tard, l’arrêté de confinement est signé, les espaces culturels sont fermés. Les ministres Blanquer et Véran nous disent de ne pas avoir peur d’envoyer les enfants à l’école et, trois jours plus tard, les établissements scolaires sont fermés. Le gouvernement maintient la tenue des élections municipales mais, la veille, le Premier ministre annonce les mesures de confinement. C’est ainsi que les Français ressentent une navigation à vue au sommet de l’État de nature à accroître le sentiment de ne pas être protégé.

    C’est pour finir avec un masque que nous avons découvert Emmanuel Macron au journal télévisé hier dans un hôpital à Mulhouse. C’est ensuite dans un décor de guerre soigneusement calibré, avec ses tentes militaires, qu’Emmanuel Macron a prononcé son discours. Le Président apparaissait tout petit devant les événements. Il n’a trouvé ni les mots, ni les actes à la hauteur du défi sanitaire. Aucune annonce, en dehors d’un plan pour l’hôpital, déjà annoncé et ré-annoncé, même s’il est maintenant « massif », mais nous ne connaissons toujours pas le montant de la dotation aux hôpitaux, ni celui des primes immédiates… Notons que seuls 22 millions de Français l’ont écouté contre 35 millions lors de sa précédente intervention. Un signe de défiance ?

    Avant de m’endormir, comme un lot intime de consolation dans ce terrible paysage, j’ai entonné ce refrain d’un chant révolutionnaire de 1871 :

    Oui mais !
    Ça branle dans le manche,
    Les mauvais jours finiront.
    Et gare ! à la revanche
    Quand tous les pauvres s’y mettront.
    Quand tous les pauvres s’y mettront.

    SOURCE : http://www.regards.fr/politique/a-l-heure-du-covid-19-chroniques-de-clementine-autain/article/ils-ne-confineront-pas-notre-colere 

    (1) Ouf, nous apprenons ce matin un tout petit geste du gouvernement qui devrait annoncer ce vendredi un projet de loi pour encadrer le versement de dividendes par des entreprises qu'il aide à surmonter la crise du coronavirus, après des annonces de réduction ou d'annulation par une série d'entreprises, mais aussi des appels syndicaux à un effort des actionnaires. 

    « PANDÉMIE de COVID-19 : LE JOUR D’APRÈS SERA CELUI DES COMPTES RADICAL ET SANS CONCESSIONLE MONDE QUI MARCHAIT SUR LA TÊTE EST EN TRAIN DE REMETTRE SES IDÉES A L’ENDROIT »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Samedi 28 Mars à 17:20

    Une vidéo circule, où des connards spéculent sur les bonnes affaires boursières..... à faire, évidemment! ....Entre ces débiles, ceux qui organisent des fiestas sur un rafiot de milliardaires, et les incapables qui nous prennent pour des cons, ma colère explose. Quel monde de tarés!

    1
    Samedi 28 Mars à 08:49

    A chaque chose malheur est bon. En Espagne où le confinement est total on est toutefois autorisé à sortir son chien. Eh bien à Madrid il est possible d'en louer un 5 € de l'heure. Le pouvoir est à l'imagination !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :