• "J'ai un souvenir personnel concernant l'ancien rédacteur en chef Michel Limoges *** Michel Dandelot

     

    "J'ai un souvenir personnel concernant l'ancien

    rédacteur en chef Michel Limoges "

    Michel Dandelot

     

    Chalon-sur-Saône

    Michel Limoges, ancien rédacteur en chef

    du Journal de Saône-et-Loire, est décédé

    Ancienne figure historique de notre journal, Michel Limoges est mort ce vendredi à l’âge de 77 ans. Journaliste, écrivain, ce Bressan doté d’une plume aiguisée a marqué le nom de notre titre.

    Michel Limoges, journaliste, écrivain, est décédé ce vendredi. Photo DR

    Michel Limoges semblait un roc. Sa voix, son rire et ses enthousiasmes résonnent encore dans les murs du Journal de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône. Il était capable de parler avec un même panache de littérature, de sport ; incollable sur la Formule 1, il aimait pratiquer la course à pied et le chant. Et si la littérature et la langue françaises étaient de folles passions, c’est en patois bressan qu’il aimait aussi écrire. Michel Limoges est décédé ce vendredi soir des suites d’un cancer. Il avait 77 ans.

    La Glaudine, c’était lui

    Et l’on peut bien vous le dévoiler aujourd’hui, chers lecteurs, la Glaudine, c’était lui ! Michel Limoges était un Bressan pur souche, né en 1945 à Serrigny-en-Bresse. Attaché à ce territoire, il n’eut de cesse d’en raconter l’histoire et de faire vivre son patois. « J’ai su le patois avant le français », aimait-il à dire. Il l’aimait tant qu’il n’hésita pas à endosser les oripeaux d’une grand-mère à chignon pour narrer les histoires de la Glaudine dès 1995. Une rubrique qui chaque vendredi mettait en joie les Bressans de souche et de cœur. Il s’amusait d’ailleurs beaucoup de recevoir des missives adressées à Madame Glaudine, et parfois même, des chocolats ! S’il gardait précieusement les lettres qui immanquablement atterrissaient dans une pile plus ou moins haute sur son bureau (car il était, faut-il le préciser, assez bordélique, perdant à l’époque d’avant l’internet documents et photographies plus souvent qu’à son tour), en revanche, il offrait volontiers les chocolats à tous ceux qui avaient le bonheur de le croiser.

    Un homme cultivé, un responsable

     de rédaction innovant

    Homme d’une grande culture, Michel Limoges aimait la partager, c’est ainsi qu’il créa plusieurs suppléments,  Samedi & Cie devenu aujourd’hui  Pour Sortir , il était aussi l’inventeur de l’  Été bleu qui a accompagné les beaux jours de tous les Saône-et-Loiriens jusqu’au Covid.

    Michel Limoges avait commencé sa carrière dans l’enseignement, entre 1966 et 1972, il fut instituteur à la maîtrise de la cathédrale d’Autun que dirigeait alors le chanoine Denis Grivot. Assez naturellement, il était devenu journaliste, d’abord à La Gazette indépendante d’Autun entre 1972 et 1976, avant d’être embauché le 1er  octobre 1976 au  Courrier de Saône-et-Loire. Il a fait ses armes à l’agence du Creusot, dont il fut chef d’agence entre 1976 et 1981 avant de rejoindre le siège à Chalon-sur-Saône. Il fut rédacteur en chef du JSL de 1981 à 1995 avant d’en devenir le directeur délégué jusqu’en 2010, date de son départ de notre titre.

    La plume alerte, Michel Limoges aimait écrire, il a publié, d’ailleurs, de nombreux ouvrages. L’un justement intitulé Saône-et-Loire accompagnait les photographies de Josyane Piffaut en 1995. Avec la même photographe, il publia encore Objectif Chalon-sur-Saône. En 2018, on put lire sous sa plume une biographie de Vincenot. Le patois n’étant jamais loin, il avait aussi publié un Dictionnaire du patois et mis en livre les histoires de la Glaudine. Aujourd’hui notre vieille Glaudine est bien triste et nous avec elle. De Michel Limoges, tous ceux qui ont croisé sa route gardent un souvenir ému, une tendresse pour sa bienveillance, sa joie de vivre et son beau rire franc. À sa famille, sa femme Annick et ses trois enfants, la direction, la rédaction et l’ensemble des services de notre journal adressent ses plus sincères condoléances et ses pensées affectueuses.

    Les obsèques de Michel Limoges auront lieu le vendredi 19 mai à 14 h 30 à l’église de Saint-Martin-en-Bresse. 

    François Prétet, ancien PDG, ému

    François Prétet, ancien PDG de notre journal a tenu à rendre hommage à son ancien « bras droit » en passant samedi à Chalon dans les locaux historiques de l’entreprise de presse créée par son père René Prétet. Il a souhaité dire combien Michel Limoges avait compté pour lui. « Un collaborateur d’une grande qualité professionnelle bien sûr, un collaborateur qui m’a accompagné durant toutes ces années passées ensemble, années que nous avons consacrées à développer notre Journal de Saône-et-Loire. Mais au-delà, Michel Limoges était un exemple portant attention aux autres et s’engageant avec simplicité et conviction dans de nombreuses actions sociales et collectives. Il restera dans l’histoire du journal. »

    "J'ai un souvenir personnel concernant l'ancien

    rédacteur en chef Michel Limoges "

     

    Michel Dandelot

    Sur cette photo Michel Limoges, cet homme très grand qui se trouve au premier rang, debout, le 3e à droite en regardant la photo, je me situe à côté de lui à sa droite.

    En présentant mes sincères condoléances à la famille de Michel Limoges, j’ai un souvenir personnel à vous raconter. C’était le temps où j’étais adhérent et actif au sein du Comité FNACA Chalon-Sud. Un soir d'avril 1996 j’ai eu l’honneur de faire visiter le Journal de Saône-et-Loire, ce quotidien où j’ai passé 40 années de ma vie professionnelle, aux adhérents de la FNACA et leurs épouses. Et c’est le regretté Michel Limoges qui a commenté la vie de ce quotidien départemental et national. Voici la photo du journal, dommage pas très nette.

    "Je dédie cet article à tous mes amis de mon Comité FNACA et aussi à tous mes anciens collègues rotativistes dont le métier risque de disparaître avec l'arrivée d'internet" Michel Dandelot - BLOG DE MICHEL DANDELOT (over-blog.com) 

    « Racisme : contre la haine ordinaire et l’indifférence qui gagneL’historien Alain Ruscio nous écrit »

  • Commentaires

    2
    Dimanche 7 Mai 2023 à 13:43

    Émotion partagée.

    1
    Dimanche 7 Mai 2023 à 13:08

    Jean-François Drillien président du Comité FNACA Chalon-sur-Saône écrit :

    Oui Michel était un de mes amis et nous nous sommes rencontrés à de nombreuses occasions, marches, réunions, conférences.

    Il a fait une partie de ses études au petit séminaire de Rimont et participait régulièrement aux assemblées générales annuelles, auxquelles nous avions plaisir à nous retrouver.

    La perte d'un ami, c'est comme la pétale d'une marguerite qui se détache. Avec le temps il en reste de moins en moins.

    jf 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :