• "J'aurais pu faire le choix de partir mais..." le témoignage de Didi, responsable de la sécurité du Bataclan

    "J'aurais pu faire le choix de partir mais..."

    le témoignage de Didi, responsable de la sécurité

    du Bataclan

    Par Fanny Lechevestrier et Joanna Yakin, France Bleu 107.1 et France Bleu

    vendredi 15 janvier 2016  

    © Maxppp

     

    Deux mois après les attentats de Paris, voici un témoignage poignant au micro France Bleu 107.1 : celui de Didi, responsable de la sécurité du Bataclan. Ce vendredi 13 novembre, il a permis à des centaines de spectateurs d'être sauvés. Une pétition circule aujourd'hui pour qu'il soit honoré.

    Il s'appelle Didi, il a 35 ans et est Algérien et habite la France depuis l'âge de 6 mois. Il fait partie de ceux sans qui ce vendredi 13 novembre, le bilan des attentats de Paris aurait été beaucoup plus lourd. Didi était le responsable de la sécurité du Bataclan. Il travaillait pour la salle de spectacle depuis près de dix ans. Ce soir-là, il a ouvert les issues de secours et est retourné à l'intérieur de la salle de spectacle pour mieux guider les personnes vers les sorties. Grâce à lui, des centaines de spectateurs ont été sauvés. Aujourd'hui, il témoigne au micro de France Bleu 107.1. de Joanna Yakin, alors qu'une pétition circule sur internet pour qu'il soit honoré en étant naturalisé français et récompensé de la Légion d'Honneur.

    Pour moi, les héros, cela reste les morts et leurs familles qui doivent porter le deuil

    Didi refuse le terme de héros. "Je parlerais plus d'acte de bravoure ou de sang froid plutôt que d'acte héroïque" confie-t-il d'une voix très posée. Pour lui, " les héros, cela reste les morts et leurs familles qui doivent porter le deuil.(...) Dans toute cette terreur, il y a eu énormément de solidarité, il y a eu beaucoup d'anonymes qui ont eu des actes de bravoure. Moi, ce que j'ai fait, c'est vrai, c'est à plus grande échelle mais pour moi, il y a eu beaucoup d'actes de bravoure".

    Repartir et ouvrir la sortie de secours des loges, là, où je me suis retrouvé bloqué

    Didi aurait pu partir mais.** Au moment de l'attaque terroriste, Didi se trouvait devant le Bataclan. "J'aurais pu faire le choix de partir à l'opposé**" dit-il toujours aussi calmement, "quand on a commencé à évacuer les spectateurs vers la sortie de secours, j'aurais pu et même j'aurais dû partir à ce moment-là en évacuant les premiers spectateurs mais instinctivement, l'idée était de repartir et d'ouvrir la sortie de secours des loges, à l'opposé, là où je me suis retrouvé bloqué ensuite, dans la salle, avec tout le monde" et Didi raconte alors les très longues minutes :"tout le monde était allongé. J'ai dû m'allonger aussi" jusqu'à ce que son talkie-walkie sonne : "je l'ai éteint tout de suite, par chance, on n'a pas été remarqué parce qu'ils continuaient à tirer et il y avait quand même du bruit" (...) Au bout de dix minutes à peu près, quand j'ai vu qu'ils commençaient à recharger et qu'ils étaient à l'opposé de moi, je me suis levé et les gens juste autour de moi se sont levés aussi et on est sorti dans la ruelle."

    Je suis encore là, je suis encore vivant

    Les images, le son de ces tirs. Aujourd'hui, Didi reste traumatisé, toujours en arrêt maladie. Ce qui reste? "les images, le son de ces tirs assourdissant, de ces gémissements, de ces morts tout simplement." Quant à la pétition qui circule aujourd'hui pour qu'il soit honoré, Didi déclare timidement "je ne vous cache pas que cela me fait plaisir de voir tous ces gens qui souhaitent m'honorer par rapport aux actes que j'ai pu faire, cela m'a fait chaud au coeur (.) mais moi, je suis encore là, je suis encore vivant (...) On essaie de se reconstruire du mieux qu'on peut avec sa famille, sa femme, ses amis." Didi a également pu revoir quelques personnes qu'il a sauvées, des moments qu'il qualifie pudiquement de "très émouvants, plein d'émotion. De revoir, vous essayez de reconstruire votre puzzle de cette soirée. (...) Cela me réconforte et ça m'aide à me dire tout simplement que ce que j'ai fait, ce n'était pas pour rien."

    Dans toute cette terreur, il y a eu beaucoup de solidarité et d'actes de bravoure

    La pétition pour honorer Didi est en ligne sur la plateforme Change.org Pour la signer CLIQUEZ ICI. Elle avait déjà recueilli ce jour 20 janvier 2016 à 13 h : 75366 signatures.

    « Bonne nouvelle : le Tribunal administratif de Montpellier juge illégale la milice de Ménard "L'état d'urgence plonge ses racines dans la guerre d'Algérie" par Sylvie Thénault »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter