• Jacques Verges, à propos des massacres de Guelma, Sétif et Kherrata L'AUTRE 8 MAI 1945

    Jacques Verges, à propos des massacres de Guelma, Sétif et Kherrata L'AUTRE 8 MAI 1945

    En 2014 première plaque commémorative

    L'AUTRE 8 MAI 1945

    en Algérie

    inaugurée à Marseille 

    Jacques Verges, à propos des massacres de Guelma, Sétif et Kherrata L'AUTRE 8 MAI 1945

    Jacques Verges, à propos des massacres

    de Guelma, Sétif et Kherrata

     

    L'AUTRE 8 MAI 1945

     

    Afficher l'image d'origine

    Me Jacques Vergès, en tant que juriste, comment nous expliquez-vous ce qu'est le génocide culturel, identitaire ?

    - " "Souvent je dis à des amis Français, qui ne comprennent pas cela, quand les Allemands occupaient la France, qu'est-ce que vous auriez dit s'ils apprenaient l'allemand à vos enfants, si les Allemands changeaient les noms de vos villes ; si à l'école on apprenait à vos enfants l'histoire de l'Allemagne et plus l'histoire de la France, ce serait un cauchemar ! Eh bien, c'est ce que vous avez fait en Algérie et ailleurs. Alors si cela ne s'appelle pas un génocide culturel, je ne vois pas du tout ce que c'est qu'un génocide culturel. Ce qu'il y a de plus grave, c'est que ce génocide est aussi grave que celui qui consiste à massacrer, parce que quand vous avez massacré, vous avez massacré, mais le génocide culturel, lui, a la durée, c'est pour cela que Soljenitsyne, le dissident russe, dit qu'on s'en sort plus vite du communisme et du nazisme que de la colonisation, et c'est compréhensible, parce que Staline n'a pas nié l'identité russe, il l'a exaltée, Hitler aussi pour celle allemande, tandis que la colonisation nie la culture locale. Pour recouvrer la culture nationale, il faut plus de temps et en plus la colonisation a instillé chez le colonisé un complexe d'infériorité, comme le disaient Frantz Fanon et Albert Memmi. Je vais plus loin. Un crime que les Allemands ont commis en France, cela s'appelle Ouradour. Ouradour a fait vingt fois moins de morts que Guelma et Sétif, mais en plus, ce qu'il y a de plus grave à Guelma et à Sétif, si Ouradour a été fait par des SS, les massacres de Guelma et Sétif ont été en grande partie accomplis par des civils, par des colons, c'est-à-dire la population y a participé. Mais qui a donné les armes à la population ? C'est l'Etat, c'est un crime d'Etat."

     

    « L’autre 8 mai 1945 *** Communiqué communLes mythes de la Seconde guerre mondiale suivi de la France coloniale en Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter