• Je viens de recevoir ce message : Hommage (plaque) au Général de Bollardière (torture en Algérie) 10 décembre 2021 - Saint-Junien (Haute-Vienne)

     

    Association Foutez-nous la paix !

    Je viens de recevoir ce message :  Hommage (plaque) au Général  de Bollardière (torture en Algérie) 10 décembre 2021 - Saint-Junien  (Haute-Vienne)

    Je viens de recevoir ce message :

    Hommage (plaque) au Général

    de Bollardière (torture en Algérie)

    10 décembre 2021 - Saint-Junien

    (Haute-Vienne)

    Je viens de recevoir ce message :  Hommage (plaque) au Général  de Bollardière (torture en Algérie) 10 décembre 2021 - Saint-Junien  (Haute-Vienne)

     

     

    Bonjour,

    Nous organisons depuis deux ans un festival consacré à un sujet peu traité médiatiquement et assez peu présent dans la sphère publique: la paix. La 2e édition du festival "Foutez-nous la paix!" s'est tenue du 21 au 31 octobre 2021 à Saint-Junien en Haute-Vienne.
    https://www.cinebourse.fr/site/wp-content/uploads/2021/09/FNLP-Magazine-def-SD.pdf

    Nous sommes une vingtaine de jeunes et de moins jeunes engagés dans l'organisation de cet événement.

    Lors de la première édition, en octobre 2020, nous avions souhaité rendre hommage au Général de Bollardière car nous avons fait le choix d'honorer chaque année un militant de la paix ou de la désobéissance civile qui n'est plus des nôtres. Cette démarche avait eu le soutien de l'Association des Anciens Appelés d'Algérie et leurs Amis contre la Guerre (la 4ACG) et l'accord de la famille du Général de Bollardière par la mise de sa fille Armelle Bothorel.
    Malheureusement, du fait des mesures sanitaires, l'apposition d'une plaque dans une rue de la ville avait été annulée.

    Finalement, la pose de la plaque en hommage au Général Jacques Pâris de Bollardière se tiendra le 10 décembre 2021 à 10H30 Rue de la Paix à Saint-Junien à l'initiative de l'association Foutez-nous la paix!, en partenariat avec la municipalité de Saint-Junien. Le choix de la date ô combien symbolique du 10 décembre, journée internationale des droits humains, est le fruit d'une décision commune avec la mairie.

    La cérémonie sera composée d'un temps de silence, de prises de paroles (famille, 4ACG, Foutez-nous la paix!, l'Union Pacifiste, maire ou son représentant) et de chants en lien avec l'engagement du Général de Bollardière, interprétés par la chorale militante Les Amis de Louise.
    À l'issue de celle-ci, un pot républicain sera offert par la municipalité. Les autorités du territoire et les organisations engagées dans cette lutte pour les droits humains seront conviées à la cérémonie et au pot républicain.

    Bien évidemment, l'association pourra héberger si nécessaire les personnes qui feraient le déplacement à Saint-Junien.
    Un repas dans un restaurant de Saint-Junien aura lieu après le pot républicain (à un tarif négocié, à la charge de chaque participant). Nous aurons besoin avant le 3 décembre de connaître les personnes désirant y participer tout comme celles qui souhaitent être logées chez l'habitant.

    N'hésitez pas à revenir vers nous si vous avez des questions.

    Merci de faire circuler autant que possible sur la cérémonie!

    Dans l'attente,

    Fraternellement

    L'association Foutez-nous la paix!

    Daniel Matias
    Coprésident de Foutez-nous la paix!

    Baptiser un festival au moyen d’une expression

    populaire pour stigmatiser les guerres… 

     

    Quelle drôle d’idée ! Elle dit pourtant l’urgence, l’importance de vivre en paix pour vivre heureux. Elle est l’apostrophe insolente adressée aux va-t-en-guerre, aux marchands d’armes, aux monstres froids qui nourrissent la misère des hommes. Elles est un cri qui résonne partout sur la planète.

    Le constat est sans appel : la guerre prospère. Depuis 1990, entre 35 et 50 conflits armés ont lieu chaque année dans le monde. Certes, les affrontements interétatiques sont en recul, mais à mesure où disparaissait la frontière entre combattants et non-combattants, les civils sont devenus des cibles à part entière des bombardements, blocus, massacres, génocides et épurations ethniques. Et puis, à l’heure des chaînes infos et de l’omniprésence des réseaux sociaux, la guerre peut être médiatisée (Irak, Syrie...) ou oubliée (Yémen, Soudan du Sud...). La guerre c’est aussi les violences sur les corps et les esprits d’un système économique de plus en plus contesté.

    Face à la montée des nationalismes et à la répression guerrière des pouvoirs en place, face aux enjeux planétaires de contrôle des ressources, face à la déshumanisation et à l’exil, Foutez-nous la paix ! se veut un rendez-vous populaire et exigeant d’éclairage sur les guerres, mais surtout de réflexion et d’action pour la paix.

    Il y a urgence pour la paix. L’urgence pour le climat, l’urgence sociale ne disent pas autre chose : si l’on ne fait rien, la guerre s’imposera. La guerre pour les ressources, la guerre pour l’égalité (la lutte des classes diraient certains). Créer un festival engagé pour la paix prend tout son sens à l’aune des blessures de guerre subies dans la région et de la tradition de paix qui la caractérise (monuments contre la guerre, massacre d’Oradour-sur-Glane, Résistance…).

    En 2020, nous avions notamment parlé de paix, 25 ans après la fin du conflit en Bosnie, mais aussi de la guerre d’Algérie. Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, était le parrain du festival. Sur une semaine de festival et malgré les mesures sanitaires, près de 700 personnes étaient présentes.

    Si le festival se veut transversal, il s’appuie principalement sur la littérature, l’écriture, la photographie les sciences humaines, le cinéma et à d’autres formes d’expression populaire pour analyser la guerre sous toutes ses formes, ceux qui la créent, ceux qui la font et ceux qui la subissent, et pour populariser l’idée de paix, à travers son histoire, ses réalisations, ses hommes et femmes et ses espoirs.

    En outre, chaque année un hommage est rendu à un militant de la paix disparu. Il se traduit notamment par la création d’un témoignage artistique ou par l’apposition d’un support dans l’espace public en lien avec la commune. Ainsi, au cours des années, des rues, des places, des jardins publics et autres lieux des communs de la POL constitueront un itinéraire de la paix sur notre territoire.
    En 2020, nous souhaitions honoré la mémoire du général de Bollardière, seul haut-gradé à avoir dénoncé la torture de l’armée française pendant la guerre d’Algérie.
    Cette année, nous avons lancé avec le collège de Rochechouart un projet de construction de la cabane de Henry David Thoreau, l’un des pères de l’écologie et de la désobéissance civile ayant inspiré, entre autres, Gandhi ou Martin Luther King.

    Saint-Junien accueille le festival, mais une partie de la programmation a lieu dans les villes voisines. Ce sera le cas cette année avec une soirée à Rochechouart, une balade littéraire en canoë à Saint-Victurnien et un repas à Saint-Brice. 


    « « Choisir à 20 ans » de ne pas faire la guerre INAUGURATION OFFICIELLE DE LA PLAQUE COMMEMORATIVE EN HOMMAGE A MAÎTRE AMOKRANE OULD AOUDIA PAR LA VILLE DE PARIS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    4
    HAIRAULT Paul
    Mardi 23 Novembre 2021 à 16:42

    La ville de Saint Junien fait un travail remarquable. LA PAIX, LA PAIX, Bravo.

    Pourtant, Oradour sur Glane est à 15 kms.

     

    3
    Lundi 22 Novembre 2021 à 18:32

    Non à la torture et non à la guerre ! Non à l'injustice qui y conduit.

    La paix ? Elle se construit par divers cheminements, celui de ce festival et de son libelle original en est un !

    2
    Kouidri
    Lundi 22 Novembre 2021 à 18:13

    Oui vous faites bien d'honnorer un homme aussi courageux que le Général de Bollardière. Je vous rappelle à toute fin utile que le 11 décembre 1960 et les jours qui suivirent est la date de la plus grande manifestation populaire contre le colonialisme. Bravo à vous et bon courage d'Alger.

     

    1
    Ponsot danièle
    Lundi 22 Novembre 2021 à 17:52

    En voilà une bonne idée!!! Ce ne sont pas mes amis de la Libre Pensée, du CDAFAL, de l'ANACR Nord Jura et la LDH, avec qui, chaque année, nous manifestons, le 11 novembre, en l'honneur de la Paix, autour du monument consacré à Jean Jaurès, à Dole, qui me contrediront!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :