• L’Algérie affirme avoir abattu trois djihadistes impliqués dans le meurtre d'Hervé Gourdel

    L’Algérie affirme avoir abattu trois djihadistes impliqués dans le meurtre d'Hervé Gourdel

     

    L’Algérie affirme avoir abattu trois djihadistes impliqués dans le meurtre d'Hervé Gourdel

    Hervé Gourdel, ce guide de haute montagne de 55 ans avait été enlevé le 21 septembre2015 au cœur du massif du Djurdjura et décapité quelques jours après./Photo DR

    Trois islamistes tués lors d’une opération militaire ont été identifiés comme responsables de la mort d’Hervé Gourdel, a annoncé le ministre de la Justice algérien Tayeb Louh ce lundi 27 juin. Ce guide français de haute montagne avait été kidnappé dans les montagnes du Djurdjura en Kabylie, avant d’être décapité en septembre 2014 par Les Soldats du califat, branche de l’organisation Etat islamique. Son assassinat avait été filmé et revendiqué par  l’organisation djihadiste dans une mise en scène macabre.

    « Parmi les terroristes abattus récemment par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la wilaya de Médéa, trois ont été identifiés et  faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt international dans le cadre de l’affaire du ressortissant français », a précisé le garde des sceaux, repris par l'AFP. Les terroristes identifiés sont Serradj Mohamed,  Herdafi Mahieddine et Rabie Ayachi. Ils faisaient partie d’un groupe de dix-huit islamistes tués lors d’une opération militaire menée à Médéa, à 90 km au sud d’Alger, entre le 8 juin et le 20 juin, selon le ministère de la défense.

    Le corps d'Hervé Gourdel avait été retrouvé le 15 janvier 2015 par l'armée algérienne sur les hauteurs d'Ait Oubane, dans la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie. Les militaires avaient dû faire appel aux artificiers pour exhumer le corps, des engins explosifs ayant été placés tout autour du lieu où la victime avait été enterrée.

    Cet alpiniste niçois de 55 ans avait été enlevé au cœur du parc national du Djurdjura par le groupe armé Jund al-Khilafa, qui a affirmé l'avoir exécuté en représailles à l'engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes contre le groupe Etat islamique en Irak. Le 24 septembre 2014, les djihadistes avaient diffusé une vidéo macabre intitulée « Message de sang pour le gouvernement français » qui mettait en scène la décapitation du guide de Saint-Martin-de-Vésubie (Alpes-Maritimes).

     

    « Harkis : " Cicatriser les plaies " *** Dans les commentaires Pierre Daum répond à un Algérien, pseudo Canari_de_retour « Le Peuple allemand accuse » L'ouvrage a été réédité par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter