• « L’Algérie, c’était une aventure dont on ne voulait surtout pas »

     

    « L’Algérie, c’était une aventure

    dont on ne voulait surtout pas »

    « L’Algérie, c’était une aventure  dont on ne voulait surtout pas »

    Histoire. « Pendant la période du 8 mai 1945 jusqu’au 19 mars 1962 et au-delà, notre France n’a pas eu une action glorieuse loin s’en faut »

    J. D., un ancien combattant, Valanjou 

    « Il y a quelques jours, nous accompagnions à sa dernière demeure, Pierrot, le président de notre association, ami de tous. Cérémonie émouvante, rassembleuse qui vous prend aux tripes, huit drapeaux portés dignement par les amis CATM (Combattants d’Algérie, Tunisie, Maroc) venus des environs pour honorer la mémoire de notre défunt.

    C’est là que me vient un certain ressentiment : ces drapeaux représentent la France, ses couleurs. Bleu, blanc, rouge ont eu ô combien leurs périodes de gloire ; mais en Algérie nous étions la France, et pendant la période du 8 mai 1945 jusqu’au 19 mars 1962 et au-delà, notre France n’a pas eu une action glorieuse loin s’en faut (massacres de Sétif, soumission, maltraitance de la population, arrestation arbitraire, abandon des harkis, des pieds noirs, chefs irresponsables…)

    « Nos pères aussi, dans un autre temps ont haï

     les envahisseurs »

    Tout pour se faire détester. Nous pouvions, un jour, faire une visite dans les villages avec médecin et infirmier et le lendemain organiser une rafle de toute la région. Nos pères aussi, dans un autre temps ont haï les envahisseurs.

    Les fellagas n’étaient pas tendres, sanguinaires, mais ils étaient chez eux. À cette époque nous avions un gouvernement laxiste, considérant mal son armée d’appelés : petite solde, favoritisme, et pire : la honte ; n’assumant même pas en totalité les frais de sépulture d’un soldat tombé là-bas. L’Algérie, c’était une aventure dont on ne voulait surtout pas. Qu’a-t-il vécu là-bas Pierrot pour avoir été si secoué. Je laisse à vous, lecteurs, le soin de poursuivre la réflexion. »

    SOURCE : https://www.ouest-france.fr/le-courrier-de-l-ouest/co-courrier-des-lecteurs/l-algerie-c-etait-une-aventure-dont-on-ne-voulait-surtout-pas-149f1d7e-785a-11eb-a603-d5c5a15b4bb2 

    Mon commentaire

    Cher J.D. je ne te connais pas, tu me parles de Valanjou, alors j’ai cherché sur le Net et j’ai trouvé ceci : Valanjou est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. La commune est née en 1974 de la fusion des anciennes communes de Joué-Étiau et Gonnord. Le 15 décembre 2015, elle est devenue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou.

    Cher J.D. je ne connais pas plus Pierrot le président de ton association CATM que tu as accompagné à sa dernière demeure alors j’ai cherché, tu me diras si je me trompe, car j’ai trouvé ceci : 

    Avis d'Obsèques

    Monsieur Pierre Le Bihan

    Ancien combattant d'Algérie
    survenu à l'âge de 79 ans.

    Chemillé-en-Anjou, Valanjou, Chemillé (49) - Mazé-Milon, Mazé (49) - Les Bois d'Anjou, Fontaine-Guérin (49) - Bretignolles-sur-Mer (85) 

    Cher J.D. ton article est émouvant sauf que je n’apprécie pas que tu écrives sous l’anonymat qui reste pour moi le contraire du courage.

    Cher J.D. tout est vérité dans ton article sauf que tu oublies des pages : tu écris « Pendant la période du 8 mai 1945 jusqu’au 19 mars 1962 et au-delà, notre France n’a pas eu une action glorieuse loin s’en faut »

    Cher J.D. je te rappelle qu’avant et après le 19 mars 1962 il ne faut surtout pas occulter l’OAS cette organisation terroriste et criminelle responsable de 2700 victimes algériennes et françaises, en Algérie et en France.

    Cher J.D. avant le 8 mai 1945 tu oublies de nombreuses pages car le 5 juillet 1830, Alger capitulait devant les troupes françaises. La colonisation de l’Algérie pouvait alors commencer.

    Cher J.D. il ne faut pas oublier ceci : Femmes et enfants asphyxiés : le scandale des « enfumades » du Dahra pendant la conquête de l’Algérie.

    Dans les années 1840, pour mater la révolte algérienne, l’armée française allume des feux à l’entrée des grottes où sont réfugiées les tribus rebelles. Dans le massif du Dahra, plus de 700 personnes meurent asphyxiées.

    « Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes, enfumez-les à outrance comme des renards. » En cette année 1845, l’Algérie est aux mains des officiers français. Cela fait quinze ans que les troupes du roi Charles X ont débarqué dans la baie d’Alger. Du jour où elles ont posé le pied à Sidi-Ferruch (aujourd’hui, Sidi-Fredj), la résistance des Algériens s'est organisée, emmenée, notamment, par l’émir Abd el-Kader. La France envoie l’immonde général Thomas-Robert Bugeaud pour mater la révolte.

    Aujourd’hui certains voudraient voir disparaître les rues et statues de l’horrible Bugeaud.

    Tu vois cher J.D. moi je ne reste pas anonyme je signe mes commentaires.

    Michel Dandelot

    Ancien combattant de la sale guerre d’Algérie contre ma volonté, j’ai refusé la croix du combattant car en Algérie on ne défendait pas la France mais le colonialisme.

     

    « BON ANNIVERSAIRE CHER JACQUES CROS !!! Pierre Audin au quotidien algérien « L’Expression » « La jeunesse peut guérir les blessures mémorielles » »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Février à 09:31

    Les circonstances ont fait que je n'ai pas eu à souffrir des fellagas ! Par contre j'ai eu ma dose avec l'institution militaire. Celle-ci était au service de gouvernements successifs qui ont pu avoir des nuances dans la forme mais qui tous s'inspiraient de l'idéologie colonialiste que l'on peut résumer dans la morale de la fable "La raison du plus fort est toujours la meilleure" ! L'armée ne faisait pas plus de cadeaux à ceux qui se battaient pour leur indépendance et leur dignité qu'à ceux qui manifestaient de la sympathie pour leur combat. Il n'y avait pas plus de démocratie dans les instances dirigeantes de notre pays que dans l'armée. Il a fallu faire avec, nous avions le tort d'avoir 20 ans en ce temps-là !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :