• L’Algérie n’est pas à vendre Madame Fafa... ! *** Le Parlement européen, un faux gardien des libertés

     

    L’Algérie n’est pas à vendre

     Madame Fafa...!

     

    L’Algérie n’est pas à vendre   Madame Fafa... ! *** Le Parlement européen, un faux gardien  des libertés


     

    En lisant certaines interventions sur les réseaux sociaux applaudissant l’adoption d’une résolution sur la situation politique en Algérie par l’union européenne, jeudi dernier, j’ai senti le parfum de pieds noirs et la nostalgie des enfants des harkas et de leur maman Fafa !

    Il m’a semblé encore que la fratrie des oubliés de De Gaulle s’est donnée rendez-vous à la maison bleue de Mark Zuckerberg, pour détruire le pays, c’est pourquoi, je comprends mieux aujourd’hui pourquoi la France est restée 132 ans en Algérie ?

    C’est grâce bien sûr au soutien des harkas qui reviennent aujourd’hui sous le profil de leurs fils, infecter le Hirak, afin de détourner et diviser cette révolution saine et pacifique de jeunes algériens, en faisant appel à l’ingérence étrangère, dans le but de faire de l’Algérie un autre Liban.
    Cette minorité, connue par tous les Algériens qui chevauchent  le Hirak, convaincue, qu’elle ne pourra point accéder au sommet du pouvoir par la voie des urnes, tente, d’empêcher le scrutin, consommer toutes les solutions constitutionnelles, mettre le pays au pied du mur, pour obliger une période de transition, qui sera gérée évidemment par des hommes issus de cette minorité et choisis par leurs parrains du Quai d'Orsay à l’image des pseudo-politiciens de l'académie berbère en France, gonflés par les mouches électroniques  pour une nouvelle mission de partage du gâteau de l’Algérie c’est-à-dire  remplir les caisses de la France en pleine crise financière.
    Depuis quand un député sioniste est  solidaire avec les Algériens ? Et depuis quand ces eurodéputés s’affichent comme les défenseurs des libertés en Algérie, s’ils ne se sont pas sentis menacés par la disparition de leurs intérêts ? Et pourquoi ils ne se sont jamais manifestés durant le règne de Bouteflika et où est-il ce soit-disant député français défenseur des droits quand la Issaba de Bouteflika, a pillé et volé l’argent du peuple. Bien sûr, il ne pouvait pas réagir du moment où les sociétés françaises se partageaient les marchés et les contrats des millions d’euros.
    Quand les gilets jaunes se faisaient matraquer par la police française au nom de la démocratie, et les enfants de gaza tombaient sous les bombes israéliennes au nom de la sécurité des juifs, et les musulmans massacrés en Birmanie au nom de la religion, pourquoi l’Union européenne et ses sœurs, l’ONU et les droits de l’homme sont restés bouche cousue ? Parce qu’il n’y rien à gratter dans ces pays pauvres ! Mais quand il s’agit d’un pays riche comme l’Algérie, qui a décidé de mener avec ses enfants une révolution saine et pacifique pour le changement, le Hirak est subitement  devenu un sujet à débattre ! Le message de l’UE est clair et reçu 5/5, c’est sa part du butin en Algérie qu’elle défend, empêcher le peuple algérien de mener son propre combat de la démocratie dans le calme et faire le forcing pour parachuter un président profrançais via une transition maquillée et fabriquée dans les salons de l’Elysée.
    Vous vous êtes trompée d’adresse Madame la France, l’Algérie n’est pas à vendre ! un conseil, récupérez vos enfants qui vous invitent à foutre votre nez dans les affaires de l’Algérie et avant , vous ferez mieux de rendre au peuple l’argent volé par la Issaba qui bourre vos banques, si vous voulez bien aider l’Algérie le pays d’un million et un demi-million de chahid, qui se souvient encore de vos tueries au nom de la liberté !

    SOURCE :   https://www.reflexiondz.net/L-Algerie-n-est-pas-a-vendre-madame-Fafa-_a59101.html

    Le Parlement européen, un faux gardien

     des libertés

    L’Algérie n’est pas à vendre   Madame Fafa... ! *** Le Parlement européen, un faux gardien  des libertés

    Il est triste que le Parlement européen ait cédé à la frange la plus minoritaire du moribond Parti socialiste français. Notre mémoire nous garde à l’esprit que lors de la décennie noire, l’Union européenne a attendu 1998 pour reconnaître que l’Algérie faisait face à un terrorisme barbare qui, plus tard, s’est retourné contre elle. 

    Le parti socialiste qui, de tout temps, a eu une attitude contraire aux droits de l’homme dans cette Algérie rebelle, ne peut pas changer son logiciel au gré des leçons de l'Histoire.
    Du Parti socialiste, le peuple algérien retient celui qui a autorisé la première peine de mort contre un Moudjahid en lutte contre le colonialisme le plus abject. Raphaël Glucksmann veut se faire un prénom au PS sur le dos d’un peuple qui a écrit ses combats avec le sang de ses martyrs dans l’histoire de l’humanité. 

    Raphaël, les luttes pour les droits humains ne se font pas dans les enceintes européennes.
    Pourquoi ne nous vous avons pas entendu au sujet des exactions israéliennes à Ghaza et du droit à la terre des jeunes palestiniens? Pourquoi gardez-vous le silence sur les droits des Sahraouis à leur pays ? Pourquoi les pays arabes où vous avez fait couler le sang, au nom de la démocratie, ne troublent-ils pas votre sommeil ?
    Que sont devenus les pays arabes où vous et vos amis philosophes (!) avez prêché la
    liberté ? Regardez ces champs de bataille où règne la désolation. Ces grands pays arabes que vous avez, par votre cynisme, vidés de leurs élites et de leur jeunesse. 

     

    Que les leçons de l’Histoire ne sont pas retenues!.................... 

    Quant à nos compatriotes souhaitant l’internationalisation de notre situation intérieure, je suis triste de constater là aussi l’amnésie. Notre Histoire recèle d’anecdotes relatives à des hommes et des femmes qui se sont faits les relais d’agendas étrangers espérant un retour gratifiant. Mais, malheureusement, la loyauté envers son pays restera toujours la voie la plus digne pour ne pas vivre les désaveux de l’Histoire. 

    Pendant la colonisation, les harkis ont fait un choix….facile, que sont-ils devenus ?
    Pendant la décennie noire, certains ont poussé et admis le « Qui tue qui » espérant …. encore….. internationaliser la situation interne du pays. Mme Ghezali, lauréate du Prix Sakarov du Parlement européen, traitait la démocratie algérienne de «bouffonne» mais accepta plus tard de siéger à l’Assemblée nationale croupion de … Bouteflika. 

    A ceux qui pensent que l’Algérie est l’otage du Parlement européen, nous rappelons simplement que les Etats n’ont pas d’amis mais des intérêts. Bouteflika allant vers un 5ème mandat présidentiel et des chaloupes pleines de jeunes fuyant la hogra, cela n’a dérangé aucun laudateur de la démocratie. Le peuple algérien, du haut de son Histoire millénaire jalonnée de multiples combats, reste et restera le centre géographique de la Méditerranée qu’ont construit Massinissa, la Kahina, Fatma N’soumer, l’Emir Abdelkader, Cheikh Bouamama… jusqu’aux six (06) architectes de la Révolution armée. 

    SOURCE :  https://algerie7.com/actualite/le-parlement-europeen-un-faux-gardien-des-libertes/ 

     

    « Comment enseigner la guerre d’Algérie ?Guerre d’Algérie *** André Maurel : « Quand j’étais en Algérie, je me sentais comme l’occupant » »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :