• L’ancien journaliste de radioJean-Pierre Farkas est mort à l’âge de 86 ans

     

     

    L’ancien journaliste de radio

     Jean-Pierre Farkas est mort

     à l’âge de 86 ans

    L’ancien journaliste de radioJean-Pierre Farkas est mort à l’âge de 86 ans

    Jean-Pierre Farkas est donc décédé, je présente mes condoléances à toute sa famille et notamment sa fille, Marie-Pierre Farkas qui est journaliste à France 2, où elle travaille notamment pour l’émission du week-end «13h15», présentée par Laurent Delahousse.

    Je vais lui rendre hommage à ma façon en rediffusant un article que j’avais mis en ligne le 25 mars 2015 qui concernait son témoignage sur « sa guerre d’Algérie »

    Michel Dandelot

    L’ancien journaliste de radioJean-Pierre Farkas est mort à l’âge de 86 ans

    Il a notamment marqué l’histoire de RTL, étant le chef des informations de la radio au moment de Mai 68.

    C’est une voix familière des auditeurs de RTL et de Radio France qui s’est éteinte dans la nuit de jeudi à vendredi. Jean-Pierre Farkas, ancien journaliste de radio, est décédé à l’âge de 86 ans, ont annoncé ce vendredi plusieurs animateurs sur Twitter. Une information que nous confirme la radio privée.

    Né en 1933 dans le quartier parisien de Ménilmontant, Jean-Pierre Farkas était d’origine hongroise par son père mécanicien (d’où son nom de famille), et breton par sa mère. Il a débuté sa carrière à la fin des années 1950 en Algérie. Il était arrivé dans l’ancienne collectivité française pour faire son service militaire, et la passion du journalisme l’a vite rattrapé.

    « On disait que c’était du maintien de l’ordre, mais c’était la guerre. […] C’était la langue de bois chez les militaires et au Front de libération national », racontait-il en 2015 dans une vidéo diffusée sur Youtube. « Il n’y a pratiquement pas une journée où je n’ai pas rencontré quelqu’un qui m’a appris quelque chose », confiait-il alors, se disant conscient d’être « plutôt vers la fin du film ».

    Jean-Pierre Farkas a été embauché par RTL dans les années 1960. Il devient très vite rédacteur en chef des informations de la station. À ce poste, il n’hésite pas à envoyer ses reporters sur le terrain lors des événements de Mai 68.

    « Il faut donner aux auditeurs, par une recherche sonore de plus en plus poussée, par la répétition et l’effet de choc, la relativité de l’événement et la conscience qu’ils sont partie intégrante du monde », dit-il alors, cité par l’Express.

    Un échange qui tourne court lors de mai 68

    Comme l’a raconté l’Obs en avril dernier, Jean-Pierre Farkas et ses équipes ont notamment initié un échange entre deux leaders étudiants, Alain Geismar et Jacques Sauvageot, et le vice-recteur Claude Chalin. Tous trois ont débattu… dans la voiture RTL ! Jean-Pierre Farkas appelle alors les auditeurs à se mettre à leur fenêtre avec leurs transistors pour permettre aux étudiants manifestant de suivre l’échange.

    Mais la discussion se tend et Jean-Pierre Farkas décide d’y couper court. « Alain Geismar, je pense que RTL doit reprendre ses responsabilités […] Il est impossible pour nous, qui ne sommes qu’une station de radio, de vous laisser la parole pour que vous donniez des consignes à vos militants. Je crois que ce n’est pas sur cette antenne que va se poursuivre cette conversation », s’exclame-t-il à l’antenne, comme le racontait Franceinfo en mai dernier.

    « C’était la victoire du direct, cela paraît totalement banal aujourd’hui, mais, à l’époque, c’était très neuf », s’est rappelé Jean-Pierre Farkas auprès de nos confrères.

    Des animateurs de RTL lui ont rendu hommage

    En 1981, l’animateur intègre Radio France, dont il deviendra le responsable de l’information de 1984 à 1986. Il termine sa carrière en 1997, alors qu’il dirige les éditions locales du groupe public.  

     

     

    TÉMOIGNAGE DE JEAN-PIERRE FARKAS

     

    Journaliste, écrivain et ancien combattant de la guerre d'Algérie, Jean-Pierre Farkas livre pour l'EPHMGA le récit de "ses" guerres d'Algérie, conflit qu'il a d'abord vécu comme simple soldat, puis comme infirmier avant de la vivre - et de la faire vivre - comme journaliste. 

    Témoignage recueilli par David Beau le 22 janvier 2015.


     

    « Les suppressions les plus récentes des lieux du 19 Mars 1962 de la plus scandaleuse à la plus vicieuse…Après 74 ans, un des enfants du Havre évacué vers l’Algérie en 1941 va retrouver sa famille d’accueil »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :