• L’Edito d’Henri Pouillot : La "Toussaint Rouge", il y a 60 ans !!!

    L’Edito d’Henri Pouillot : La "Toussaint Rouge", il y a 60 ans !!!

    J’ai reçu ce courriel d’Henri Pouillot :

    Mais avant rappelez-vous de cet article pour comprendre, en cliquant sur ce lien :

    http://micheldandelot1.eklablog.fr/voici-un-temoignage-recu-par-courriel-en-provenance-d-algerie-que-j-ai-a112544862

    Michel,

    Je pars le 29 octobre à Alger jusqu'au 9 novembre.

    J'ai eu Mohamed Rahmani, nous devrions nous rencontrer et peut-être le témoin.

    Il y a eu un nouvel article sur El Watan :

    http://www.elwatan.com//hebdo/magazine/l-homme-qui-aurait-vu-enterrer-maurice-audin-16-10-2014-274504_265.php

     Je vais tenter de voir la solidité du témoignage, sur place.

     Je te tiendrai informé.

     Amitiés

     Henri POUILLOT

    La "Toussaint Rouge", il y a 60 ans !!!

    Nous sommes dans cette période du 60ème anniversaire de cette "Toussaint Rouge", le déclenchement de la Guerre de Libération, qui aboutira près de 8 ans plus tard, à un état Algérien indépendant.

    Le 8 mai 1945, c’était le prémisse de cette évolution. La manifestation à Sétif, avec le drapeau algérien brandi, c’était l’annonce d’une marche vers un combat pour l’indépendance. La féroce répression organisée par l’Armée, la police et les milices à Sétf mais aussi à Khérrata, Guelma... fera plus de 40.000 morts. Le général Duval dira alors avoir "gagné" 10 ans de paix.

    Le colonialisme, en imposant un racisme institutionnel, une sorte d’apartheid considérant les indigènes comme des sujets pouvant servir de chair à canon mais pas comme des citoyens à part entière, porte la responsabilité de cette Guerre. La France, en refusant des droits élémentaires à la population autochtone, a donc contraint les Algériens à la seule solution qui leur restait : la lutte armée pour obtenir leur dignité.

    Pendant cette Guerre de libération, la France porte une terrible responsabilité d’avoir multiplié les crimes d’état (8 mai 1945, 17 octobre 1961, 8 février 1962...) et les crimes contre l’humanité (torture, viols, corvées de bois, villages rasés au napalm, camps d’internement publiquement appelés de regroupement, utilisation des gaz sarin et Vx, des crevettes Bigeard, des essais nucléaires...). Elle ne les a toujours pas reconnus ni donc condamnés, 60 ans plus tard.

    Il est plus que temps que les plus hautes autorités de notre pays s’engagent dans cette voie. Il n’est pas tolérable d’entendre notre Président de la République donner des leçons de droits de l’homme à tout va tant que nous continuons de cautionner un tel passé.

    A l’occasion de mon voyage à Alger dans cette période, j’aurai l’occasion de pouvoir m’exprimer à ce sujet.

    Henri POUILLOT

      

    « Didier Nébot : « J’ai été raflé par les CRS en mai 62 » Il y a plusieurs mémoires de la guerre d’AlgérieUn ami est mort *** A toutes les commémorations, Jean-Jacques Vadot correspondant de Presse, m’a fait parvenir, en exclusivité, un nombre considérables de photos*** MISE A JOUR »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :