• La commémoration du 5 décembre a été un fiasco... A Chalon-sur-Saône comme partout en France l'Histoire a été déformée et l'OAS a été occultée

    La commémoration du 5 décembre a été   un fiasco...  A Chalon-sur-Saône comme partout en France l'OAS a été occultée

     

    A Chalon-sur-Saône la commémoration

     

     

    du 5 décembre a été  un fiasco...

     

     

     

    Comme partout en France...

     

     

     

    l'Histoire a été  déformée

     

     

     

    et l'OAS a été occultée

    La commémoration du 5 décembre a été   un fiasco...  A Chalon-sur-Saône comme partout en France l'OAS a été occultée

    (Volontairement je ne mets pas de photos de cette cérémonie)

     

    La commémoration du 5 décembre a été une fiasco, (peu de monde comme partout en France... sauf à Marseille me dit-on dans un commentaire) je  donnerai en exemple Chalon-sur-Saône, c’est la ville la plus proche d’où j’habite … Et le journal local écrit :  « Plus de 50 ans après la fin de la guerre d’Algérie, la polémique sur le choix de la date pour la commémorer reste vive. La preuve avec le discours de Norbert Orenga, vice-président de l’Union nationale des combattants (UNC), qui, à l’occasion de la cérémonie du 5 décembre à Chalon, a eu une pensée pour les «frères d’armes harkis et Français d’Algérie trompés par les accords d’Évian», et a fustigé « les nouveaux ouvrages d’Histoire de Terminale, qui nous traitent d’assassins»… Ne vous inquiétez pas M. Orenga, pour les ouvrages d'Histoire... M. Fillon pense les faire réécrire (enfin s'il est élu) !!!

    Alors je répondrai à M. Orenga qu’il y a bien eu en Algérie des assassins, mais ce ne sont pas les soldats du contingent qui ont été comme les pieds-noirs, les harkis et ne l’oublions pas le peuple algérien,  des victimes du colonialisme, oui victimes de la France coloniale présente en Algérie pendant 132 ans, avec ses crimes contre l’Humanité, avec ses tortures, avec ses 700 « Oradour-sur-Glane » rasés et brûlés au napalm… avec aussi et surtout... ses incroyables injustices, notamment les deux collèges pour voter... injustices qui sont aussi à la source des révoltes...

    Alors M. Orenga parle des victimes d’après le 19 mars, il y en a bien eues mais il occulte volontairement la première responsable : l’OAS. Oui l’OAS, cette organisation terroriste et criminelle responsable de 2700 victimes sur l’ensemble de son insupportable existence…

    A l’image des résidus du groupe de nostalgiques de l’Algérie française, le 19 mars serait synonyme de «défaite de la France dans la guerre contre les terroristes algériens», c’est une «date funeste qui a marqué, pour toujours, dans l’Histoire de France, la plus grande trahison de la République envers son peuple»… comme si les combattants algériens qui luttaient pour libérer leur pays du colonialisme étaient des terroristes… comme ceux de Charly-Hebdo, du Bataclan, de Nice, etc…

    Ils font remarquer que «depuis 1962, aucun des sept présidents français qui se sont succédés à la direction du pays n’a accepté de commémorer cette date du 19 Mars 1962»… sauf François Hollande et pour cela nous pouvons lui dire :

    La commémoration du 5 décembre a été   un fiasco...  A Chalon-sur-Saône comme partout en France l'OAS a été occultée

    par contre on peut regretter que François Hollande n'ait pas abrogé la commémoration du 5 décembre

     

    Ce sont des revanchards qui n’ont pas digéré la décolonisation de l’Algérie. Ils confirment encore une fois leur haine viscérale envers l'Algérie et leur nostalgie maladive de l'Algérie française. Ils inventent des chiffres sur les massacres de harkis et de pieds-noirs au lendemain du cessez-le-feu et couvrent les crimes innommables de la France coloniale.

    Ils font mine d’oublier que c’est du côté de leurs amis, les ultras, partisans de l’Algérie française, que la guerre s’est poursuivie après le 19 mars, par l’action de l’OAS, l’Organisation de l’armée secrète, qu’ils ont créée en février 1961 quand ils ont compris que l’accession de l’Algérie à l’indépendance était inéluctable.

    L’OAS a mis en œuvre une véritable politique d’assassinats contre les Algériens, systématiquement tués, par dizaines chaque jour. Des blessés et des malades ont été achevés dans les hôpitaux par les commandos de l’OAS qui s’en sont pris aux femmes de ménage, assassinées alors qu’elles se rendaient chez leurs employeurs européens. Les facteurs n’ont pas été épargnés, ni les dockers. C’est l’OAS qui a inventé l’attentat à la voiture piégée. Celle qui a explosé à Alger, le 2 mai 1962, devant le centre d’embauche des dockers, a fait 63 morts et 110 blessés. Après le 19 mars 1962, les fascistes partisans de l’Algérie française ont attaqué au mortier les quartiers populaires où habitaient les Algériens. Résultat : les «pieds-noirs» ont été poussés à appliquer la formule «la valise ou le cercueil» et à quitter leur pays natal. C’est l’OAS qui a été responsable de leur départ d’Algérie. N’oublions pas l’incendie de la bibliothèque de l’université d’Alger, plus de 500 000 ouvrages et documents précieux livrés aux flammes le 7 juin 1962, point culminant de la politique de la terre brûlée.

    La commémoration du 5 décembre a été   un fiasco...  A Chalon-sur-Saône comme partout en France l'OAS a été occultée

     

    « Hymne national “La Marseillaise”, un hymne qui rassemble et diviseTribunal correctionnel de Thionville : Un élu condamné pour violences à Hayange »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter