• La France minée par des incendiaires de tout poil : D’Ajaccio à Béziers *** "Les racistes islamophobes dehors"

     

    La France minée par des incendiaires   de tout poil : D’Ajaccio à Béziers

    Ma correction "Les racistes islamophobes dehors"

    La France minée par des incendiaires   de tout poil : D’Ajaccio à Béziers

    La France minée par des incendiaires

     de tout poil

    D’Ajaccio à Béziers

    Ajaccio vit des tensions extrêmes entre musulmans et non musulmans. Et à Béziers, le maire Robert Ménard joue les pyromanes.

     

    La France minée par des incendiaires   de tout poil

    Samedi, des centaines de manifestants ont pénétré dans plusieurs quartiers populaires d’Ajaccio, aux cris de «On est chez nous», «Arabes dehors». Image: JEAN-PIERRE BELZIT/AP

    Les nerfs sont toujours tendus en France. Une étincelle provocatrice peut à tout moment bouter le feu. Ainsi, le préfet de Corse a-t-il interdit, samedi soir, toute manifestation dans un quartier populaire d’Ajaccio, Les Jardins de l’Empereur, jusqu’au 4 janvier. Cet arrêté préfectoral fait suite à deux jours d’émeutes qui ont secoué cette cité où vivent de nombreux musulmans.

    Tout a commencé dans la nuit de jeudi à vendredi où un groupe de jeunes du quartier a tendu un guet-apens aux pompiers en allumant un feu avant de les insulter et leur jeter des projectiles. Au moment où les pompiers rebroussaient chemin, leurs véhicules ont été pris d’assaut par une vingtaine d’agresseurs encagoulés, armés de barre de fer et de battes de baseball. Selon un pompier, les jeunes auraient crié: «Sales Corses de merde, cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ici!» Les vitres des camions de sauvetage ont été brisées par les assaillants mais les véhicules ont pu regagner leur caserne. Deux pompiers ont été blessés par les éclats de verre, ainsi qu’un policier.

    Vendredi, à l’appel des jeunesses indépendantistes, 600 personnes se sont massées devant la préfecture d’Ajaccio pour manifester leur solidarité avec les pompiers et les forces de l’ordre. Mais cette démonstration légitime a dégénéré en émeute raciste lorsque 250 à 300 manifestants ont investi le quartier des Jardins de l’Empereur aux cris d’«Arabi fora!» («Dehors les Arabes!» en langue corse), «On est chez nous!» voire, «il faut les tuer, il faut les tuer!» Protégés par les forces de l’ordre, les habitants sont restés claquemurés chez eux. Un groupe de manifestants a alors saccagé un lieu de prière musulman, brûlé partiellement des exemplaires du Coran et dévasté la terrasse d’un vendeur de kebabs. Samedi, des incidents de ce genre ont également éclaté dans des quartiers voisins, celui des Jardins de l’Empereur étant sous haute protection.

    En prenant l’arrêté interdisant les rassemblements, le préfet de Corse Christophe Mirmand a également ordonné la mise en place des forces de l’ordre dans tous les quartiers d’Ajaccio. Malgré ces mesures, 300 manifestants se sont encore rassemblés hier.

    Comme d’habitude, les acteurs politiques français y sont allés de leurs interventions sur les réseaux sociaux. Celle de l’indépendantiste Gilles Simeoni, le nouveau président du Conseil exécutif de Corse, était particulièrement attendue. Il a condamné «la scandaleuse agression initiale» tout en dénonçant les «dérapages racistes», étrangers «aux valeurs du peuple corse».

    A Béziers, c’est une initiative pacifique d’un groupe de musulmans qui a donné prétexte au maire de la ville Robert Ménard (élu d’extrême droite soutenu par le Front national) de se lancer dans une de ces provocations qui forment l’essentiel de son discours politique.

    Lors de la nuit de Noël, des Bitterois membres de l’Association cultuelle des Français musulmans et d’Esprit libre et cultures solidaires ont symboliquement protégé deux églises catholiques de la cité héraultaise afin de délivrer «un message de paix». Ménard a répliqué par un tweet incendiaire, clamant entre autres: «Depuis quand ces pyromanes protègent des incendies? Que fait, que dit l’Etat? Le préfet?» Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve lui a répondu en exprimant son «respect» à l’endroit des musulmans qui avaient pris cette initiative. Et SOS Racisme a déposé une plainte contre le maire de Béziers. (TDG).

    SOURCE : http://www.tdg.ch/monde/europe/france-minee-incendiaires-poil/story/13769873

    La nef des fous

    Les cicatrices laissées par les attentats ne se refermeront pas de sitôt en France. Cette ambiance, où les nerfs de chacun sont tendus, offre aux fous et à ceux qui les manipulent l’occasion de jeter leurs brandons dans des mares d’essence. Ainsi, la Corse a connu un sinistre Noël avec un guet-apens tendu par des jeunes d’un quartier d’Ajaccio contre des pompiers et une contre-manifestation qui a tourné à l’émeute raciste. Deux pompiers blessés. Une mosquée ravagée. Et voilà de quoi alimenter la spirale infernale de la violence.

    Des incidents tels que ceux-ci risquent fort de se multiplier. Il est difficile de les prévoir. Ils éclateront n’importe où, n’importe comment, n’importe quand. Les forces de l’ordre peuvent bien améliorer leurs moyens de renseignement et d’action, renforcer la coordination des services. Mais le risque zéro n’existera jamais.

    Cette incertitude renforce encore l’impression d’angoisse provoquée par les terroristes. Chaque épisode de ce type creuse encore un peu plus le fossé entre Français non musulmans et les musulmans tout aussi français. Et c’est bien le but que poursuivent les assassins de l’Etat islamique en cherchant à créer un climat de guerre civile.

    En insultant les musulmans qui avaient pris une initiative de paix à Béziers, le maire d’extrême droite Robert Ménard a donc parfaitement répondu aux attentes de Daech et de ses partisans. Des Biterrois fidèles de l’islam voulaient symboliquement protéger deux églises catholiques, afin de délivrer un message de fraternité aux chrétiens. C’en était trop pour Ménard qui a traité les musulmans de «pyromanes».

    Dans cette perspective, tout geste de fraternité entre les communautés est à proscrire. Tout ce qui peut diviser fait ventre, pour les islamoterroristes comme pour les sectateurs de Ménard. Entre fous, on se comprend. (TDG)

    SOURCE : http://www.tdg.ch/signatures/editorial/La-nef-des-fous/story/19415225

     

    « Si la gauche dans son ensemble, la vraie, (dont 80 % de députés socialistes qui ne veulent plus suivre le «monarque» pas cette fausse gauche qui fait maintenant les poubelles du FNDéchéance de nationalité : le député PS Kader Arif votera contre »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :