• La guerre, ça rapporte !

    La guerre, ça rapporte !

    La guerre, ça rapporte !

    Depuis les attentats de novembre 2015, le mot « guerre » parcourt tous les discours, en premier ceux du président Hollande et de son premier ministre Valls, mais également ceux d’une grande partie du monde politique.

    ·  Ça rapporte au gouvernement

    Que ce soit pour établir et prolonger l’état d’urgence, que ce soit pour justifier tel ou tel amendement de loi, que ce soit pour interdire une manifestation, un rassemblement, etc., nous sommes en « état de guerre », et pour ne pas l’oublier, des soldats mitraillette en bandoulière font les cent pas dans les gares, sur les quais du métro, sur les trottoirs…. Les voitures de police foncent sirène hurlante sur les boulevards. Une ambiance orchestrée que le soleil n’arrive pas à percer.

    Pourtant, le travail silencieux et permanent des renseignements est certainement plus efficace que cette vitrine belliqueuse qui entretient la peur…

    La peur de qui ? Les actes de terrorisme sont perpétrés par des jeunes embrigadés par le discours d’islamistes radicaux. La cause ne serait donc que religieuse. Pourtant cette radicalisation est le plus souvent l’aboutissement du parcours d’un humain dans une société donnée. Quand ce parcours se réalise en France, une réflexion politique globale est indispensable : logement, éducation, territoire, économie, justice… Certains sociologues et politiques le font heureusement, mais sont-ils entendus, lus ?

    « Nous sommes en guerre » contre les djihadistes, les islamistes radicaux… répète-t-on partout des plus hautes sphères du pouvoir aux prétendants à la présidentielle.

     « Nous sommes attaqués parce que l’islam est la deuxième religion de France » (Manuel Valls à Montluçon, le 11 août 2016). Ce qui va un peu plus semer le doute et la suspicion sur tous les musulmans.

    Un Conseil de défense vient de se réunir sans qu’on sache ce qui s’est dit… chut ! – de toute façon, les Français sont en vacances ou devant la télé qui les emporte à Rio tous les jours. Pour montrer que l’heure est grave, ils sont sortis visages fermés devant les journalistes présents.

    Ça rapporte aux candidats pour les élections de 2017 

    La guerre, ça rapporte !

    Et dans les médias, les prétendants de droite et plus… se lâchent ! C’est à qui sera le plus extrême, le plus radical : on parle de « race blanche », de la France comme un pays « aux racines chrétiennes », on parle de « barbares », on remet en cause le « droit du sol », on souhaite le retour de la peine de mort et de la torture, certains même rêvent de l’expulsion de tous les musulmans…

    Nous serions dans une « guerre de religions », et pourquoi ne pas partir en croisade comme le suggère la Une du Figaro magazine aujourd’hui. Et les bûchers pour les sorcières, c’est pour quand ?

    Ça rapporte à l’économie 

    La guerre envahit les discours, mais aussi le terrain. La France est présente quand il y a des conflits, directement comme en Syrie ou en Afrique ou indirectement par les ventes d’armes qu’elles réalisent surtout aux monarchies pétrolières du Golfe et aux dictatures du Moyen-Orient, l’Arabie saoudite est le plus gros client.

    Les ventes d’armes sont décidées par le premier ministre sur avis de la commission interministérielle (ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Économie). Ce commerce lucratif permet à la France de conserver sa sixième place parmi les pays les plus développés et à Dassault et consorts de s’enrichir toujours plus. Huit milliards d’euros de commandes en 2014 (1). Cinquième pays vendeur d’armes, la France profite ainsi des conflits actuels et des « tensions internationales » qui assurent un avenir à sa production…

    Le nouveau traité international encadrera-t-il mieux les exportations d’armes, puisqu’il vise à obliger les États à évaluer les risques des ventes d’armes avant de le faire… ?

    Ça ne rapporte pas à l’image de la France 

    Notre pays serait attaqué, pour le premier ministre : « Parce que nous sommes le pays des Droits de l'Homme et du citoyen, parce que nos valeurs rayonnent depuis des décennies dans le monde. Ce sont ces valeurs d'égalité, de liberté, de fraternité qui sont aujourd'hui attaquées par les terroristes. Parce que nous sommes aussi le pays qui revendique la laïcité » (Montluçon, le 11 août 2016).

    Eh bien justement, sommes-nous toujours ce pays des Droits de l’Homme avec un accueil des étrangers de plus en plus trié, avec le traitement que nous faisons subir aux Roms et aux réfugiés, avec les démantèlements expéditifs des bidonvilles, les expulsions musclées, les emprisonnements pour de petits délits alors que les puissants restent impunis pour des faits beaucoup plus graves, avec les injustices sociales et l’augmentation de la pauvreté… ?

    Il s’éloigne rapidement le temps où la France brillait par ses valeurs républicaines !

    La Laïcité, quant à elle, se voit réduite aux seules pratiques religieuses, alors qu’elle couvre la relation humaine dans toute sa complexité : ce que chacun est, pense, croit…, mais ensemble dans la même société en respectant ce que l’autre est, pense, croit…

    Sans doute que les valeurs de la France ne plaisent pas aux islamistes radicaux, mais les guerres que nous faisons directement comme en Syrie, ou indirectement par les ventes d’armes ne sont pas étrangères aux motivations terroristes !

    Et ce qui manque le plus à la France, ce principe puissant : la PAIX et que l’on pourrait décliner dans ses différentes dimensions, mais ce sera pour un autre billet.


    (1) Rapport au Parlement 2015 sur les exportations d'armement de la France

     UN COMMENTAIRE

    Ils continuent à tuer Jaurès ! Jacques Brel : pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

     
    Jacques Brel - Jaurès [1977]

    Ils étaient usés à quinze ans
    Ils finissaient en débutant
    Les douze mois s'appelaient décembre
    Quelle vie ont eu nos grand-parents
    Entre l'absinthe et les grand-messes
    Ils étaient vieux avant que d'être
    Quinze heures par jour le corps en laisse
    Laissent au visage un teint de cendres
    Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    On ne peut pas dire qu'ils furent esclaves
    De là à dire qu'ils ont vécu
    Lorsque l'on part aussi vaincu
    C'est dur de sortir de l'enclave
    Et pourtant l'espoir fleurissait
    Dans les rêves qui montaient aux cieux
    Des quelques ceux qui refusaient
    De ramper jusqu'à la vieillesse
    Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

    Si par malheur ils survivaient
    C'était pour partir à la guerre
    C'était pour finir à la guerre
    Aux ordres de quelque sabreur
    Qui exigeait du bout des lèvres
    Qu'ils aillent ouvrir au champ d'horreur
    Leurs vingt ans qui n'avaient pu naître
    Et ils mouraient à pleine peur
    Tout miséreux oui notre bon Maître
    Couverts de prèles oui notre Monsieur
    Demandez-vous belle jeunesse
    Le temps de l'ombre d'un souvenir
    Le temps de souffle d'un soupir

    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?



    « L’échec de l’islamismeMerci pour ce billet M. Edwy Plenel « Un vêtement comme les autres »… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter