• La LDH continue à refuser de sacrifier les libertés au nom d’une hypothétique sécurité *** Un communiqué de Christophe Sirugue *** Les dérapages de la police

    La LDH continue à refuser de sacrifier les libertés

    au nom d’une hypothétique sécurité

    SOURCE : http://ldh-toulon.net/la-LDH-continue-a-refuser-de.html

     

     Un communiqué de la LDH

     

    Paris, le 15 février 2016

    Etat d’urgence, continuons à peser dans le débat

    En adoptant à la majorité qualifiée la réforme constitutionnelle proposée par François Hollande, trois cent dix-sept parlementaires ont donc accepté d’inscrire, dans la Constitution, l’état d’urgence et la déchéance de nationalité. Ce vote, obtenu après d’interminables bricolages rédactionnels, vient souligner combien une politique de la peur, méthodiquement entretenue, a pu peser sur la quasi-totalité d’un champ politique transformé en chambre d’enregistrement du bon vouloir présidentiel. Ce projet de réforme constitutionnelle risque par ailleurs de continuer à diviser profondément la société, quand l’objectif devrait être de rassembler pour mieux lutter contre le terrorisme.

    La LDH s’est frontalement opposée à ce projet, qui abîme la République. Avec d’autres, elle a manifesté son opposition dans la rue et, par le biais de ses sections locales, elle s’est adressée aux parlementaires afin qu’ils mesurent l’importance de leur choix. Le vote à l’Assemblée a montré que les efforts déployés par la société civile ont porté leurs fruits, dans la mesure où ils ont mis en échec un consensus que l’exécutif croyait acquis.

    D’autres combats s’annoncent, dans les semaines qui viennent. Ils concernent la réforme constitutionnelle qui va maintenant être soumise au vote du Sénat, mais aussi la réforme de la procédure pénale et une nouvelle modification de la loi de 1955. Pour la LDH, ces projets sont autant de dangers pour les libertés et ils portent en eux le germe de graves atteintes aux fondements mêmes de la démocratie. Elle attire l’attention des députés sur leur responsabilité particulière à cet égard et leur demande de se reprendre, à l’occasion des engagements qu’ils auront à assumer au nom des citoyennes et citoyens.

    La LDH continuera à informer, à débattre, à faire vivre le débat citoyen, partout en France, et avec tous ceux et toutes celles qui refusent de sacrifier leurs libertés au nom d’une hypothétique sécurité.

    ***********

    Communiqué de Christophe Sirugue

    député de Saône-et-Loire

    La menace terroriste est forte encore aujourd'hui. Elle doit nous conduire à maintenir nos efforts notamment en terme de renseignements pour déjouer les potentiels actes qui pourraient être perpétrés sur notre territoire.
    Pour autant j'ai voté contre la demande de prolongation de l'état d'urgence. Je considère en effet que ce régime dérogatoire à l'état de droit ne peut perdurer trop longtemps.
    C'est un effort conséquent qui est demandé à nos forces de l'ordre comme j'ai pu le mesurer hier en visitant le commissariat de police de Montceau ou comme je le constate à chaque départ ou arrivée en gare TGV du Creusot Montceau pour ce qui concerne les gendarmes, sans que je n'ai le sentiment que la mobilisation soit effectuée au bon endroit.
    C'est surtout en démocratie, difficile de voir les procédures administratives prendre le pas sur les procédures judiciaires.
    C'est en conscience que j'ai effectué ce vote difficile, après avoir voté une première prolongation il y a trois mois.

    Christophe Sirugue

    ***********

    C’est aussi cela l’état d’urgence

    et les dérapages des forces de l’ordre

    Une vieille dame de 72 ans plaquée au sol sans ménagement

    L'ami qui m'a envoyé cette info s'exprime : " Incroyable et j'ai le cœur qui saigne devant ces « policiers » qui s'attaquent à une vieille dame de 72 ans qui pourrait être leur mère. 

    Regardez la réaction du jeune garçon. 

    J'ai eu les larmes aux yeux".

     

    Une farouche opposante à l'abattage de 98 platanes s'est fait arrêter en France sous l'œil des caméras de nos confrères de France 3. L'arrestation musclée, survenue lundi, fait désormais le tour du web et choque la toile.

    Lundi matin, Katia Lipovoï est venue dans le quartier de Beaulieu, en France, pour s'opposer au projet d'abattage de 98 platanes. Alors que la dame, âgée de 72 ans, s'exprimait derrière le périmètre de sécurité mis en place par la ville, les policiers l'ont interpellée sans ménagement. L'opposante venait de faire tomber une barrière nadar en signe de protestation.

     
    Plaquée au sol, la dame hurle et se plaint de douleurs

    En quelques secondes, la manifestante s'est retrouvée au sol, menottée. "Vous m'étouffez!", hurle-t-elle. Elle est ensuite emmenée au poste de police, sous les huées des autres manifestants, indignés.


    En pleurs, un petit garçon demande si "elle va aller en prison"

    Nos confrères français de France 3 étaient présents et ont filmé l'arrestation musclée. Depuis, la vidéo fait le tour des réseaux sociaux et suscite la polémique. On y voit notamment un petit garçon en larmes, peut-être issu de la famille de la manifestante, demander si "elle va aller en prison".

    La dame a été interrogée par la police. Relâchée en fin de journée lundi, Katia Lipovoï a été convoquée devant un tribunal en avril prochain.

     

     

     

     

    « ÉVIAN-LES-BAINS Alger veut saluer la mémoire de l’ancien maire Camille BlancCalais, un lieu de souffrance : nos enfants ne nous pardonneront pas notre silence »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter