• La lettre du général de Gaulle qui révèle que la France savait qu’elle perdait la guerre d’Algérie dès l’année 1959

     

    La lettre du général de Gaulle qui révèle que la France savait qu’elle perdait la guerre d’Algérie dès l’année 1959

    Nous publions une lettre du général Charles de Gaulle peu connue du grand public. Rapportée par l’historien français Jean-Raymond Tournoux dans Jamais dit, un livre paru aux éditions Plon en 1974, la lettre de De Gaulle met à nu le désarroi des responsables politiques et militaires français qui, dès l’année 1959, s’inquiétaient de ce que le FLN et l’ALN remportaient déjà la guerre de Libération en dépit des 500 000 soldats français déployés en Algérie et la gigantesque machine de propagande qui a échoué à éloigner les Algériens de la cause nationale. La lettre révèle aussi que 80 000 Algériens croupissaient dans les geôles coloniales et que les crimes de guerre, admis par l’auteur de la lettre, qui parle d’«exécutions sommaires» par opposition aux «exécutions légales», étaient sinon ordonnés du moins couverts par le chef de l’Etat français. Ci-après la lettre écrite par le général de Gaulle le 26 décembre 1959, dans laquelle il reconnaît, plusieurs années avant le cessez-le-feu du 19 mars 1962, qu’«il est fou de croire que [notre] domination forcée ait quelque avenir que ce soit».

    «Lettre du général de Gaulle,

    Nous employons en Algérie 500 000 hommes au service d’ordre armé. Les rebelles emploient au maximum 30 ou 40 000 hommes à l’insurrection armée. Nous appuyons nos forces de moyens matériels écrasants par rapport à ceux de la rébellion (aviation, hélicoptères, camions, armements, concours de la marine…). En qualité militaire, nos cadres, nos états-majors, notre commandement sont incomparablement mieux formés que les malheureux analphabètes de l’insurrection. Nous dépensons chaque année 1 000 milliards sous toutes sortes de formes pour la lutte en Algérie. Le FLN dépense 30 milliards.

    Par le combat, les exécutions sommaires, les exécutions légales, nous tuons dix fois plus d’adversaires que ceux-ci ne tuent de musulmans (de toutes espèces) ou de Français. Nous détenons dans les camps et les prisons 80 000 adversaires, tandis que le FLN n’en détient pour ainsi dire pas. La crainte est dans notre âme beaucoup plus que celle des fellaghas. Nos moyens de propagande, radio, journaux, affiches, tracts, argent, écoles, secours sanitaires, centres de formation…, sont d’une puissance beaucoup plus grande que celle des moyens FLN. Notre influence et notre action diplomatique sont hors de toute proportion avec celle du GPRA, etc.

    Et, cependant, malgré toutes les affirmations, promesses et illusions, l’ensemble de la population musulmane n’a pas du tout «basculé» de notre côté, ni en Algérie, ni dans la métropole, ni à l’étranger. A en croire les rêveurs ou les fumistes, il suffirait d’être les plus forts pour que les musulmans nous rallient.

    Quelles forces supplémentaires il nous faudrait donc pour qu’ils le fassent ? Il est parfaitement vrai que notre écrasante supériorité militaire finit par réduire la plus grande partie des bandes. Mais, moralement et politiquement, c’est moins que jamais vers nous que se tournent les musulmans algériens. Prétendre qu’ils sont Français, ou qu’ils veulent l’être, c’est une épouvantable dérision. Se bercer de l’idée que la solution politique, c’est l’intégration ou la francisation, qui ne sont et ne peuvent être que notre domination par la force – ce que les gens d’Alger et nombre de bons militaires appellent «l’Algérie française» –, c’est une lamentable sottise.

    Or, étant donné l’état réel des esprits musulmans et celui de tous les peuples de la terre, étant donné les 150 000 hommes morts en combattant contre nous en Algérie, etc., il est tout simplement fou de croire que notre domination forcée ait quelque avenir que ce soit.

    Signé le général de Gaulle, 26 décembre 1959» 

    SOURCE : https://www.algeriepatriotique.com/2016/10/10/la-lettre-du-general-de-gaulle-qui-revele-que-la-france-savait-quelle-perdait-la-guerre-dalgerie-des-lannee-1959/ 

     

    « Stèle du 19 mars 1962 à Cessenon-sur-OrbMonsieur Macron, le temps de la vérité dans l'affaire Audin est venu »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    3
    Vendredi 22 Juin à 19:00
    ‪Bien sûr, détaché début 1960 en plein djebel, pour moi c’était flagrant et les Européens avaient déjà déserté ces régions déshéritées...‬Dans les grandes villes les PN se berçaient encore d’illusions. Il fallait être sur place pour réaliser l’imposture de ces cartes géographiques de nos lycées avec des departements et leurs paisibles préfectures comme en métropole !
    2
    Mercredi 20 Juin à 15:25

    Décembre 1959 ? J'allais être appelé sous les drapeaux et partir en Algérie en mars 1960 malgré ce que pensait de Gaulle de l'issue de la guerre qu'on menait là-bas. Eh non, l'opinion du chef de l'Etat n'a pas eu d'incidence sur ce que l'armée a fait de ma jeunesse. On m'a volé vingt-six mois de ma vie dont j'aurais fait un meilleur usage que le sort qui a été le mien. Encore heureux je n'ai pas été exposé et je n'ai jamais eu à tirer un coup de feu. %ais quelle gâchis quand même : 

      • Vendredi 22 Juin à 19:04
        Même constat pour mes 28 mois d’armee, dont 18 en Algérie. Mon PA n’a visé que des canettes de bière, vides évidemment !!
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter