• La manifestation originale de Radio France " Les esclaves, la présidente, et le pupitre "

    La manifestation originale

    De Radio France

    « Les esclaves, la présidente, et le pupitre »

    Sibyle Veil a essayé de présenter ses voeux aux salariés de Radio France, au 37e jour de grève contre un plan "stratégique" de casse de Radio France (baisse de budget de 60 millions d'euros et 299 suppressions de postes)... Elle n'a pu dire que quelques mots avant qu'une manifestation originale l'empêche de continuer (Voir la vidéo à la fin). C'est une première, c'est historique...

     

    Dans l'arène de lumière, s'avance une silhouette longiligne, montée sur talons aiguille. C'est la présidente de Radio France, Sibyle Veil. Elle s'approche d'un pupitre transparent, aussi classe et gracieux qu'elle-même, et s'y appuie paisiblement. Ils sont deux alliés, maintenant, face à l'inconnu, le pupitre et elle. Derrière, le décor nous indique la nature de la scène : "Voeux 2020". Le tout précédé d'un #, car il faut vivre avec son temps.  "Bonjour à toutes et à tous, commence la présidente. Je suis heureuse de vous retrouver ce matin pour ce moment convivial qu'est le moment des voeux."

    La présidente, qui a ses antennes, a été prévenue qu'il se tramait quelque chose. Aussi, elle croit habile de donner tout de suite la parole "à ceux qui veulent s'exprimer". On va désamorcer le truc d'emblée. Ce doit être le conseil de ses cabinets de communication. Quelques secondes de silence. Rien ni personne. Et s'ils avaient renoncé ? Elle en conclut qu'elle a la voie libre. "La première chose que je voulais vous dire, c'est vous présenter mes voeux, pour vous et vos proches. Et vous souhaiter les bonheurs personnels, qui sont essentiels." Silence. Elle s'enhardit, et croit pouvoir riper sur "un moment qui a été difficile pour Radio France".

    Mais c'est le signal. Et c'est précisément quand elle dit "je voudrais commencer par m'exprimer sur le contexte social", que démarre, dans l'ombre, formidable, Le choeur des esclaves, du Nabucco de Verdi. Formidable, saisissant, emportant, aussi emportant qu'un Lac des cygnes sur le perron de l'Opéra. Que peut-on contre le Nabucco, cette "Marseillaise" des Italiens en lutte contre la monarchie autrichienne au XIXe, entonné par toutes les poitrines du choeur de Radio France ? Rien. Et Sibyle Veil le sait bien, qui lâche alors son pupitre et s'en tient en retrait, immobile, dans le cruel rond de lumière, ce rond qui devait souligner sa mansuétude et sa grâce, et ne souligne plus que sa solitude.

    Il est long, le choeur des esclaves. Ce sont sûrement, pour elle, les secondes les plus longues de ces 37 jours de grève de Radio France. On n'est pas préparé à ça, à l'ENA, où on lui a enseigné l'art de la domination dans la même promotion qu'Emmanuel Macron. On est préparé à réciter le bréviaire de la domination, "moment de convivialité", "moment difficile", et ces fameux "bonheurs personnels qui sont essentiels". Mais on n'est pas préparé à mener un plan de suppressions d'emploi contre la beauté immémoriale du Nabucco. "C'est la première fois qu'on commence les voeux sous cette forme-là" articule la présidente quand le choeur s'apaise enfin : non-mots qui ne disent rien d'autre que sa surdité.

    Ce qui se passe ensuite, prenez les quatorze minutes nécessaires pour le regarder. Les timides tentatives de la silhouette de se raccrocher à son pupitre. La partie de frisbee surréaliste qui s'improvise sur scène. Le vigile qui évacue tout le monde en douceur. Et la déroute finale du moment de convivalité, tandis que sur l'écran géant, le rétroprojecteur est resté bloqué sur le "point sur le contexte social".


     

    « Il y a 33 ans, Daniel Balavoine perdait la vie dans un accident d’hélicoptère.Malade, Serge Lama va faire ses adieux à la scène lors de sa dernière tournée »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :