• La race blanche que Nadine Morano porte au pinacle est hélas aussi responsable de bien des horreurs… "À l’époque des zoos humains"

     

    La race blanche que Nadine Morano

    porte au pinacle est hélas responsable aussi  

    de bien des horreurs… Alors un peu

     de modestie serait la bienvenue… 

    À l’époque des zoos humains

    À l’époque des zoos humains

    Le bassin du «village sénégalais», Exposition universelle de Liège, carte postale, héliotypie, 1905.
    Des êtres humains exhibés dans des zoos : c’est le spectacle de masse que les sociétés de la fin du XIXe siècle offraient à leurs populations. Une époque où on tenait pour acquise l’existence de races humaines.

    (Cet article a été publié dans CNRS Le journal, n° 263, décembre 2011.)

    Paris, année 1889. La capitale des lumières célèbre 100 ans de liberté, d’égalité et de fraternité. Outre la tour Eiffel, flambant neuve, l’attraction principale offerte aux 28 millions de visiteurs de l’Expo­sition universelle est le « village nègre » et ses 400 Africains, exhibés sur l’esplanade des Invalides, au milieu des pavillons ­coloniaux. Depuis une dizaine d’années, ces villages indigènes sont présents dans la plupart des grandes expositions, et ils le seront encore régulièrement durant une bonne partie du XXe siècle.

    Ces exhi­bitions n’apparaissent pas brutalement à la fin du XIXe siècle ; elles arrivent à la suite d’une longue tradition.

    Hambourg, Londres, Bruxelles, Chicago, Genève, Barcelone, Osaka… Toutes les grandes villes qui accèdent à la modernité exposent dans des zoos ­humains ceux qu’ils considèrent comme des sauvages. Sénégalais, Nubiens, Daho­méens, Égyptiens, Lapons, Amérin­diens, Coréens et autres peuples dits exotiques sont ainsi présentés dans un environ­nement évoquant leurs contrées, souvent dans des costumes de pacotille et aux côtés de bêtes sauvages. À Bruxelles, en 1897, on peut lire sur un panneau : « Ne pas donner à manger aux Congolais, ils sont nourris. » Plus d’un milliard de visiteurs se seraient pressés pour voir ce type d’exhibitions entre 1870 et 1940.

    Spectacle de Pygmées aux Folies Bergère, 1886
    Ce tirage de 1886 montre, au premier plan, « Les Boschiman », spectacle de Pygmées qui était donné aux Folies Bergère, à Paris.

    Comment cela a-t-il pu avoir lieu ? « Ces exhi­bitions n’apparaissent pas brutalement à la fin du XIXe siècle ; elles arrivent à la suite d’une longue tradition  », expli­que Gilles Boëtsch, directeur du labo­ratoire Envi­ronnement, santé, sociétés et coordinateur scientifique du catalogue de l’exposition « Exhibitions. L’invention du sauvage », présentée au musée du quai Branly fin 2011.

    Des spectacles de masse

    En témoigne la tristement célèbre « Vénus Hottentote », une femme originaire du sud de l’Afrique, exposée comme un phénomène de foire en Angleterre, puis en France, dans les années 1810. « Ce qui est marquant, en revanche, c’est l’ampleur prise par le phénomène à la fin du siècle : cela devient des spectacles de masse », ­insiste l’anthropologue. Il est aussi à noter que, pour leur grande majorité, les personnes exhibées sont des figurants payés et qui ont des contrats.

    Pourquoi un tel succès ? « D’abord, les populations rurales, qui ont massivement quitté les campagnes pour la ville, ont ­besoin de distractions et d’éducation. Elles seront ­fascinées par cet exotisme jusqu’alors ­inconnu », analyse Gilles Boëtsch. En cette époque de transition, ces mises en scène surfent aussi sur le mythe du paradis perdu où l’homme ­vivait en ­harmonie avec les animaux. Les spectacles sont vendus comme les vestiges d’un monde qu’on ne reverra plus jamais. Voir des indigènes aux seins nus, c’est aussi l’occasion de se rincer l’œil à moindre frais dans une ­société très prude qui tolère peu la nudité.

    Le lien avec la colonisation

    « Cet attrait est aussi lié aux pertes des racines villageoises de nombreux Français qui trouvent ensemble, riches comme pauvres, une nouvelle appartenance collective face à ces “sauvages” qui leur servent de repoussoir », poursuit Éric Deroo, chercheur associé au laboratoire Anthropologie bioculturelle. « C’est l’époque où se construisent, en Europe, les identités nationales, jusque-là assez floues, et ce sur le mythe de la modernité. Toutes les différences doivent être gommées au profit de la citoyenneté », ajoute-t-il. « Dans les expositions françaises, il y aura donc aussi des villages bretons et savoyards, régions que l’on juge urgen­tes à moderniser, tout comme l’Afrique ou n’importe quelle colonie de l’époque ! » complète Gilles Boëtsch.

    Cela sert la
    politique qui vise
    à convaincre que
    la colonisation,
    dont l’entreprise
    explose dans les
    années 1860-1880,
    est légitime.

    Les colonies justement. Leur rôle est ­crucial dans l’avènement des zoos ­humains selon l'historien Pascal Blanchard, chercheur associé au laboratoire Commu­nication et politique du CNRS et codirecteur du groupe de recherche Achac. « Si les États choisissent d’intégrer ces exhibitions dans leurs grandes expositions, finan­cent le voyage de milliers d’hommes et de femmes et délivrent des autorisations, ce n’est pas un hasard, ­insiste le chercheur, commissaire scientifique de l’exposition du quai Branly. Cela sert la politique qui vise à convaincre que la colonisation, dont l’entreprise explose dans les années 1860-1880, est légitime. »

    En somme, si l’on propage l’idée que le sauvage existe, la population sera toute disposée à soutenir la course aux empi­res coloniaux, que ce soit sur le mode pseudo-angélique de l’apport du progrès et de la mission civilisatrice ou bien celui de l’exploitation pure et simple. Il est vrai que les différentes troupes ­exhibées suivent de près l’actualité coloniale de chaque pays : pendant que la France défait le roi du Dahomey en 1893, ses guerrières amazones sont montrées au champ de Mars tandis que, en 1903, le Japon présente des Coréens – prétendument cannibales ! – avant de coloniser le pays en 1910.

    Exhibition de Coréens, au Japon en 1914.
    Carte postale représentant des Coréens cannibales, à Tokyo, en 1914. Ce peuple a en effet été présenté comme tel lors de plusieurs exhibitions au Japon durant le début du XXe siècle.

    Le racisme scientifique

    Quant au rôle de la science, il sera ­complexe. Au début du phénomène, les ­anthropologues accourent dans les expositions, notamment au Jardin d’acclima­tation, dirigé par le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire. Le but : faire des mesures. Les savants en sont friands à cette époque qui voit la montée de plus en forte des thèses fondées sur la biologie des races. Disposer de « spécimens » à domicile est alors bien pratique… Soixante ans plus tôt, la « Vénus Hottentote » (lire plus haut), « une charnière dans l’histoire des exhibitions humaines », selon Gilles Boëtsch, avait déjà permis de concilier les intérêts du monde du spectacle et de celui de la science. L’anatomiste Georges Cuvier, persuadé de tenir la preuve de l’infériorité congénitale des « races à crâne déprimé et comprimé », avait en effet entrepris la dissection de la jeune femme peu après sa mort, en 1815, et présenté ses organes en bocaux à l’Académie des sciences.

    « Mais, dès les années 1880, de nombreux scientifiques doutent de la représentativité des indigènes parqués dans des enclos, ainsi que du concept de race pure, note Claude Blanckaert, ­chercheur au Centre Alexandre-Koyré. Les délégations savantes se font plus rares ; l’alliance supposée entre science et opinion publique est désavouée et suscite de violentes controverses dans le monde académique. »

    Voir des
    populations
    derrière des
    barreaux, réels
    ou symboliques,
    (...) montre où
    sont censés se
    situer le pouvoir
    et le savoir.

    Plus complexe encore se pose la question de l’influence de ces zoos humains sur la fabrique du racisme populaire et de ses préjugés. Selon Gilles Boëtsch et Pascal Blanchard, le lien est direct : « Les spectacles anthropozoo­logiques ont été le vecteur essentiel du passage du racisme scientifique au racisme colonial vulgarisé, expliquent-ils. Pour les visiteurs, voir des populations derrière des barreaux, réels ou symboliques, suffit à expliquer la hiérarchie : on comprend tout de suite où sont censés se situer le pouvoir et le savoir. » Selon les deux chercheurs, les thèses sur les races étaient encore à cette période largement inconnues du grand public, parce qu’il ne lit pas ou peu les travaux d’anthropologie, et que la vulgarisation scientifique est quasiment inexistante, même si la littérature grand public en popularise les poncifs.

    Ce serait donc les exhibitions, divertissements de masse, qui auraient contribué à diffuser un racisme populaire, avec l’appui de la photographie, média qui explose à cette époque et propose de nombreuses cartes postales au dos desquelles on imprime souvent une fausse ethnographie à dimension pédagogique, au gré des exhibitions du moment.

    Danse kanake, Exposition universelle de 1889, Paris
    Danse kanake sur l’esplanade des Invalides pendant l’Exposition universelle ayant eu lieu à Paris en 1889.

    L’influence de la littérature

    « Mais cette hypothèse suppose l’antériorité du racisme savant sur le racisme populaire, remarque Claude Blanckaert. Or on pourrait retourner le procédé et voir dans le racisme scientifique une banale rationalisation des croyances communes. » C’est d’ailleurs ce que suggère l’absence généralisée de protestation devant ces mises en scène : le discours n’est-il pas déjà largement intériorisé, de façon consciente ou non ?

    À la fin du XIXe,
    des manuels
    d’histoire naturelle
    commencent déjà
    par un chapitre
    sur les races
    qui place
    les Européens
    au sommet
    de la hiérarchie.

    « Vers la fin du XIXe siècle, les écoliers ont des manuels d’histoire naturelle qui commencent déjà par un chapitre sur les races, plaçant les Européens au sommet de la hiérarchie », consent Gilles Boëtsch. Selon Claude Blanckaert, il ne faut pas négliger non plus l’influence de la ­littérature : « L’écrivain Léon-François Hoffmann a montré il y a longtemps que la littérature populaire des XVIIIe  et XIXe siècles avait clairement anticipé le comparatisme évolutionniste sous-jacent aux exhibitions ethniques lorsqu’elle ­situait le nègre esclave à parité de déve­loppement avec le singe ou l’enfant. » Enfin, tout simplement, on dispose de peu de moyens pour savoir ce que les gens pensaient. « Le public des foires n’a pas d’archives. Que sait-on de ses affects, de ce qui le choquait ? », s’interroge Claude Blanckaert. Certaines exhibitions montrent des Lapons manger de la viande crue sur commande et des Africains ­agiter leurs sagaies à heures fixes huit fois par jour. Le soir, les féroces Zoulous dansent aux Folies Bergère ! Alors, dans quelle mesure le public sait-il qu'il n'assiste qu'à un show d’acteurs, aussi infamant soit-il ?

    Des causes multifactorielles

    « Il serait présomptueux d’établir des causalités simples pour des phénomènes complexes », conclut Claude Blanckaert, tout en saluant les travaux de documentation et de recherche réalisés sur le sujet et qui révèlent, pour la première fois, l’ampleur des zoos humains. « Cela montre toute la complexité du phénomène sur près de cinq siècles, les spécificités locales et les grandes ruptures chronologiques, grâce à la contribution de plus de 70 auteurs pour ce qui est du catalogue de l’exposition, soulignent Gilles Boëtsch et Pascal Blanchard. Il faut comprendre qu’il n’y a pas un modèle unique du zoo humain, mais une myriade de phénomènes qui s’entrecroisent, peuvent s’opposer et forment, en définitive, un phénomène mondialisé dès le XIXe siècle. »

    En ouvrant ses portes à ce morceau d’histoire inavouable, l’exposition du quai Branly, l’une des premières au monde sur ce thème, avait un but clair : « Déconstruire une imagerie, vue à l’époque par plus d’un milliard de personnes en tout et qui influence encore forcément notre vision du monde », insiste Pascal Blanchard. Ainsi, en 1994, la marque de biscuits Saint-Michel s’associait au Safari parc animalier de Port-Saint-Père, près de Nantes, pour créer un « village ivoirien » qui provoqua un scandale et changea de nom après son ouverture. Reprenant l'ancien patronyme des biscuits chocolatés de Saint-Michel, ce parc s’appelait au départ le « village de Bamboula »...

     

    « La France aux antiracistes : un exemple parmi tant d'autres "Un restaurateur refuse de servir deux femmes voilées"Paru en 2015 : Guerre d’Algérie, destins croisés, « Voyage de réconciliation entre un fellagha et un appelé français » de Dalila Berbagui aux éditions Bellier »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter