• LE BRUIT DES BOTTES

     

    LE BRUIT DES BOTTES

    Cette chanson des années 70 est aujourd'hui de plus en

    plus d'actualité !!!

    L'histoire se répète inlassablement Jean, tu pourrais rajouter aujourd'hui beaucoup d'autres couplets. Quand pourrons-nous vivre libre et en paix ? C'est une utopie ? NON ! Pour le moment restons éveillés et vigilants… 

     

    LE BRUIT DES BOTTES

     

    Brésil : le fascisme se combat et sera vaincu

    Haut du formulaire

    Bas du formulaire

    LE BRUIT DES BOTTES

    Bas du formulaire

     

    28 octobre, nuit noire sur le Brésil. Le fasciste Bolsonaro élu président du Brésil avec 55% des voix contre 45% à Haddad le candidat du parti des travailleur. Résultat d’une campagne électorale ultra violente intervenant à la suite du coup d’état de Temer en mai 2016 suivi de l’emprisonnement – condamné par l’ONU – de Lula, principale figure de l’opposition et ultra favori dans les sondages. 

    Comme le laissaient entendre les sondages, Bolsonaro, le candidat fasciste du grand capital brésilien et de l’impérialisme étasunien, l’a emporté dimanche.
    Cette défaite a une cause centrale : la politique de collaboration de classe du PT incapable d’apporter au mouvement ouvrier, aux paysans sans terre, à la jeunesse populaire ce qu’ils étaient en droit d’attendre d’un gouvernement progressiste. Non pas que des gestes positifs ne furent pas accomplis mais l’essentiel, la mise en perspective du socialisme dans un processus révolutionnaire, n’a pas été faite. Le PT réformiste s’est englué dès lors dans des compromissions avec le capital trahissant son mandat. Le PT en se mettant au service du capital n’a fait que préparer sa propre fin. Les masses ce sont logiquement détournées du PT et l’espace politique s’est ouvert pour Bolsonaro et ses bandes fascistes. D’autant que la droite classique avait engagé un processus de fascisation tant sur le plan socio-économique que politique avec le coup d’État contre la présidente élue et l’ancien président Lula. Mais sa corruption ne lui permettait pas d’aller au bout de ce processus de réaction sur toute la ligne.

    Le patronat, les marchés financiers, le gouvernement

     des Etats-Unis, les églises ont fait le choix du fascisme

    Aussi le patronat brésilien, les grands propriétaires terriens, les marchés financiers, le gouvernement des Etats-Unis, les églises ont fait le choix du fascisme. Fernando Haddad le candidat du PT l’a confirmé “Une partie significative de l’élite brésilienne a renoncé à la social-démocratie pour le fascisme” : quel terrible constat qui devrait faire rougir de honte le PT et toute la social-démocratie internationale !
    Mais les conséquences désormais sont devant les travailleurs et le peuple brésilien.

    Les travailleurs brésiliens ont tout notre soutien

    Notre solidarité leur est acquise à eux qui seront les premiers visés par les fascistes. Mais nous savons que le Parti de Luis Carlos Prestes ou d’Oscar Niemeyer, nous savons que “Les cavaliers de l’espérance” que sont nos indomptables camarades feront face comme ils l’ont toujours fait y compris sous la dictature militaire fasciste de 1964 à 1985. Nous serons solidaires du mouvement ouvrier, paysan, et étudiant et de toutes les forces progressistes du Brésil. Mais ce résultat électoral, préparé par la complicté de l’oligarche brésilienne et internationale, aura aussi des conséquences sur le rapport des forces et la lutte de classes à l’échelle internationale, à commencer par la situation en l’Amérique Latine. Les menaces ouvertes proférées par le candidat et son équipe contre le Vénézuéla laissent entendre une accentuation de la pression économico-militaire contre les gouvernements populaires du sous-continent. Là encore, nous ferons tout pour activer la solidarité internationaliste.

    Le fascisme sera vaincu, aux ténèbres succédera le jour

    Le fascisme est une parenthèse de l’histoire. La parenthèse aussi douloureuse et difficile soit-elle, se refermera, et le jour succèdera aux ténèbres.
    Une fois encore disons avec force que le fascisme est une des armes du capitalisme en crise. Il n’est pas une maladie. Il est l’expression de la volonté de capital de terroriser le mouvement populaire pour lui imposer sa politique de régression sociale, de baisse des salaires, de casse des droits du monde du travail, de précarisation à outrance, de privatisation massive, de destruction des services publics, de chômage de masse. La violence du capitalisme se déploie ouvertement avec le fascisme pour imposer par la force sa politique quand le consentement populaire s’effrite et que ses intérêts lui semblent menacés. L’histoire nous montre qu’avant le fascisme une période de transition appelé fascisation prépare le terrain au fascisme, à la dictature terroriste de grand capital financier. C’est à ce moment là et contre ces fourriers du fascisme qu’il faut agir si l’on ne veut pas permettre au fascisme d’accéder au pouvoir. Aujourd’hui être un anti-fasciste conséquent dans les faits et pas seulement en parole, c’est donc lutter contre ceux qui enfantent le fascisme en s’attaquant aux conquêtes sociales et aux libertés démocratiques, en détruisant la souveraineté des peuples, en criminalisant le communisme. En combattant les Macron, les Le Pen, les LR, la fausse gauche et la vraie droite, les ours savants de la social-démocratie, le Medef et leur état-major l’Union Européenne qui, comme hier Renzi en Italie ou Temer au Brésil, ont ouvert la voie aux fascistes.

    Le fascisme se combat, nos anciens l’ont fait

    ici et ailleurs et ils l’ont vaincu

    Ne cédons ni aux lamentations

     ni au découragement, ni à l’amertume

    En le combattant le fascisme ne passera pas. 

     

    « Il y a 60 ans, le camp de regroupement de MesselmouneAu Vietnam, contrats et mémoire de la guerre d'Indochine pour Edouard Philippe *** Le 7 mai 1954 : la défaite de Dien Bien Phu : L’historien Alain Ruscio la replace dans son contexte »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter