• Le corps d'un soldat argelésien mort en Algérie, rapatrié 61 ans après sa mort

    Le corps d'un soldat argelésien

     mort en Algérie, rapatrié 61 ans

     après sa mort

    Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Roussillon et France Bleu mardi 1er août 2017

     

    Le corps d'un soldat argelésien  mort en Algérie, rapatrié 61 ans  après sa mort

    Le Sergent Jean Vilalta Mort pour la France en 1956 en Algérie -

    C'est une première en France et ça se passe dans les Pyrénées-Orientales. Le corps d'un soldat argelésien mort pour la France en Algérie en 1956 a été rapatrié par sa famille, soit 61 ans après son décès.

    La sœur du Sergent Jean Vilalta est tellement émue qu'elle n'arrive pas à témoigner au micro de France Bleu Roussillon. C'est sa petite fille qui raconte l'histoire incroyable de son grand-oncle. Après sa mort pendant la guerre d'Algérie, le jeune Sergent a été enterré au cimetière militaire d'Oran. Sa famille espérait un jour rapatrier son corps, c'est chose faite depuis quelques jours.

    Une première en France

    Selon Christophe Corréa, délégué militaire départemental, c'est la première fois que le corps d'un soldat français mort en Algérie est rapatrié en France. Entre 300 et 400 soldats français seraient inhumés en Algérie selon le représentant de l'armée.

    C'est la sœur du Sergent Jean Vilalta qui avait promis à sa mère, aujourd'hui décédée, de rapatrier le corps de son fils. Sa petite-fille, Marielle Auriach raconte la suite "en 2015 elle a retrouvé une lettre dans un coffre qui disait exactement où est-ce qu'il était enterré [...] nous avons alors contacté l'Ambassade de France à Oran. Nous leur avons demandé si la tombe était toujours là-bas [...] le consulat français et les autorités algériennes nous ont donné toutes les autorisations nécessaires".

    Ma grand-mère s'est effondrée sur le cercueil, elle a regardé le ciel et a dit "Maman je t'ai ramené ton fils" — Marielle Auriach 

    Le rapatriement du corps, le 21 juin dernier, a été entièrement pris en charge par la famille de la victime "entre 6 et 7.000 euros" selon Christophe Corréa, délégué militaire départemental. Certes le coût est très élevé mais ce premier rapatriement autorisé par les autorités algériennes pourrait entraîner de nombreuses demandes de familles.

    TÉMOIGNAGE I Marielle Auriach raconte comment sa grand-mère a retrouvé le corps : 

    Mort pour la France en 1956

    Le Sergent Jean Vilalta n'aura passé que quelques mois en Algérie. Arrivé en mars 1956 sur le front, il meurt le 12 juillet 1956 d'une décharge de chevrotine. Jean Vilalta n'avait que 22 ans.

    À la demande de sa famille, le Sergent Vilalta, Mort pour la France, recevra les honneurs militaires. Honneurs rendus par un détachement du 3ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine de Carcassonne, le cercueil sera recouvert du drapeau tricolore.

    RÉACTION I Christophe Corréa explique que les démarches ne sont pas évidentes : 

    Ses obsèques officielles auront lieu ce samedi 5 août à 9h45 à la cathédrale d'Elne. La cérémonie est ouverte à tous.

    SOURCE : https://www.francebleu.fr/infos/societe/le-corps-d-un-soldat-argelesien-mort-en-algerie-rapatrie-61-ans-apres-sa-mort-1501605162 

     

    « "Un autre monde on n'a pas le choix" Vincent Liechti *** Alger, Paris, Nice, Alep, Munich, Londres, Bruxelles, Saint-Etienne-du-Rouvray souffrent d’un cancer effrayant. Et ça continue...Emmanuel Macron écrit au Président Bouteflika et s’engage à assumer ses convictions contre la colonisation »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Le_Canari_de_retour
    Mercredi 2 Août à 20:35
    Toute mort est horrible et je devine la peine des proches de ce soldat qui - à fleur d'âge- a perdu la vie pour une cause qui ne le concernait ni de prés ni de loin. Ce que je voudrai dire, et insister, aussi bien auprès de cette honorable famille que de toutes les familles Françaises qui ont perdu un être cher dans cette guerre stupide imposée par la France coloniale , c'est que les Algériens , en lutte pour recrouvrer leur droit de vivre humainement à l'image de tous les peuples de ce monde, ne sont nullement concernés par ces pertes humaines mais , s'il y a un reproche à faire, il est à adresser au colonialisme qui nous exploitait telles des bêtes de somme…nous considérait bien moins qu'un être humain. L'Algérien s'est soulevé, et il se devait de le faire, après avoir épuisé toutes les voies pour régler pacifiquement la tragédie qui lui était imposée….l'Algérien s'est soulevé , dis-je, comme s'est soulevé le peuple Français contre les forces obscurantistes Hitlériennes qui voulaient s'imposer sur un territoire appartenant à d'autres. Quel est le tort du Sergent Jean Vilalta qui a répondu ""présent"" à l'appel sous les drapeaux ? Et quoi de plus beau que de servir sous l'étendard son pays et de se sacrifier pour un idéal ? Il ignorait, malheureusement, qu'il allait servir de chair à canons pour satisfaire les caprices des politiques de l'époque… il ignorait qu'il allait servir une cause perdue d'avance. Le colonialisme est la peste qui gangrène les mentalités de certains de la haute sphère. Le colonialisme implique mort et désolation. Le colonialisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Et pour mener son horrible tâche, le colonialisme se doit d'être un hypocrite et un menteur et, surtout, de ne jamais avoir honte de rougir même quand il ment. Nous le voyons journellement à travers les médias qui nous montrent des images plus horribles où les morts se chiffrent par centaines. Quel est le tort de ces peuples ? Que Jean Vilalta repose en paix ! A Dieu nous appartenons et à LUI nous retournons ! Blida (Algérie) le : 02*08*2017
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter