• Le nouveau scandale de Ménard qui veut débaptiser la rue du 19-Mars-1962 célébrant le Cessez-le-Feu de la guerre d'Algérie

    Le nouveau scandale de Ménard qui veut débaptiser une rue clébrant la fin de la guerre d'Algérie

    À Béziers, Robert Ménard veut que la rue dédiée à la fin des combats en Algérie soit rebaptisée rue du « Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc », ce militaire ayant participé au putsch des généraux en 1961.

    À Béziers, Odette Dorier, élue Front national de la majorité de Robert Ménard, proposera au prochain conseil municipal le changement de nom de la rue du 19-Mars-1962. Cette date symbolique marque la fin des combats en Algérie, au lendemain de la signature des accords d'Évian.

    Le maire Robert Ménard souhaite que cette rue soit rebaptisée, à compter du 19 mars prochain, rue du Commandant-Hélie-de-Saint-Marc, du nom de ce militaire ayant participé au putsch des généraux en Algérie en 1961. Il s'agit pour l'édile de « rendre hommage à un héros. C'est juste un acte réparateur ».

    Décédé en 2013, ce militaire avait été résistant et déporté à Buchenwald. En avril 1961, il avait fait le choix de l’Algérie française et avait participé au putsch des généraux à la tête du 1er REP (Régiment étranger de parachutiste). L’opération échouera et il se constituera prisonnier. Il sera condamné à dix ans de réclusion et effectuera cinq ans de prison avant d’être gracié par le général de Gaulle.

    Réhabilité en 1978, il avait été élevé en novembre 2011 au rang de Grand-Croix de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy.

    Les basses œuvres de la République

     aux Invalides en 2011

    Le nouveau scandale de Ménard qui veut débaptiser une rue clébrant la fin de la guerre d'Algérie

    |  Par Antoine Perraud de MEDIAPART 

    Alors que l'on va célébrer les 50 ans de l'indépendance de l'Algérie, Nicolas Sarkozy a décoré l'ancien officier putschiste d'Alger, Hélie Denoix de Saint Marc, lundi 28 novembre 2011 aux Invalides. Et il y encourage le transfert des cendres du tortionnaire de la République, le général Bigeard. Le chef de l'Etat vient ainsi flatter une extrême droite, qui se réfère toujours à l'Algérie française ou à l'OAS.

    Le président de la République Nicolas Sarkozy a élevé le commandant Hélie Denoix de Saint Marc, 89 ans, à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur, ainsi qu'en témoigne le décret publié au Journal officiel.

    Le lundi 28 novembre 2011, lors de la cérémonie de prise d'armes d'automne dans la cour des Invalides, le président de la République joignit le geste au décret, en décorant le récipiendaire.

    Le chef de bataillon Denoix de Saint Marc est un personnage en grande partie mythifié, comme pour tendre un miroir consolateur à une France pacifiée. Voici un résistant, déporté, devenu militaire pour être envoyé sur le front de la désastreuse guerre d'Indochine, puis sur le terrain de la calamiteuse expédition de Suez en 1956. Et pour finir soldat perdu en Algérie.

    Il assurait le commandement par intérim du 1er REP (régiment étranger de parachutistes) en avril 1961, quand il épousa la cause du pustch des généraux, ce «pouvoir insurrectionnel établi en Algérie par un pronunciamiento militaire» (Charles de Gaulle). Il fallut que le fondateur de la Ve République mît tout son poids dans la balance, sanglé dans son uniforme, en un discours radio-télédiffusé dirigé, finalement, contre son camp: «Ce pouvoir a une apparence: un quarteron de généraux en retraite. Il a une réalité: un groupe d'officiers, partisans, ambitieux et fanatiques. Ce groupe et ce quarteron possèdent un savoir-faire expéditif et limité. Mais ils ne voient et ne comprennent la nation et le monde que déformés à travers leur frénésie. Leur entreprise conduit tout droit à un désastre national.»

    Hélie Denoix de Saint Marc a été condamné en 1961 à dix ans de réclusion criminelle. Il devait être gracié en 1966, puis réhabilité dans ses droits civils et militaires en 1978. Il est donc décorable.

    Nicolas Sarkozy a une vision prédatrice de l'Histoire : s'emparer de ce qui sert sa cause. En distinguant Hélie Denoix de Saint Marc, il ne vise pas à susciter une réflexion collective à propos d'un personnage dont aurait pu s'inspirer le récent prix Goncourt Alexis Jenni, pour dépeindre le légionnaire Victorien Salagnon, (anti)héros de son roman L'Art français de la guerre. Il ne s'agit donc pas d'honorer le vieil humaniste qui se confie à Laurent Beccaria dans L'Aventure et l'espérance (Les Arènes, 2010), en assumant et en regrettant, à sa façon, les drames et les errements d'une génération aveuglée par les derniers feux du colonialisme. Voilà plutôt un signe de reconnaissance vers une France confite en amertume revancharde.

    Le nouveau scandale de Ménard qui veut débaptiser la rue du 19-Mars-1962 célébrant le Cessez-le-Feu de la guerre d'Algérie

    Avant les élections municipales de mars 2014

    Le nouveau scandale de Ménard qui veut débaptiser une rue clébrant la fin de la guerre d'Algérie

    "Béziers n'est pas une ville d'excités ! C'est la cité de Jean Moulin", assurait l'inamovible maire UMP de Béziers, Raymond Couderc, pour commenter la candidature du polémiste Robert Ménard dans sa ville lors des dernières élections municipales. Manière de ramener l'intrus à un simple feu de paille, voué à s'éteindre une fois passé l'emballement médiatique.

    L’ancien maire de Béziers, élu depuis dix-huit ans, fut pourtant le grand brûlé de cette histoire ! Mais ça ne l’a pas empêché de s’incliner en compagnie de Ménard le 5 juillet 2014 devant la stèle des quatre condamnés à mort et fusillés : les anciens membres de l’OAS, parmi lesquels Jean-Marie Bastien-Thiry, organisateur de l'attentat manqué contre CHARLES DE GAULLE au Petit-Clamart, Albert Dovecar et Claude Piegts, à l'origine de l'assassinat du commissaire d'Alger ROGER GAVOURY, et Roger Degueldre, fondateur des commandos Delta.

     

    Le nouveau scandale de Ménard qui veut débaptiser une rue clébrant la fin de la guerre d'Algérie

    MENARD ARRIVÉ D'ALGÉRIE À 9 ANS

    Il est passé chez les trotskiste de la Ligue communiste révolutionnaire, puis au Parti socialiste… le voilà à la droite de l’extrême droite… ce qui fait penser à la chanson… de Jacques Dutronc « L’opportuniste »

    Cela faisait près d'un an que Ménard préparait son atterrissage à Béziers. Né à Oran (Algérie) en 1953, il est arrivé dans le Biterrois à 9 ans. Son père, ex-imprimeur pied-noir, fut membre de l'Organisation armée secrète, avant d'échouer en France. Le jeune Robert, qui a "grandi dans une famille où la vie s'est arrêtée en 1962", s'est cherché un avenir chez les trotskistes de la Ligue communiste révolutionnaire, puis au Parti socialiste.

    Il a fait ses armes de journaliste à Montpellier – il a toujours sa carte de presse –, puis a cofondé, en 1985, RSF, dont il est devenu l'emblème, aussi admiré que contesté pour son talent de bateleur. C'est à 55 ans qu'il décide, en 2008, d'arrêter l'aventure RSF. Après le lancement avorté d'un centre pour la liberté de l'information au Qatar, il devient en 2009 polémiste radiophonique et cathodique, en choisissant un créneau porteur : celui des "nouveaux réac", qui assènent les "vérités" que personne ne voudrait dire, en combattant du diktat de la "bien-pensance".

    "RÉACTIONNAIRE" 

    Ses positions, fleurant la droite de la droite, ont vite créé un malaise au sein des rédactions où il officiait (i-Télé, RTL, Sud Radio). Sa défense de la peine de mort, dans le cas de Marc Dutroux, a marqué les esprits. "Je suis, sur les questions de société, réactionnaire", dit-il sans fard, en opposant virulent au mariage gay. Il a perdu son dernier micro, à i-Télé, à la rentrée 2012, et en a tiré une maxime : "Le pire ennemi de la liberté de la presse, ce sont les journalistes!"

    Mais nous espérons que les Républicains se rebiffent et fassent fermer le "clapet" de cet opportuniste devenu extrême-extrémiste

     

     

     

    « L'œuvre algérienne de René Vautier, "le Che Guevara du cinéma français", éditée en coffretEn plein délire ! Un article de Jacques CROS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :