• Le palmier-dattier, un arbre aux multiples usages

    Le palmier-dattier, un arbre aux multiples usages

    Un fruit Emblématique du Sahara algérien

    SOURCE :  www.babzman.com / auteur Leila A.

      Le palmier-dattier, un arbre

    aux multiples usages

    Le palmier-dattier est l’un des arbres fruitiers des plus antiques de l’Histoire de l’humanité. Il est domestiqué depuis près de 6000 ans au Croissant Fertile du bassin de l’Euphrate (berceau des plus anciennes civilisations de l’Eurasie). Par la suite, il migre vers l’ouest, et ce dans toute l’Afrique du Nord, où il incarnait d’hier à aujourd’hui l’emblème des oasis sahariennes, jalonnant ainsi presque tous les aspects de la vie sociale et économique. 

    Aride et guère clément, le climat du Sahara est peu propice à  l’agriculture. Seul le palmier-dattier, de par sa nature robuste, déroge à cette règle. Avec plus de 900 variétés de dattes, l’Algérie  est l’un des plus grand pays producteurs, d’Afrique du Nord. Outre son usage à des fins d’exportation,  le dattier est l’une des composantes principales de la consommation locale des oasis saharienne. Il reste ainsi incontestablement, l’aliment le mieux adapté à la mouvance nomade. 

    Aux prémices de l’automne, nomades et semi –sédentaires affluent vers leurs oasis : c’est la saison de l’El guetîe (la récolte), et qui continue de nos jours, à rythmer la vie saharienne. Le cycle de vie du palmier, passe par divers phases : de « l’arbre encore adolescent, gharsa, et qui n’a pas encore produit; au seuil de la maturité, puisqu’il a «  bien voulu » (ardha), entouré d’EL Mekernfa, qui vient du mot kernaf et qui désigne une sorte de carapace desséchée et parasitaire qui  se forme autour du stipe en pleine croissance.  La plante est alors dite Kebira, puis Charfa (littéralement vielle, puis  importante). » 

    En plus d’être très prisé et apprécié pour ses fruits, le palmier-dattier a de multiples usages : les noyaux constituent la principale nourriture des animaux, les troncs sont utilisés encore de nos jours  dans la construction des ksours et servent également de bois de chauffage et de cuisine. Les fibres  remplacent l’alfafa pour la confection de paniers, d’éventails et de chapeaux ainsi que divers  objets utilitaires. 

      

      

    « Colloque "Guerre d'Algérie : Savoir et Transmettre" du 4 février 2015 à l'Hôtel de Ville de Paris *** Interventions de Jean-François Gavoury et de Jean-Philippe Ould Aoudia 1962 : l’exode de Ghislaine, oranaise ... Un article de la Ligue des Droits de l'Homme de Toulon »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter