• Les anciens d'Algérie racontent leur guerre

    Les anciens d'Algérie racontent leur guerre

    http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/les-anciens-d-algerie-racontent-leur-guerre-04-09-2014-4108161.php 

    Ils ont souffert, certains ne voulaient plus en parler, ne pas s'en souvenir. Pourtant, pendant deux ans, la journaliste Anne-Sophie Chilard a recueilli les témoignages de 21 habitants de Magny-les-Hameaux ayant participé à la guerre d'Algérie (1954-1962). De ces entretiens, elle a tiré un livre*. Les vingt et un témoins y livrent leur ressenti sur ce qu'on a longtemps nommé les « événements » et sur cette période sombre de leur vie.

    *« Appelé d'Algérie, 50 ans pour défaire mon paquetage », Yvelinedition, 128 pages, 19 EUR. Disponible en commande sur Yvelinedition.fr ou bien à la mairie de Magny-les-Hameaux et au centre social.

    Parution 20 septembre 2014 

    Témoignages recueillis par Anne-Sophie Chilard 

    Depuis Napoléon III, la France s'écrit un « roman » avec l'Histoire : censures, oublis, déformations, lois et  décrets... Et la période 1954-1963 est certainement celle qui cristallise tous les défauts. Ce que l'on a nommé jusqu'en 1974 « les événements d'Algérie » est une période de notre Histoire que l'on a cherché à enfouir, d'autant plus que, dès 1954, la Métropole avait tourné la page. Indochine, Maroc, Tunisie, Algérie, Madagascar, que d'obstacles à abattre pour que démarre les trente glorieuses. Les « engagés », qui ont enchaîné 39-45, l'Indochine et l'Algérie, ont apporté leurs témoignages, leurs révoltes.

    Quant aux appelés du contingent, la « Nation en armes », cela a été la chape de plomb dès leur retour. La Nation, à ce moment-là, préférait déambuler sur les Champs Elysées ou découvrir Saint-Tropez plutôt que de porter les armes. Interdit de se souvenir ! De commémorer ! Un petit noyau d'appelés ont commencé à bouger. Les événements d'Algérie sont devenus Guerre d'Algérie, des monuments aux morts ont été érigés. Ce que l'on appelle aujourd'hui travail de mémoire se met en route, avant qu'il ne soit trop tard, que cette génération ne disparaisse.

    En 2004, Jacques Lollioz, alors maire de Magny-les-Hameaux, et Gaëtan Pellan, Responsable des affaires culturelles, à cette époque, ont souhaité créer un monument aux morts qui permettrait de travailler, avec les enfants de la Ville, sur les notions de guerre, de paix et plus largement sur le devoir de mémoire. 

    Cela a été le point de départ d'un travail de mémoire sur la Guerre d'Algérie. Dans ce mouvement, ce livre permet de faire resurgir des mémoires la nostalgie et l’histoire d’une jeunesse. Une jeunesse volée à la vie de 21 Magnycois qui se souviennent…

    La mémoire nécessite un travail en profondeur, en particulier avec les enfants. Ce livre, comme le lieu de mémoire de Magny-les-Hameaux, en sont des traces concrètes. Le devoir, ou « plaisir » de mémoire que nous agitons tous les ans avec les enfants des écoles de la ville de Magny-les-Hameaux, en créant un livre infini au fil des ans, inscrit cette trace dans la lumière.

    Cet ouvrage constitue une étape importante dans ce travail de mémoire. D'un abord facile, il permet à chacun des 21 anciens que la journaliste Anne-Sophie Chilard a interrogé de témoigner de cette période sombre de leur vie, de dire leur ressenti. Il vous sensibilisera aux conséquences d'une guerre si mal fichue.

     

     

     

    « Rencontre avec les «autres» pieds-noirs : ceux restés en AlgérieOdos. « J'ai servi de cobaye humain » »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :