• Les camps

     

    Les camps

     

    Quel camp choisir : celui des Gilets jaunes, celui du Préfet de Paris, celui du Président ? 

    Le Préfet de Paris a dit à la dame Giletjaune, présidente d’un service d’aide aux victimes qui n’a jamais rien cassé, qu’il n’est pas dans son camp… Est-il dans le camp du président Macron qui a dit aux maires que les Français ont redécouvert la fraternité sur les ronds-points ?

    Il faut choisir son camp c’est vrai. Nous sommes nombreux à l’avoir choisi, depuis fort longtemps. Nous sommes dans le camp de ceux qui croient dans les valeurs de la République : la libertéy compris celle de manifester sans se faire tirer dessus

    Celui de l’égalité des droits entre tous, le droit d’avoir un travail, et quand on a un, le droit d’avoir un toit pour ne pas mourir asphyxié dans sa voiture. Et le droit, si on n’a ni l’un ni l’autre, d’être aidé financièrement par la collectivité. 

    Celui de la fraternité. Celle qui devrait empêcher un pays riche, oui riche, de laisser mourir ses étudiants, ses chômeurs et tous ceux qui n’ont pas assez de sous pour manger et pour dormir.  

    Dans mon camp, dans notre camp, il y a de la place pour tous, même pour les incompétents, même pour les arrogants mais il n’y aura jamais de place pour les fachos et les racistes. C’est clair ?

    Alors oui, il est temps, grand temps, de choisir son camp, celui du tous égaux, celui du tous différents mais tous ensemble. 

    SOURCE : https://blogs.mediapart.fr/gtk/blog/191119/les-camps

    Les camps

     

     

    « Ces policiers, eux aussi, ne sont pas dans le même camp que le préfet Lallement rappelez-vousC’est vrai, nous ne sommes pas dans le même camp et depuis toujours »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Mercredi 20 Novembre à 12:53

    Bien sûr Jacques, il faudrait une Révolution c'est-à-dire un renversement brusque d’un régime politique par la force. Elle est aussi définie par le Larousse comme un « changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d'un État, qui se produit quand un groupe se révoltant contre les autorités en place, prend le pouvoir et réussit à le garder ». Là je crois que nous ne le verrons pas... Bloquer le pays longtemps est plus réalisable à condition que ceux qui bloquent soient aidés financièrement par ceux qui n'ont pas la possibilité de bloquer.

     

    1
    Mercredi 20 Novembre à 11:47

    Personnellement, étant à la retraite, je suis en mesure de faire grève jusqu'à la chute du gouvernement ! Mais je ne suis pas assuré qu'il en est de même pour tous. Par ailleurs changer l'équipe qui nous dirige ? Mais plus on en change, plus c'est la même chose ! Il faudrait une rupture avec la logique du système. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :