• Les élections départementales en France libèrent la parole anti-arabe !

    Les élections départementales en France libèrent

    la parole anti-arabe!

    « L’hymne à la haine ne profite pas à l’humanité »
    Mahatma Gandhi

    Les élections départementales en France libèrent la parole anti-arabe !

    Dans le canton de Narbonne 3, un candidat estampillé Front National (FN) aux élections départementales  du 22 mars 2015 se complait,  depuis des années,  dans un racisme des plus abjects. Sans que la justice ne réagisse et ne lui applique  la loi Gayssot,  loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe. En 2012, il publiait sur Facebook, étalant publiquement son ignorance du monde arabo-musulman et même de l’histoire de sa région**: "Je le dis haut et fort… bras d'honneur à tous les médias et à tous les Arabes du monde entier !". Le dénommé Elie Quisefit ose maintenant éructer d’après le quotidien L’Indépendant de Perpignan "Il y a des battues contre les sangliers… contre les loups… contre les lynx… Et si on organisait plutôt des battues contre les Arabes on sauverait peut-être la France » !

    Un homme encore au xIxème siècle

    Cet homme ne semble pas être sorti du XIXème siècle. On devrait l’avertir que l’Algérie, le Maroc et la Tunisie – entre autres- ont récupéré leur indépendance et leur destin depuis quelque temps.
    Elie Quisefit, tel un somnambule ou un illuminé, rêve de chasser (dans son langage on dit «casser») de l’Arabe et  marche encore sur les brisées du  baron d'Estournelles de Constant qui écrivait en 1887: "Cette répression (des Arabes algériens) où nos jeunes gens se lancent comme des chevaux de course longtemps retenus, ces razzias célèbres, dont le récit a fait battre nos cœurs, sont, en effet, d'entraînantes parties! Avec quelle joie, quand on a forcé depuis longtemps le dernier lièvre et la dernière gazelle de la plaine, on monte à cheval à la poursuite d'une troupe d'Arabes! Oui, c'est un sport enivrant...( in "Les congrégations religieuses chez les Arabes et la conquête de l'Afrique du Nord", Maisonneuve et Ch. Leclerc (édit), Paris, 1887, p. 69).

    Lorsque les borborygmes indignes de Qui se fit ont été étalés dans la presse, l'homme a présenté ses excuses "à la communauté musulmane" : "C'est un dérapage, mais ce n'était pas du racisme, plutôt une exaspération" a-t-il expliqué.

    Mais il  est toujours investi par le FN dans son canton. La volonté de ce parti  de présenter des candidats partout pour les départementales le conduit à présenter des militants « bruts de coffrage » qui ne sont pas tous rompus à la méthode, au « vernissage »  et aux entourloupes des  Le Pen. Elie Quisefit ne sait pas encore que le rapport colonial de domination et d’exclusion est mort et enterré. Tout comme le baron d’Estournelle de Constant et ses ignobles chasses à courre !
    Le pire est que ce quidam n’est pas seul dans son cas à manifester ce prurit haineux et raciste. En mai 2014, un conseiller municipal FN, Jacques Gérard,  de Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne) a dû démissionner après avoir apostrophé, en brandissant sa carte d’ancien combattant,  un élu d’origine algérienne M. Madani Khaloua : « des cons comme toi, j’en ai tué plein pendant la guerre ». M. Khaloua a porté plainte. Le FN est un parti bel et bien colonisé par les démons fascistes et les crânes rasés.

    A la recherche de boucs émissaires

    Galvanisés par les sondages, boostés par les déclarations alarmistes –y compris celles du Premier Ministre,  M. Manuel Valls qui espère ainsi affaiblir le parti de Sarkozy - militants et candidats FN souillent les réseaux sociaux de déclarations de haine et de racisme faisant de la France un pays claquemuré, replié sur lui-même. Jean-Marie Le Pen ne proclame-t-il pas : « Je préfère ma famille à mes amis, mes amis à mes voisins, mes voisins à mes compatriotes, mes compatriotes aux Européens » ?

    En fait, la parole raciste a été libérée par l’hystérie sarkozyste- alors que l’ancien président est lui-même d’origine hongroise- et son tristement célèbre Ministère de l’Identité Nationale. Le Pen et le FN sont portés aux nues par les médias…pas ceux qu’on rencontre d’ordinaire : Minute, Présent ou Rivarol- mais des titres appartenant aux milliardaires et  au monde des affaires…ces gens qui popularisent  les paroles de haine. Comme celles  de l’histrion Eric Zemmour***- obsédé par l’immigré, lui dont les parents d’origine algérienne parlent arabe-  et ou celles d’un Patrick Buisson qui espionne son patron « faisant la courte échelle à l’extrême droite » et plongeant l’opinion  dans « l’infinie quête des boucs émissaires » comme le dit Edwy Plenel (in « Dire non », Don Quichotte Editions, Paris, 2014).

    Sujets de détestation infinie

    Diable ! Il faut bien occulter et entourer d’un halo de brume,  aux yeux des Français, les lancinantes et pénibles épines du  chômage, du manque de logements sociaux, de la désertification des campagnes, des dysfonctionnements des hôpitaux, des dégâts de la mondialisation, de l’omnipotence de Bruxelles si bien exprimée par le commissaire européen et socialiste français Pierre Moscovici….
    L’opinion ne se laisse pourtant pas abuser : à la question : « La France est-elle en guerre contre l’Islam ? », 16% des sondés répondent oui. En regardant de plus près  ce sondage, on découvre que 42% des personnes ayant répondu  appartiennent au FN et 16% à l’UMP.  L’UMP est depuis longtemps, s’agissant des questions identitaires,  sur le terrain du FN, tentant de mettre le grappin  sur son électorat comme le prouvent les sorties de Sarkozy à Dakar, Grenoble….

    On pourrait appliquer au candidat FN Elie Quisefit et consorts ce constat  d’Edwy Plenel qui écrit : « Aussi la diversion identitaire est-elle le fonds de commerce de ces politiques conservatrices extrémisées par la peur des possédants : la stigmatisation, pour commencer, de tout ce qui se rapporte aux Arabes, aux musulmans, à l’islam, libérant une virulence et une discrimination non plus envers des opposants ou des adversaires politiques, mais envers des hommes, des femmes et des enfants dont la seule faute est de partager, par leur naissance ou leur alliance, une histoire, une culture, une religion. Et ce poison est contagieux…Le racisme…passant d’un bouc émissaire à l’autre dans sa quête infinie de sujets de détestation ».
    Les pouvoirs publics devraient savoir que « désigner, c’est assigner et stigmatiser ». Qu’attendent donc les responsables politiques et les médias pour mettre le holà au  racisme puant d’Elie Quisefit et de son parti le FN  car: « La bêtise insiste toujours »  affirme Albert Camus dans La Peste ? 

    Mohamed Larbi Bouguerra 

    ** Lire François Clément « La province arabe de Narbonne au VIIIème siècle » (Histoire de l’islam en France du Moyen-Age à nos jours », sous la direction de Mohammed Arkoun et préfacée par Jacques Le Goff, Albin Michel, Paris, 2006, p. 18- 25).

    ***Lire « Contre Zemmour. Réponse au Suicide français » par Noël Mamère et Patrick Farbiaz, Les Petits Matins, éditeurs, Paris, 2014.

    SOURCE : http://www.leaders.com.tn/article/16541-les-elections-cantonales-en-france-liberent-la-parole-anti-arabe 


     

    « Scène du racisme ordinaire à Nice par Ursula Del Aguila Journaliste, enseignante, doctorante en philosophie à Paris VIIIEn direct d’Algérie et du quotidien El Watan Anniversaire du 19 Mars 1962 en France : mobilisation contre le révisionnisme »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :