• Les nostalgériques à l’offensive *** Un article de Jacques CROS

     

     

    Les nostalgériques à l’offensive

    Un article de Jacques CROS

     

    Les nostalgériques à l’offensive *** Un article de Jacques CROS

     

    740 d’entre eux ont adressé une lettre mettant en cause Macron dans l’initiative qu’il a prise d’un travail de mémoire sur le colonialisme et la guerre d’Algérie. Est nommément visé Benjamin Stora, accusé de partialité dans l’accomplissement de la tâche qu’il a accepté de prendre en charge. Evidemment ils n’ont pas eu le culot de contester sa compétence ! Celle-ci est reconnue par ses pairs et est appréciée par les diverses catégories qui ont eu à souffrir d’événements qui se sont produits pendant les 132 ans d’occupation de l’Algérie par la France dont presque 8 d’une guerre menée pour tenter de perpétuer le colonialisme.

    Nous ne connaissons pas personnellement les signataires de cette lettre mais nous n’ignorons pas les positions qui sont les leurs sur le colonialisme, depuis la conquête de l’Algérie entreprise en 1830 jusqu’à la signature des Accords d’Evian le 18 mars 1962 et les soubresauts que nous avons vécus dans les mois qui ont suivi avec la politique de terre brûlée mise en œuvre par l’OAS.

    Si la France avait apporté clé en mains le bonheur aux Algériens, ceux-ci n’auraient pas engagé la guerre d’indépendance qu’ils ont dû mener pour en finir avec ce qu’ils subissaient. La supériorité militaire avait permis d’imposer une domination qui s’est accompagnée de spoliations, de racisme et pour finir d’exactions aujourd’hui recensées. Il y a eu les exécutions sommaires, la torture, le napalm, les camps de regroupement, les viols… bref toute la panoplie d’une guerre.

    Une guerre qui a coûté cher à la France. Evidemment elle permettait aux diverses variantes des marchands de canons de faire leurs affaires. Et dans cette histoire on n’a pas craint d’enrôler les jeunes qui avaient le malheur d’avoir 20 ans en ce temps-là. Ils n’avaient pas le droit de vote mais ils avaient le devoir de répondre à l’appel qu’on leur avait adressé.

    Les 740 nostalgériques s’apitoient sur le sort des harkis. Eh bien il ne fallait pas les engager dans l’armée qui combattait leurs frères. On sait d’ailleurs que la partie étant perdue on les a abandonnés à leur sort sans plus de sollicitude !

    Il y avait les Européens qui vivaient en Algérie. Ils n’étaient certes pas responsables de la conquête du pays qui avait commencé sous Charles X mais ils avaient été conditionnés pour être les instruments du colonialisme. Tous n’étaient pas des colons qui faisaient suer le burnous aux autochtones, ceci étant, la majorité d’entre eux ne voyaient pas d’issue que dans la perpétuation de l’Algérie française.

    Un concept archaïque qui ne correspondait pas du tout à l’évolution de l’histoire. Ils se sont fait piéger en se ralliant aux thèses de l’OAS et certains d’entre eux ont même participé aux actions violentes que cette organisation terroriste a perpétrées.

    Il y a, c’est perceptible, des contradictions entre ce que dit et ce que fait Macron. Le libre accès aux archives par exemple contredit ses déclarations. De même la condamnation claire et indiscutable de l’OAS  n’est pas franche.

    A ce propos on rappellera que De Gaulle a été l’objet d’un attentat qui aurait pu lui coûter la vie. Bastin-Thierry, organisateur de la tentative du Petit Clamart, figure en médaillon sur une stèle érigée dans le cimetière neuf de Béziers  Une stèle devant laquelle sont venus s’incliner des élus de la droite et de son extrême.

    Mais ce n’est pas sur les insuffisances des décisions prises par Macron que porte la lettre qui lui est adressée, mais sur les aspects positifs de la démarche. Une démarche que nous devons soutenir, quel que soit le jugement que nous portons sur sa politique économique et sociale.

    Un soutien qui englobe la personne de l’historien Benjamin Stora qui mérite pour l’engagement qu’il a pris dans le travail de mémoire autre chose que l’attaque dont il est l’objet de la part de ceux qui n’ont rien appris du colonialisme et des guerres coloniales.

    SOURCE : http://cessenon.centerblog.net/ 

     

    « 17 octobre 1961 : rassemblement samedi à Paris pour que la France reconnaisse un crime d’EtatC’est le point de vue d’un professeur : " Faire face, avec les musulmans " »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :