• Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Les républicains n’ont pas peur

    de votre « nouvel ami »

    M. MÉNARD, ils seront nombreux

    le 14 mars prochain

    à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

     

    Et puis, M. Ménard... vous vous faites ridiculiser par vos propres amis... trouvant cette rue trop "riquiqui" pour honorer dignement le putschiste

    anti républicain Hélie Denoix

    de Saint-Marc 

    Une rue qui n'en n'est pas une d'ailleurs, puisqu'elle se termine

    par une impasse... alors prenons connaissance de la lettre

    que vous a envoyée l'un de vos amis et qu'il a fait paraître sur MEDIAPART

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    SOURCE : http://blogs.mediapart.fr/blog/kader-hamiche/120215/helie-de-saint-marc-merite-mieux-que-la-miserable-rue-du-19-mars-1962

    Hélie de Saint-Marc mérite mieux que la misérable « rue du 19 mars 1962″.

     

     

        J’ai envoyé plusieurs SMS à Robert Ménard pour lui demander de me recevoir en tant que maire de Béziers. Mais le type sympa qui tutoie tout le monde à la télé (même Rokhaya Diallo !) n’aime pas qu’on lui mette des vérités sous le nez. Et il a la rancune tenace, ce qui n’est pas très politique. J’ai donc décidé de lui envoyer une lettre. Et comme beaucoup de lecteurs de mon blog ont voté pour lui, j’ai tenu à ce qu’ils en aient la primeur. Entre-temps, j’ai, en tant que Biterrois, reçu le Journal de Béziers. Et, là, les bras m’en sont tombés. Jugez plutôt !

    Lettre ouverte à Robert Ménard. (1) 

    2013tleg067_001_060                                                                                                 

    Les obsèques en la cathédrale Saint-Jean de Lyon du commandant Hélie Benoît de Saint Marc, ancien résistant et déporté, et ancien officier de Légion, décédé lundi 26 août à l’âge de 91 ans.

     

    Monsieur le Maire,

        Comme j’ai retenu la leçon que tu as donnée sur France 2 à Rokhaya Diallo qui te vouvoyait alors qu’elle te tutoie d’habitude, je vais suivre ta prescription en t’écrivant à la deuxième personne. Et je vais t’appeler Robert puisque c’est ton prénom et que, à Béziers, tout le monde tutoie tout le monde et s’appelle par son prénom…, comme les Américains ! 

        Donc, je t’ai envoyé plusieurs sms pour te demander de me recevoir car je voulais te faire deux suggestions susceptibles, à mon sens, d’aider au développement de notre bonne ville de Béziers, et pour te présenter une requête. S’agissant des suggestions, je les remets dans ma poche. D’ailleurs, à la réflexion, je crains que tu ne me rabroues en me disant que tu n’as pas besoin de mes conseils et que ton staff municipal y suffit.

        Mais je tiens, car ça nous dépasse tous les deux et parce que c’est porteur d’une grande charge symbolique, à te présenter une requête. Tu sais pour lire assidûment mon blog (enfin, je l’espère) que je porte au Commandant Hélie de Saint-Marc une admiration qui n’a d’égale que celle que je cultive à l’égard du lieutenant-colonel Bastien-Thiry. A celui-ci, j’ai eu l’honneur de rendre hommage en fleurissant sa stèle à la fin de mon Rallye des camps de 2013. Quant au Commandant Hélie de Saint-Marc, je l’ai fait en publiant dans mon blog un article intitulé Hélie Denoix de Saint-Marc n’est plus. La France fière d’elle-même perd un héros.

    IMG_0362                                                                                                                                         

              Une rue de lotissement pour un deuxième enterrement ?

         Je sais que tu as l’intention de donner le nom de ce héros de notre Algérie française à une rue de Béziers et je t’en sais gré. Mais je sais aussi, pour avoir, une certaine nuit, décroché moi-même la plaque scélérate qui donnait un nom honni à la rue que tu as choisie, et sans faire injure à nos concitoyens qui y demeurent, que cette rue située dans un lotissement parfaitement anonyme jouxtant le quartier de la Devêze n’est pas digne du Commandant Hélie de Saint-Marc. C’est pourquoi, quoique le 14 mars (le 19 était pris ?), date de la cérémonie, approche à grands pas, je te demande de revoir ce projet et de choisir une autre rue plus propre à honorer notre héros. Je demanderai aux Patriotes français qui lisent mon blog, en particulier à nos frères Piénoirs et Harkis, de s’associer à cette requête.

        D’avance, je te remercie de bien vouloir considérer cette modeste demande. Quant à la plaque « rue du 19 mars 1962 », je la tiens à ta disposition. Mais, je te préviens : elle n’est pas belle du tout !

        Je profite de l’occasion pour te faire quelques remarques à propos du Journal de Béziers de ce mois de février. (A suivre)

    Kader Hamiche – Béziers.

     

     

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Ci-dessous l'article de Libération

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    A Béziers, en janvier. (Photo PASCAL GUYOT . AFP)

    Le pistolet semi-automatique, «nouvel ami»

    de Robert Ménard

    Par Dominique ALBERTINI et Hugo PASCUAL 

    A Béziers, ville passée à l'extrême droite, une campagne tapageuse met en scène l'arme dont sont désormais équipés les policiers municipaux.

    A Béziers, depuis le 1er février, la police municipale est armée. Et le maire, Robert Ménard (extrême droite), tient à ce que cela se sache. Signalée par Midi libre et largement relayée sur les réseaux sociaux, une affiche explicite a fait son apparition dans les rues de la sous-préfecture héraultaise : 

    Le «nouvel ami» en question est un 7.65 semi-automatique. Son introduction a été rendue possible par la signature d’une convention entre la mairie et l’Etat, par l’accord individuel de chacun des agents concernés, ainsi que par une formation de dix jours pour ces derniers. Un événement jugé assez heureux par la mairie pour que celle-ci décide de mettre la photo de l’arme, en grand format, sous le nez de tous les passants. Depuis l’élection de Robert Ménard, celui-ci a fait du renforcement de la police municipale l’une de ses priorités. Ses effectifs ont ainsi été augmentés, des brigades canines et équestres ont été créées. Outre les pistolets, la mairie a souhaité faire l’acquisition de flash-balls et de tasers.

    Aux municipales de mars 2014, onze mairies, dont celle de Béziers, ont été conquises par le FN ou avec son soutien. Soucieux d’offrir une image rassurante de leur parti, les édiles les plus en vue se sont, à quelques exceptions près, abstenus de prendre des mesures trop ouvertement idéologiques. Une idée qui ne semble pas préoccuper Robert Ménard, «réactionnaire» revendiqué.

    L’ancien secrétaire général de Reporters sans frontières a ainsi décidé de débaptiser la rue du «19 mars 1962», date marquant le cessez-le-feu en Algérie, pour lui donner le nom de «commandant Hélie Denoix de Saint-Marc», un militaire ayant participé au putsch des généraux en 1961. Une mesure polémique parmi d’autres – interdiction d’étendre son linge et de battre ses tapis par les fenêtres en journée, couvre-feu pour les moins de 13 ans du 15 juin au 15 septembre, durant les week-ends et les périodes de vacances scolaires, ou encore installation d’une crèche dans les locaux de la mairie.

    «Il fallait quelque chose de percutant»

    Contacté par Libération, Robert Ménard explique que la campagne publicitaire a pour but de prévenir les délinquants que «les règles du jeu ont changé» et d’informer les Biterrois que la promesse de campagne d’armer la police municipale et de la faire travailler 24h sur 24, 7 jours sur 7 est tenue.

    Nullement question de provocation pour l'élu «quand on parle d’armer les fonctionnaires l’image d’une arme va de soi. Nous voulions éviter de faire une campagne institutionnelle, il fallait quelque chose de percutant». Quant à l’emploi du mot «ami», Ménard persiste et signe : «Oui c’est un ami, un atout même.» Et de poursuivre : «Ce n’est que de la pub, ce n’est pas un article de fond non plus !»

    Pour Jean-Michel Du Plaa, responsable PS à Béziers, cette décision appartient au registre de la «provocation» ayant pour but de «faire du maire le centre de l’écho médiatique». Déjà opposé à l’armement de la police municipale, estimant qu’elle n’a pas vocation à interpeller les criminels ou les délinquants, le conseiller municipal condamne la surenchère du maire : «Il y a un mois, c’était les deux chevaux de la police montée, le mois d’avant, des chiens policiers et maintenant ça. La semaine prochaine qu’est-ce que ce sera ? Des véhicules blindés antiémeutes ? Béziers, ce n’est pas les quartiers Nord de Marseille.»

    Mais, ce que l’élu craint avant tout, c’est de voir les policiers municipaux transformés en «cibles», l’affiche laissant croire qu’ils sont tous armés alors que «seulement 4 ou 5 fonctionnaires sur les 40 que compte la ville ont l’autorisation».

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Ménard critiqué par le Syndicat

     des policiers municipaux (SDPM)

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Au Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM), bien que la décision d’armer les représentants des forces de l’ordre soit saluée, on juge la campagne «très maladroite», voire «scandaleuse», la police municipale ne cherchant pas «de nouvel ami», mais «seulement à se défendre et à défendre les administrés».

    Dominique ALBERTINI et Hugo PASCUAL 

     

    SOURCE : http://www.liberation.fr/politiques/2015/02/11/un-revolver-automatique-nouvel-ami-de-robert-menard_1200177

     

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    Polémique des affiches à Béziers :

    le "recadrage"

    de Bernard Cazeneuve

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    MIDI LIBRE

    Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur dénonce "la tonalité délibérément provocatrice de la campagne initiée par le maire de Béziers concernant l’armement de la police municipale de sa ville."

    PHOTOS PIERRE SALIBA et AFP

    Alors que le maire de Béziers, Robert Ménard assume totalement sa nouvelle campagne d'affiches sur la police municipale armée, le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve tient à dénoncer "l'outrance de cette campagne" dans un communiqué.

    Suite à la campagne d'affichage à Béziers sur la police municipale désormais armée, le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve a souhaité, dans un communiqué de presse diffusé ce mercredi soir, dénoncer "la tonalité délibérément provocatrice de la campagne initiée par le maire de Béziers concernant l'armement de la police municipale de sa
    ville." Une campagne que le dit maire de Béziers, Robert Ménard assume totalement.

    Le ministre dénonce "l'outrance

    de cette campagne"

    "Dans la République, les symboles que l'on choisit ont un sens. L'arme est, pour les forces de l'ordre, un moyen dont l'usage est, comme chacun le sait, strictement réglementé. Leur mission est d'assurer la sécurité de tous les Français.
    L'outrance de cette campagne ne peut qu'aboutir à de graves contresens. Réduire l'action des forces de l'ordre à leur arme, c'est en premier lieu méconnaître la conception qu'elles se font de leurs missions."

    "Les meilleurs amis des policiers municipaux et nationaux ne sont pas leurs armes, garantie de leur protection, mais les citoyens respectueux des valeurs républicaines."

    "C'est aussi se tromper lourdement sur le sens du message de gratitude et de respect que les Français ont adressé aux policiers lorsqu'ils sont sortis dans la rue le 11 janvier. Ce ne sont pas des armes que les Français ont applaudies, mais des femmes et des hommes résolument attachés aux valeurs de la République et garants de la paix publique. Les meilleurs amis des policiers municipaux et nationaux ne sont pas leurs armes, garantie de leur protection, mais les citoyens respectueux des valeurs républicaines."

    Le communiqué se termine par un soutien renouvelé aux forces de l'ordre du ministre de l'intérieur qui "condamne toute forme de manœuvre visant à les instrumentaliser à des fins polémiques. Il réaffirme sa détermination à assurer la protection des forces de police en France par la mise en dotation de moyens défensifs et d'armes collectives, conformément aux engagements pris devant les organisations syndicales de la Police nationale et de la Police municipale au terme d'un dialogue qui doit se poursuivre."

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    NOUVELLES INFORMATIONS

    EN PROVENANCE

    DU MIDI LIBRE

    ON DIRAIT QUE ÇA COMMENCE

    "A CHAUFFER

    POUR LE MATRICULE

    DE L'EXTRÉMISTE MÉNARD "

    Les républicains n’ont pas peur de votre « nouvel ami » M. MENARD, ils seront nombreux, le 14 mars prochain à contre-manifester lorsque vous allez débaptiser la rue du 19-Mars-1962...

    SOURCE : http://www.midilibre.fr/2015/02/12/affiche-polemique-a-beziers-tempete-mediatique-et-pluie-de-reactions,1123713.php

      Depuis mercredi, les politiques héraultais ont réagi à la nouvelle campagne publicitaire de la ville de Béziers vantant l'armement de la police municipale. Le maire de la ville, Robert Ménard, défend l'affiche qui est au cœur d'une polémique.

    Robert Ménard, maire de Béziers : 

     

     
     

    "C'est une affiche avec un message efficace. Elle annonce aux Biterrois que leur police est armée et travaille 24 h/24. Elle dit juste ça et le dit de façon très claire", Robert Ménard assume pleinement. Et si on lui fait remarquer que, sur l'affiche, l'arme est beaucoup plus voyante que le numéro de téléphone pour joindre les policiers de la ville, le premier magistrat réplique : « Sur une affiche, l'image est là pour interpeller afin que le passant s'arrête pour lire le message. Ça s'appelle l'efficacité, c'est aussi simple que cela. Le Premier ministre est accueilli à Marseille par des kalachnikovs. On ne vit pas au pays des bisounours. Il faut envoyer des messages efficaces. On veut prévenir les délinquants et rassurer les Biterrois. Je suis désolé, j'appelle un chat, un chat."

    Elie Aboud, député de l'Hérault :

     

    Le député UMP Élie Aboud s'est dit "profondément choqué. Je me garde de réagir depuis des mois à la communication de Robert Ménard. Mais cette fois, la ligne rouge a été dépassée. L'armement de la police municipale, on est d'accord. Mais on n'a pas le droit de communiquer autour de la violence. Une arme, ça tue. Avec ce genre d'affiches, l'arme peut devenir l'ennemi de la police car la violence appelle la violence."

    Catherine Vandroy, conseillère municipale : 

     

    L'élue d'opposition Catherine Vandroy clame : "Quelle image pour la ville et pour sa jeunesse ! A-t-on voulu mettre en pratique la formule “Si vis pacem, para bellum” (si tu veux la paix, prépare la guerre, NDLR) ? Mais, au fait, qui est l'ennemi ? S'il est nécessaire que la police municipale soit armée pour assurer sa propre sécurité, point n'était besoin d'illustrer cette nécessité d'une image aussi agressive. On a confondu dissuasion et provocation."

    Aimé Couquet, conseiller municipal :

     

    Le communiste Aimé Couquet y est allé aussi de sa réaction : "L'affiche que vient de faire placarder Robert Ménard dans toute la ville fait l'apologie des armes. Elle devrait être interdite. Quelle image donne le premier magistrat de Béziers aux enfants et ados en élevant une arme au rang d'un outil nécessaire au bien vivre ? C'est plus que de la provocation, c'est de l'irresponsabilité. Ainsi, il continue à donner une image d'une ville à la dérive où règnent tous les dangers, lui qui veut attirer les touristes et les entreprises. En réalité, le maire veut cacher son échec patent sur le plan économique. Depuis son avènement, il n'a pas créé d'emploi. Au contraire, il en a fait perdre. Jusqu'où va-t-il nous entraîner dans cette spirale de radicalisation populiste de la gestion de la ville ?"

    Raymond Couderc, ancien maire de Béziers et conseiller municipal :

     

    Raymond Couderc, ancien maire, n'a pu rester silencieux : "Pendant vingt ans, avec mes équipes, nous avons cultivé l'art du vivre ensemble. Aujourd'hui, on voudrait nous faire croire que Béziers c'est “Règlement de compte à OK Corral”. Ce n'est pas une faute de goût, comme la photo de la crotte de chien en pleine page sur le journal municipal. C'est une faute morale : c'est tout simplement irresponsable."

    Les syndicats de la police municipale : 

    Les représentants syndicaux de la police municipale, Jean-Michel Weiss, de la FADPM 34-30 et Yves Elbechir, de la FA-FPT Ville de Béziers, se sont exprimés par communiqué : "Pour la FA-FPT, l'armement des policiers municipaux ne doit pas faire débat et s'il doit faire l'objet de discussions, celles-ci doivent se dérouler dans la sérénité avec intelligence et sans passion. C'est sans passion, mais avec dignité et avec raison que nous défendons l'armement obligatoire pour l'ensemble des policiers municipaux depuis de nombreuses années. Et c'est, avec fermeté que nous condamnons toute exploitation à des fins politiques, ou personnelles, ce sujet particulièrement sensible surtout actuellement. Nous soutenons toutes démarches engagées par les élus de toutes tendances politiques pour armer leurs policiers municipaux. Nous avons été solidaires de la démarche de monsieur Ménard pour armer la police municipale, nous ne le sommes pas lorsqu'il s'agit d'exploiter avec autant de mauvais goût la sécurité quotidienne de nos collègues."

    Jean-Michel Du Plaa, vice-président du conseil général et conseiller municipal : 

     

    Jean-Michel Du Plaa, socialiste, commentera sobrement : "C'est le coup classique. Un coup de communication pour déclencher une tempête médiatique... Et ça marche."

    « Roger Hanin sera enterré à Alger, "près de son papa" *** C’est aussi une formidable « gifle » aux revanchards extrémistes héritiers de l’OAS *** MISE A JOURRoger Hanin enterré dans son quartier natal d'Alger. L’acteur, décédé mercredi 11 février 2015 à Paris, sera inhumé à côté de la tombe de son père ce vendredi… »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :