• "Les treize complots du 13 mai" Un article de Jacques CROS

    Les treize complots du 13 mai

     

    n
    Les treize complots du 13 mai

     

    L’autre jour le commentaire posté par Danièle Ponsot sur le blog de Michel Dandelot m’a rappelé un échange que j’avais eu à la Base Arrière avec un Pied-noir, comme moi appelé du contingent. Oui Danièle réfutait le mot de « rapatriée », arguant du fait que la métropole était une « terra incognita » pour les Européens qui vivaient en Algérie. Elle a ajouté qu’elle se sentait pleinement Française, et qu’elle aimait la France.

    Donc le souvenir qu’elle a évoqué concerne un Pied-noir dont j’ai oublié le nom. Je sais que c’était un nom espagnol. Il avait dans les mains un livre que je n’ai jamais lu et dont le titre était « Les treize complots du 13 mai ». Je n’étais pas loin de penser que c’est un livre bas de gamme.

    Nous avons engagé la discussion, je n’étais pas gaulliste le moins du monde. Diantre il a fait la guerre d’Algérie pendant plus de temps que les autres dirigeants gouvernementaux réunis !

    Mon Pied-noir était sûrement de condition modeste et sympathique. Il devait, comme tous les Européens d’Algérie, souhaiter que l’Algérie reste française mais il n’était pas violent quoique sans doute conscient de l’évolution de la situation.

    J’avais noté qu’il se voulait Français et avait parlé du drapeau aux trois couleurs, précisant qu’il n’en reconnaissait pas d’autre. Je n’étais pas dans le même registre : le drapeau tricolore et la France m’avaient conduit dans une galère que je n’avais pas choisie et qui allait durer encore de longs mois !

    Je me sentais isolé dans le contexte de cette unité qu’était la Base Arrière. Je ne sais pas si elle abritait en nombre des Européens d’Algérie dont les relations avec la hiérarchie militaire leur permettaient d’être assez planqués mais j’ai eu l’impression que l’idéologie ambiante ne m’était pas favorable.

     Je ne sais absolument pas ce qu’est devenu mon interlocuteur. Je ne me souviens pas d’avoir développé plus longuement mon point de vue sur le drapeau français mais j’avais jugé paradoxal  qu’avec le patronyme qui était le sien il se soit réclamé plus que moi de la France ! Mais je dois dire que j’avais déjà à cette époque une autre idée de ce que devait être le pays des Droits de l’Homme.

    Jacques CROS

     

    Les commentaires des internautes :

     

    Michel+Dandelot le 06/07/2015
    Mon amie Danièle Ponsot fait partie de ces Pieds Noirs appelés Progressistes, amis des Algériens et rejetant ces extrémistes revanchards, genre Ménard, qui emmèneront leur haine dans leur cercueil...

    Danièle+PONSOT le 06/07/2015
    Juste un tout petit rectificatif : la France était, c'est vrai, "terra incognita" pour beaucoup de Pieds-Noirs. Pas pour tous! Je n'oublie pas tous ceux qui, depuis des années, avaient "assuré leurs arrières" en investissant dans des propriétés, en France. Nous, même si nous en avions eu le désir (ce qui n'était pas le cas) nous n'en avions pas les moyens ! Allez ! Pas de regrets, pas de rancoeur... Soyons plus grands que les revanchards !

     

     

    « 5 juillet 1962, une journée si particulière" Continuité et aggravation " un article de Jacques CROS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :