• Les voeux d'associations amies : ANPROMEVO *** Cercle Jean Moulin *** 4ACG

     Les voeux d'associations amies

     

    MESSAGE DE VŒUX POUR 2016

    PRONONCÉ LE 4 JANVIER 2016

    À ALENÇON (ORNE)

    DANS LE CADRE DE L’HOMMAGE

    À LA MÉMOIRE D’ALFRED LOCUSSOL

     

    Les voeux d'associations amies : ANPROMEVO *** Cercle Jean Moulin *** 4ACG

    Accaparer un territoire et exploiter ses ressources matérielles et humaines dans une perspective de domination politique, économique et/ou religieuse : voilà ce qui caractérise l’esprit - pour ne pas dire le fait - colonial.

    Voilà, en tout cas, ce que l’Algérie a connu et subi durant la longue période d’occupation française précédant son accès à l’indépendance le 5 juillet 1962.

     

    La conquête, de ce côté-ci de la Méditerranée, de l’espace public pour y implanter des lieux de révérence et de référence à l’Algérie française en les dotant des marques les plus explicites de la sublimation des crimes et attentats terroristes commis par l’OAS relève de la même inspiration : une idéologie méphitique, dont l’ANPROMEVO ne cesse, depuis sa création il y a dix ans, de dénoncer la nocivité.

     

    Faute de placer les victimes au cœur de la réflexion stratégique, les pouvoirs publics ont laissé émerger le sentiment et même l’assurance d’une impunité attachée à la glorification du terrorisme.

     

    Publiée ces jours-ci sur Mediapart, l’enquête minutieuse d’un journaliste indépendant, M. Nicolas Chevassus-au-Louis, nous rappelle que la monumentalisation de la présence française en Algérie a commencé dès 1970 à Narbonne et l’héroïsation du chef des commandos Delta de l’OAS en 1973 à Nice sous la forme d’une stèle dédiée à Roger Degueldre, symbole de l’Algérie française. Depuis lors, apprend-on de même source, des voies publiques bordées d’habitations ont reçu le nom d’officiers putschistes, tels les généraux Jouhaud et Salan.

     

    Outre d’innombrables blessés, la religion de l’Algérie française et l’OAS ont fait 2.700 morts, parmi lesquels Alfred Locussol, premier fonctionnaire assassiné par l’OAS en métropole.

     

    Combien de temps les familles de victimes du terrorisme ayant frappé la France en janvier  et novembre 2015 seront-elles épargnées de la vue, au détour de l’allée d’un cimetière, à l’intérieur d’un square ou sur une plaque de rue, du nom, ainsi distingué, de l’un ou l’autre des tueurs de leur père, mère, frère, sœur, enfant, parent ?

     

    Certes, ici même, à Alençon, point de marque d’hommage au tueur d’Alfred Locussol ni à son complice. Mais des traces laissées par les assassins de sa mémoire sur cette stèle qui, depuis le 6 octobre 2012, entend célébrer le souvenir de ce directeur-adjoint de l’Enregistrement lâchement abattu, à son domicile, le 3 janvier 1962 : des traces, mais surtout des stigmates d’un fanatisme aussi contemporain, hélas, qu’arriéré.

     

    Non, la guerre d’Algérie n’appartient pas à l’Histoire ancienne : d’abord parce que l’Histoire n’a pas tranché, objet d’écritures partisanes et sujette à réécriture permanente ; ensuite parce que cette guerre, une fois amnistiées les condamnations visant les responsables et activistes de l’OAS, une fois ces derniers remis en liberté et en état de nuire, a impunément repris, sur des théâtres d’opérations mémorielles.

     

    Si, en ce tout début 2016, au sommet de l’État, on considère que la France n’en a pas fini avec le terrorisme de Daesh, force est pour l’ANPROMEVO de constater que ses adhérents et amis ont eu quasi continûment à subir celui de l’OAS au cours de ces cinquante-cinq dernières années.

     

    Puisque, symboliquement, j’ai fait le choix de prononcer le message de vœux de l’association dans le cadre de cette cérémonie alençonnaise, et dans la mesure où les vœux sont le prétexte à un bilan généralement positif, je retiendrai de l’année 2015 deux événements illustrant une certaine forme de sursaut républicain : le 14 mars avec les déclarations respectives du Premier ministre et du porte-parole du Gouvernement au moment même où le maire de Béziers dévoilait une plaque au nom d'un officier putschiste après avoir déboulonné celle portant la date de l'entrée en vigueur des Accords de cessez-le-feu en Algérie ; le 31 octobre avec les instants de recueillement observés par M. Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État chargé des Anciens combattants et de la mémoire auprès du ministre de la défense, devant le Mémorial de la Ville de Paris aux victimes de l'OAS.

     

    Pour 2016, chacun doit savoir que l’ANPROMEVO restera au même niveau de vigilance afin de parer aux initiatives révisionnistes et de dénoncer ces actes d’apologie du terrorisme qu’on croirait dépénalisés dès lors qu’ils émanent de l’OAS.

     

    Que vive le souvenir d’Alfred Locussol et qu’au travers du témoignage aujourd’hui rendu à sa mémoire soient reconnues l’ensemble des victimes de l’OAS, en Algérie et en France !

     

    Heureuse année à toutes celles et à tous ceux qui, ici et ailleurs, apportent leur soutien, leur aide et leur concours à l’ANPROMEVO.

     

    Jean-François Gavoury

    Président de l’Association nationale

    pour la protection de la mémoire

    des victimes de l’OAS

    (ANPROMEVO)

     

    Les voeux d'associations amies

     

    Cercle Jean Moulin 

    Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. Elle honore et transmet la Mémoire de Jean Moulin, ainsi que la Mémoire des Républicains espagnols, la Mémoire de la Résistance, de l'Internement et de la Déportation . Elle promeut les valeurs de celles-ci et lutte contre le négationnisme et le révisionnisme, l'anti-France, et ses résurgences dans l'actualité.

    Grégory Baudouin et le Cercle Jean Moulin sont heureux de vous souhaiter, ainsi qu'à vos proches, une bonne année 2016

    Les voeux d'associations amies

     Nous considérons Béziers ville endeuillée

    depuis les dernières municipales

     

    Les voeux d'associations amies

    Les voeux d'associations amies

    Les voeux d'associations amies


    Tout au long de l’année, nous avons tenté de faire vivre notre (votre) site en « collant » le plus possible à l’actualité proche de nos objectifs et de nos actions, au plus près de ce qui nous rassemble dans la 4acg.
    Nous avons parlé de notre association bien sûr, mais aussi de ce qui nous préoccupe et nous interroge dans les pays où nous agissons. Guerre, intolérance, racisme, colonialisme ont encore une fois marqué le monde de leur sale empreinte.
    Commémorer le passé, c’est bien.
    Mais aujourd’hui il faut agir sur le terrain qui est le nôtre, celui de l’échange concret et du dialogue.
    Le site de la 4acg est un moyen parmi d’autres, mais il porte loin, plus loin que notre sphère associative. Il va à la rencontre de personnes qui ne nous connaissent pas ou peu, en France et à l’étranger. Il est visité par des chercheurs, des enseignants, des historiens, des journalistes, et de simples curieux qui ne savent pas qui nous sommes, et que nous ne pourrions jamais atteindre autrement.
    Dites-nous ce que vous pensez de nos articles et de notre travail. Et, si le cœur vous en dit, rejoignez-nous, intégrez notre trop petit groupe pour lui donner votre impulsion et vos idées.

    Bonne année nouvelle, pour un nouveau départ ensemble !

     

    « Sur Twitter, la Gendarmerie Nationale a rendu hommage à Michel Galabru, mort lundi 4 janvier 2016 à l'âge de 93 ans, d'un "coup de képi" confraternel. Hommage à Alfred Locussol à Alençon assassiné par l'OAS *** Articles Ouest-France et L'Orne-Hebdo *** Intervention de Jean-François GAVOURY »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter