• « Lettre au Saigneur des Retraités mais aussi pour tous ceux qui ne sont pas encore à la retraite »

     

    « Lettre au Saigneur des Retraités mais aussi pour tous ceux qui ne sont pas encore à la retraite » Haut du formulaire

    Bas du formulaire

    Haut du formulaire

    Bas du formulaire

     

    « Lettre au Saigneur des Retraités mais aussi pour tous ceux qui ne sont pas encore à la retraite »

    « Sire, je voudrais vous féliciter. Il vous en a fallu du courage pour décider de ponctionner les soi-disant avantages de tous ces bienheureux retraités. 

    Il est vrai qu'ils sont redoutables et, pour tout dire, presque enragés avec leurs béquilles, leurs bandages sans parler des chaises percées. 

    Il y a même un bon côté. Peu s'en iront à l'abordage afin d'incendier l'Élysée ou de construire des barrages. 

    Et puis ils vont bientôt crever. Alors pourquoi donc s'en priver ? 

    Peut-être vous a-t-il échappé ce que fut leur enfance dorée ? 

    La deuxième guerre mondiale avec son lot de privations, de bombardements, un régal pour qui aime les films d'action. 

    Et ensuite ce fut l'école où l'on passa bien peu de temps, pas comme certains guignols qui n'en sortent qu'à 27 ans. 

    Souvent après, c'était l'usine où l'on entrait à 14 ans et travaillait quarante-huit heures par semaine. Quinze jours de congés payés. 

    Vraiment l'existence rêvée.  

    Puis notre service militaire. Dites-moi où l'avez-vous fait ?  

    Pour nous, 28 mois d'une guerre (Algérie). Trente mille jeunes y sont tombés. Mais cela n'est pas votre affaire. 

    Alors pourquoi donc se gêner.  

    Pressurons-les tous, ces nantis, pour pouvoir mieux distribuer. 

    Pour ce qui est du logement, Saigneur que nous fûmes gâtés, à six dans l'appartement d'à peine soixante mètres carrés sans aucune des commodités arrivés.

    A la campagne pas de toilettes à l’intérieur alors les « besoins urgents » se faisaient dans la nature par n’importe quel temps, même à – 5°, ou alors dans « un pot de chambre ». 

    « Lettre au Saigneur des Retraités mais aussi pour tous ceux qui ne sont pas encore à la retraite »

    « Lettre au Saigneur des Retraités mais aussi pour tous ceux qui ne sont pas encore à la retraite »

    Sans doute l'histoire de France n'est pas votre tasse de thé. Elle fut traitée en votre absence ou bien vous l'avez oubliée. 

    Pas nous ! Un jour, vous vous en apercevrez... Macron, le Saigneur des retraités ! 

    Appelons désormais Macron, le Saigneur des retraités car c'est vraiment le titre qui lui convient. 

    Trêve de plaisanterie cynique. La volonté réelle des gouvernements, tant de Sarko, de Hollande que de Macron est de faire prendre conscience aux salariés qu’ils n’auront jamais une retraite par répartition décente. En organisant l’incertitude, le doute sur ce que sera leur pension future, en leur suggérant cyniquement qu’elle ne sera qu’un minimum vital. La solution « raisonnable » pour les générations actives étant donc de se constituer une retraite par capitalisation.

    Et à qui il dit merci le pote à Manu, le yankee Larry Flint, l’un des plus féroces vautours de la finance, PDG de BlackRock, l’un des plus gros fonds de pension US ? Ce personnage a ses entrées à l’Elysée, ses sbires ont « conseillé » les concepteurs de la retraite par points.

    Cela vaut bien la Légion d’honneur pour le patron de la succursale française de ce requin de la finance, Jean-François Cirelli…

    Rappelons-nous de cette affaire concernant la Légion d’horreur à Cirelli :

     

    RETRAITES C’ETAIT MIEUX AVANT

    Chronologie du recul des retraites. 

    Pourquoi devrait-on croire le gouvernement Macron, quand les régimes de droite comme de gauche n’ont eu de cesse que de remettre en cause notre système de retraite que Mitterrand avait réformé en 1982 selon ce principe :

    « la retraite est le droit au repos que les travailleurs sont fondés à revendiquer en contrepartie des services rendus à la collectivité à l'issue d'une durée de carrière normale ».

    Hier pour toucher une retraite pleine et entière il fallait 37 ans 1/2 de cotisations, bientôt il en faudra 43, allongement de la durée de travail de 5 ans ½

    Hier à 60 ans on pouvait toucher sa retraite pleine et entière, maintenant le pouvoir propose 64 ans (sauf pour certaines professions).

    Le MEDEF a aussi l’idée d’indexer l’âge de départ sur l’espérance de vie, sans descendre en dessous de 64 ans, des députés LREM proposent de pondérer cet âge de départ par le taux de suicides dans la profession !…. On a donc pas encore tout vu dans ce domaine.

    Hier, pour le privé, le montant de la retraite était calculé sur les 10 meilleures années, le pouvoir a mis en place les 25 meilleures années, maintenant il propose sur toute la carrière (retraite à points).

    Une fois en retraite vous pensez être tranquille, que nenni, l’état s’occupera encore de vous pour tirer à la baisse cette pension que vous pensiez avoir bien mérité.

    Hier, en 1991 la CSG sur les retraites était de 1% elle a augmenté au fil du temps pour finir par être augmentée de 25,75% par Macron pour atteindre pour certains un prélèvement de 8,3%.

    Des nouvelles taxes ont été mises en place pour les retraités : CRDS et CASA

    Hier les retraites étaient revalorisées en Janvier (en 9 ans l’état a retardé d’un an la revalorisation passant de Janvier à Avril puis Octobre puis Janvier)

    Hier les retraites étaient indexées sur l’évolution des salaires, le pouvoir a changé la donne pour faire le calcul sur l’évolution des prix.

    « Selon les études du ministère du travail entre décembre 1999 et septembre 2018 le salaire moyen a augmenté de 47,2% et les pensions de retraite de seulement 26,7% » 

    Maintenant le calcul de l’indexation des retraites prend comme base l’évolution des prix, en 2019 le pouvoir décide de bloquer l’évolution en totale contradiction avec le Code de la Sécurité Sociale qui stipule que les Pensions soient revalorisées « du montant de l’Inflation moyenne sur l’année pour éviter toute dégradation du niveau de vie. »

    Texte effacé d’un revers de manche.

    La revalorisation sera 5 fois moins importante que l’évolution des prix, le pouvoir en place instaure des paliers, une véritable usine à gaz, tous les retraités ne sont plus traités de la même manière, ce système s’appliquera aussi en 2020.

    Hier il existait des conditions de réversion en cas de décès du conjoint qui sont maintenant remises en cause si le projet passe, prenant en compte un pourcentage sur les revenus du ménage, ce qui conduira à une baisse importante de la réversion.

    Les gouvernements se suivent mais les mesures concernant les retraites sont toujours plus contraignantes, tirant à la baisse le montant des pensions, avant de partir et ensuite pendant la retraite.

    Aucune confiance à accorder à ceux qui nous proposent une nouvelle fois de réformer les retraites, les engagements de l’état ne sont jamais respectés.  

    « Ni sage, ni Bon, ni Gros, ni Fol !Macron : la descente aux enfers de Jupiter ! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Février à 10:25

    Chez moi on disait "Les vieux il faut en tirer du travail et de l'argent". Eh bien quoique non sensible au monde occitan le pouvoir a pleinement intégré la formule qui avait cours dans les villages du Biterrois. On ajoutait aussi "Du travail, de l'argent et du trois-six" mais il il y a belle lurette que nos viticulteurs ont perdu le privilège de "bouilleur de cru". D''ailleurs des viticulteurs on en rencontre de moins en moins. Il faudra songer à en empailler un pour mettre dans un musée. Ce ne sera  bientôt plus seulement "Circulez, il n'y a rien à voir" c'e sera aussi "Il n'y a rien à boire" !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :