• Lettre ouverte à Emmanuel Macron : Maurice Audin, et la suite ?

     

    Lettre ouverte à Emmanuel Macron : Maurice Audin et la suite ?

    Témoin de la guerre de libération de l’Algérie, comme appelé (de juin 1961 à mars 1962), affecté à la Villa Susini, j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’Armée Française (en particulier la torture), des crimes contre l’Humanité, des crimes de guerre, des crimes d’Etat dont la France porte la terrible responsabilité.

    En prenant connaissance de votre déclaration du 13 septembre dernier, relative à la reconnaissance de ce crime d’état commis à l’encontre de Maurice AUDIN, j’ai ressenti un très, très profond soulagement. ENFIN !!! Cela fait 56 ans que j’attendais que la France reconnaisse et condamne cette pratique de la torture qui avait été institutionnalisée et dont j’avais constaté l’utilisation, cette horreur, dont j’ai gardé un traumatisme. 

    Depuis mon retour à la vie civile, le symbole de la lutte pour la vérité sur « L’Affaire Maurice AUDIN » était donc devenu pour moi une exigence absolue, et depuis près d’une vingtaine d’années l’un des objectifs prioritaires de mon combat de militant antiraciste, anticolonialiste, des droits de l’homme. Ce dur combat que je mène depuis si longtemps m’aura personnellement coûté près de 15.000 euros comme conséquence du procès que m’a intenté le Général Schmitt (voir :). ALORS, qu’une première étape soit enfin franchie est, pour moi, une satisfaction formidable, un sacré réconfort.

    Votre déclaration à ce sujet m‘interpelle cependant sur plusieurs aspects :

    -        Vous déclarez que « les circonstances de sa disparition demeurent floues » !!! Or, votre prédécesseur déclarait le 17 juin 2014 : « Mais les documents et les témoignages dont nous disposons aujourd’hui sont suffisamment nombreux et concordants pour infirmer la thèse de l’évasion qui avait été avancée à l’époque. M. Audin ne s’est pas évadé. Il est mort durant sa détention. » Que sont devenus ces documents et témoignages nombreux et concordants ? Quand pourront-ils être connus, consultés ?

    -        Vous proposez « que toutes les archives de l’Etat qui concernent les disparus de la Guerre d’Algérie puissent être librement consultées ». Vous, ou vos services, ont eu accès à ce qu’il existe comme archives dans ce domaine et votre déclaration semble donc dire qu’elles sont vides. Mon expérience dans ce domaine, ayant consulté les archives concernant la période de mon passage à la Villa Susini, me fait penser, effectivement, que l’armée a généralement « oublié » de consigner, en particulier dans des cas semblables, ou « adapté » l’ampleur des faits. J’ai eu téléphoniquement le témoignage que le fichier des algériens « passés » à la Villa Susini, dont l’une de mes principales fonctions était justement de le gérer, a été jeté et brulé dans le jardin de cette villa le 20 mars 1962. Ce n’est très certainement pas la seule destruction d’archives de cette période, hélas, et laisser des espoirs de retrouver des archives significatives est vraiment illusoire.

    -        Vous proposez que « les personnes qui ont pu connaître les circonstances de la mort de Maurice Audin sont appelées à s’exprimer librement afin d’apporter leur témoignage et conforter ainsi la vérité ». Mais, vous êtes chef des Armées, vous avez un Chef d’Etat Major des Armées pouvant identifier tous les militaires, en particulier ceux basés à Alger dans cette période de la « Bataille d’Alger » dont un assez grand nombre sont encore vivants et savent : ils pourraient, ils devraient témoigner, et tout particulièrement les officiers chargés du « renseignement » à cette époque.

    -        Sur cette question de torture, d’élimination d’Algériens, pourquoi n’avez vous pas également rappelé que le Ministre Pierre Mesmer a envoyé les « meilleurs spécialistes de cette pratique » (Aussaresses et Trinquier...) en Amérique du Sud pour former les militaires de cette région à cette technique, comme le rapporte le témoignage recueilli par Marie-Monique Robin lors de son reportage « Les Escadrons de la Mort, l’Ecole Française » ? Cette responsabilité de l’Etat français devrait, elle aussi, être condamnée. C’est avec l’exportation de cette pratique des « Crevettes Bigeard » que 30.000 argentins ont péri (ceux pleurés par les « Folles de la Place de Mai ») !!!

    -        Le ministre Algérien Tayeb Zitouni, dans une interview au journal « El Watan » du 11 juin 2018 (61ème anniversaire de la disparition de Maurice Audin) déclarait au journaliste L. Hachemane lors de sa visite à Boumerdès « que 4 dossiers relatifs à la Guerre de Libération Nationale, concernant le rapatriement d’ossements, étaient en cours de négociation avec la partie française » citant à cette occasion pour la première fois le nom de Maurice Audin. Où en sont ces négociations ?

    Le 5 mai 2017, à la rédaction de Médiapart, vous déclariez : « De fait, je prendrai des actes forts sur cette période de notre histoire ». Effectivement, 18 mois plus tard, vous venez de faire un geste très fort qui vous honore.  

    Mais, le 17 avril 2018, je vous adressais un courrier relatif aux frappes françaises en Syrie, suite à l’utilisation d’armes chimiques dans lequel je disais que j’étais scandalisé par votre décision d’avoir décidé de ces frappes pour 2 raisons :

    -        Celle que la France (par votre décision) décide sans mandat de l’ONU une telle action, c’est « légitimer », demain, qu’un autre pays, en concertation ou non avec un autre état décide et s’arroge ainsi, lui aussi, d’en « punir » l’auteur, parce qu’il estime qu’un forfait a été commis.

    -        Mais peut-être plus grave encore, c’est que la France se permette de donner des leçons de droits de l’homme dans ce domaine. En effet, vous semblez « oublier » que, pendant la Guerre de Libération de l’Algérie, le gaz (Vx et Sarin) a été utilisé (références des témoignages concrets publiés sur mon site personnel ). L’Armée a aussi utilisé le napalm : entre 600 et 800 villages détruits. En novembre 2004, j’ai eu l’occasion de visiter les ruines du village de Zaatcha, près de Constantine, du moins ce qu’il en reste : c’était un village de 800 habitants (hommes, femmes, enfants… ) qui ont été brulés vivants. Il est possible de voir sur mon site    les images que j’en ai ramenées. C’est terrifiant, et le musée souvenir, ainsi constitué, en montre l’horreur. Ce sont donc 600 à 800 Oradour sur Glane dont la France porte la responsabilité.

    Vous (par l’intermédiaire de votre chef de Cabinet) m’avez répondu le 28 juin, « que cette opération militaire avait été conduite en pleine légitimité internationale » version contestée par tous les juristes internationaux, mais rien sur le passé français.

    La France a ainsi commis des crimes de Guerre, crimes contre l’humanité, crimes d’état... qu’elle n’a toujours pas reconnus, ni condamnés.  

    Pour concrétiser la conclusion de votre déclaration du 13 septembre 2018, vous dites : « L’approfondissement de ce travail de vérité doit ouvrir la voie à une meilleure compréhension de notre passé, à une plus grande lucidité sur les blessures de notre histoire, et à une volonté nouvelle de réconciliation des mémoires et des peuples français et algérien. » 

     Il serait important, justement, qu’il n’y ait pas une hiérarchie dans la reconnaissance des crimes commis, que tous le soient, que la France, pour retrouver sa légitimité de revendiquer son statut de pays leadeur dans la lutte pour les droits de l’homme s’honore en reconnaissant ces « dérapages ». C’est à ce prix que la réconciliation des mémoires entre les peuples Français et Algériens pourra se faire totalement, et qu’ainsi la France retrouvera une parole écoutée sur le plan international pour lutter contre les atteintes aux droits de l’homme.

     Dans quelques semaines ce sera le 57ème anniversaire du massacre du 17 octobre 1961 au Pont Saint Michel à Paris. Répondrez-vous favorablement à la demande qui vous a déjà été faite l’an dernier, mais restée sans réponse, de reconnaître ce crime d’état ?

     Dans la liste de ces crimes concernant la France à l’encontre de l’Algérie, il y a (en plus de ceux précédemment évoqués dans cette lettre) : le 8 Mai 1945 (constantinois : Sétif, Guelma Khératta..), le 8 février Massacre au Métro Charonne à Paris, les Camps d’internement (pudiquement appelés alors camps de regroupement ayant fait plusieurs centaines de milliers de victimes), les essais nucléaires du Sahara, les viols, les « Crevettes Bigeard »,...

     Il y a aussi les massacres commis à Madagascar, au Cameroun... pour lesquels la France porte une terrible responsabilité et les assassinats des militants anticolonialistes (plus d’une vingtaine rien qu’à Paris) dont les plus connus ‘’Amokrane Ould Aoudia, Henri Curiel, Mehdi Ben Barka, Dulcie September... pour lesquels le « secret défense » ou la « raison d’état » « justifient » le refus de les élucider.

    En saluant, ce geste très important que vous venez de faire, en vous disant BRAVO, en espérant qu’une suite sera donnée rapidement, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes salutations respectueuses.

    Henri POUILLOT 

    Ancien Combattant Guerre de Libération de l’Algérie, militant antiraciste, anticolonialiste, défenseur des droits de l’homme. 

     

    « L'extrémiste Zemmour et les prénoms des Français... Une honte supplémentaire !!!Affaire Maurice Audin : Le combat doit continuer pour les dizaines de milliers d’Algériens disparus »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Dimanche 23 Septembre à 13:20

    Bordeflume : tu as raison c'est bien la villa Sésini.

    Quelques commentaires contradictoires cependant :

     

    Wikipedia : La villa Sésini – souvent appelée à tort « villa Susini » – est une bâtisse néo-mauresque construite à la fin du XIXe siècle sur les hauteurs d'Alger.

    La villa a été construite par Me Alexandre Sésini, notaire à la rue Bab Azzoun à Alger. En 1926, la ville d'Alger l'a classée comme monument naturel.

    Henri Pouillot : Le 28 Mai 2005, j’ai reçu ce message :

    "J’ai 71 ans, je suis né et j’ai habité 24 ans dans le quartier du HAMMA à Alger. Pendant la Seconde Guerre mondiale je me souviens que déjà cette Villa était appelée "Villa SUSINI" et non "SESINI". Cela n’a rien à voir avec la Guerre d’Algérie. D’autre part, toujours pendant cette période, cette Villa abritait l’état major "vichyste" à Alger d’après mes souvenirs (à vérifier, mais j’en ai la quasi certitude)." 

    Bonjour,
    Si je comprends bien, un notaire Antoine Sésini a construit la villa et l’a vendue avant la seconde guerre mondiale, mais on a continué à l’appeler villa Sésini. Jusqu’à ce que comme centre de torture elle soit assimilée, justement, au sinistre Jean-Jacques Susini. Je comprends mieux pourquoi les deux noms co-existent, ce qui me semblait une bizarrerie inexpliquable jusqu’à présent.

    Cordialement. Catherine Sayen

    CONCLUSION :

    Sesini - le 22 décembre 2011

    « Merci de rectifier, cette villa a été construite par mon arrière grand- père Alexandre Sésini notaire à Alger, mon grand-père y est né également.
    Nous aimerions que l’association de notre nom cesse avec les atrocités qui ont eu lieu à cet endroit.
    Notre famille l’avait déjà vendue avant la seconde guerre mondiale. »
     

     

     

    1
    Dimanche 23 Septembre à 12:40

    Henri Pouillot a peut-être été affecté à la villa Sésini, mais certainement pas à la "villa Susini" qui n'a jamais existé.

    (voir l'explication très précise de Wikipédia). 

    A moins que Susini , le célèbre factieux de l'OAS, ait possédé une villa portant son nom. Mais alors c'est dans un autre quartier d'Alger !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter