• Lettre ouverte d’Henri Pouillot à Emmanuel Macron *** Objet : 19 mars 2022 / 26 mars 1962

     

    Lettre ouverte d’Henri Pouillot

     à Emmanuel Macron

      Lettre ouverte d’Henri Pouillot à Emmanuel Macron *** Objet : 19 mars 2022 / 26 mars 1962

    Objet : 19 mars 2022 / 26 mars 1962

     

    Témoin de la Guerre de Libération de l’Algérie, comme appelé (de juin 1961 au 13 mars 1962), affecté à la Villa Susini, j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’Armée Française (en particulier la torture), des crimes contre l’Humanité, des crimes de guerre, des crimes d’état dont la France porte la terrible responsabilité.

    Le 27 janvier dernier je vous interpellais quant à votre intervention du 26 janvier 2022, relative à la fusillade de la rue d’Isly à Alger le 26 mars 1962, quant à vos propos : « ce massacre du 26 mars 1962 est impardonnable pour la République ». Je vous avais fait la remarque que votre présentation des faits était une falsification grave de l’Histoire de notre pays, d’autant plus grave qu’elle émanait du Président de la République lui-même. Je justifiais cette remarque par le plan que j’avais pu consulter aux archives de Vincennes qui était la preuve formelle de la provocation du commando de l’OAS « oubliée » : preuve incontestable.

      Lettre ouverte d’Henri Pouillot à Emmanuel Macron *** Objet : 19 mars 2022 / 26 mars 1962

    Samedi 26 mars 2022, vous avez fait déposer une gerbe à la mémoire des victimes de la fusillade de la rue d’Isly à Alger le 26 mars 1962 au Mémorial du Quai Branly. Compte tenu de ce geste et de la présence d’une haie militaire y présentant les armes ainsi que les personnalités officielles présentes, cette commémoration révélait donc le caractère le plus officiel que l’on puisse considérer.

    Or, cette commémoration organisée par un groupe de nostalgiques de l’Algérie Française, sera clôturée par l’interprétation du « Chant des Africains » (cette chanson qui fut l’hymne de l’OAS), avec les militaires au garde à vous. Cela ne peut donc que s’interpréter comme un hommage à cette organisation fascisante, terroriste antirépublicaine puisqu’elle organisa un putsch pour tenter de renverser la République, et tenta 2 attentats contre le Président de la République d’alors.

    La clôture de cette manifestation, est donc un geste odieux, remettant en cause toutes les valeurs de notre République et elle a donc eu votre caution.

    Le Rapport de Benjamin STORA, que vous aviez commandé, il y a un peu plus d’un an, minimisait déjà considérablement la responsabilité de l’OAS dans cette période de la Guerre de Libération de l’Algérie. Vos récentes interventions relatives à la commémoration de ce 60ème anniversaire ne peuvent se comprendre que comme une volonté de votre part d’une réhabilitation, de fait, de cette organisation terroriste, fascisante qui a tenté de remettre en cause notre République.

    C’est fort dépité, tellement je suis sidéré, Monsieur le Président de la République, que je vous adresse mes salutations respectueuses pour l’institution que vous représentez.

    Henri POUILLOT

    Ancien Combattant pendant la Guerre de Libération de l’Algérie, militant antiraciste, anticolonialiste, défenseur des droits de l’homme

     

    « Rencontre-débat "ITS" du 26 mars 2022 – Le PSU et l'OAS *** Contribution J-F. GavouryLettre ouverte d’Henri Pouillot à Madame G. DARRIEUSSECQ »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :