• Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

     

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale

    des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

     

    Marseille le 28 juin 2021 

     

    Monsieur Emmanuel Macron

    Président de la République

    Palais de l’Élysée

    55 Rue du Faubourg Saint-Honoré

    75008 Paris

     

    Objet : Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

     

    Monsieur le Président,

    Le 20 janvier dernier, Monsieur Benjamin Stora vous remettait le rapport sur les « Questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie ». Dans votre communiqué de ce même jour vous avez salué « la qualité de ce travail conduit dans un esprit d’ouverture, d’écoute et de respect de tous ». Nous partageons cette appréciation.

    Il est, aujourd’hui, venu le temps des actions concrètes, des traductions tangibles pour avancer sur le chemin de la reconnaissance de toutes les mémoires, de toutes les douleurs. Il est venu le temps de concrétiser les préconisations du rapport afin d’établir des ponts entre les deux rives par la culture, la science, l’enseignement et les échanges de toutes natures.

    Monsieur Benjamin Stora a formulé plusieurs préconisations. Elles peuvent paraître incomplètes, voire insuffisantes. Cependant nous les pensons nécessaires. Elles nous feront avancer sur le chemin des vérités, des réconciliations et de l’apaisement. Elles permettront d’ouvrir de nouvelles perspectives dont nous, Français et Algériens, avons tant besoin.

    Monsieur le Président, des crimes ont été commis en Algérie au nom de l’État français. Au nom de la France reconnaissez ces crimes ; des enfumades par les généraux Bugeaud et Cavaignac, aux assassinats de patriotes algériens comme de femmes et d’hommes d’honneur français par les Aussaresses, OAS et autres criminels de guerre ; sans oublier le statut de l’indigénat, véritable apartheid institutionnalisé, l’abandon des Harkis et la torture pratiquée à grande échelle dont le viol. « Le viol, c’est ce qu’il y a de pire pour une femme : c’est la négation d’elle-même ». Demandez, Monsieur le Président, à Louisette Ighilahriz, auteure de cette phrase, d’accorder le pardon à ses tortionnaires, et en même temps, honorez ce médecin militaire de la 10e DP qui l’a soustraite des mains criminelles.

    Dire, comme vous l’avez fait en 2017 dans une déclaration à un organe de presse, « La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie » est une vérité historique dont la reconnaissance honore notre Nation et porte haut les valeurs de la République.

    Agissez, Monsieur le Président, pour permettre l’écriture d’une histoire lucide et dépassionnée de la France en Algérie, dans la complexité des moments et des parcours individuels. Contribuez ainsi, Monsieur le Président de la République, à ouvrir des relations paisibles et fécondes entre les peuples de France et d’Algérie.

    Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

    Premiers signataires :

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre (4ACG).

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Agir Contre le Colonialisme Aujourd'hui (ACCA).

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis (ANPNPA).

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS (ANPROMEVO).

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP).

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    SOS Racisme.

    Lettre ouverte initiée par l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs amis

    Réfractaires non-violents à la guerre d’Algérie.

     

    COMMENTAIRE

    Retour sur la torture exercée par l'armée française en Algérie via cet épisode d'une série sur l'avocate Gisèle Halimi :

    "Début des années 60 : Gisèle défend Djamila Boupacha, militante du FLN, violée par les parachutistes français dans l’Algérie coloniale. Elle obtient le soutien de Simone de Beauvoir, son idole. L'affaire Djamila va la pousser vers la voie de son propre destin : “La lettre me disait qu’elle avait été torturée ; mais Djamila ne l’a pas dit tout de suite. Elle était silencieuse. Et puis, il y a eu un terrible moment où elle a déboutonné sa blouse. Elle m’a montré ses seins, tout troués, de cigarettes incandescentes. Puis j’ai vu ces chevilles complètement bleues et noire" relate Gisèle Halimi."

    Merci de cliquer sur le lien ci-dessous pour voir et entendre la remarquable émission de France Culture :

     

    https://www.franceculture.fr/emissions/gisele-halimi-la-fauteuse-de-troubles/3-gisele-djamila-simone-soeurs-dame 

     

    « Macron à Lourdes : la laïcité façon PétainUn documentaire " Mon Algérie à moi " concernant Benjamin Stora et bientôt celui de Jacques Cros habitant de Béziers »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    5
    philippe
    Dimanche 18 Juillet à 10:44
    le probleme avec la colonisation de l algerie ce n etait pas que les algeriens ne voulaient pas partager leur terre, c etait qu ils étaient surexploités. du pain et de l eau comme seule renumeration chez certain pieds noirs
    4
    CONSTANT
    Samedi 17 Juillet à 11:54

    Hémiplégie consternante !

    3
    piris marcel
    Samedi 3 Juillet à 09:47

    Deux films à voir ou à revoir: "l'ennemi intime" et "Des hommes".

    2
    Vendredi 2 Juillet à 07:50

    Et sans oublier non plus le rôle qu'on a fait jouer aux appelés du contingent qui ont eu le malheur d'avoir 20 ans en e temps-là. Quel gâchis de leur jeunesse avec les longs mois sacrifiés dans une guerre anachronique, injuste et sans autre perspective que la fin du colonialisme et l'indépendance de l'Algérie !

    1
    Kheira Naman
    Vendredi 2 Juillet à 07:39
    Très belle lettre ! Pleine de bon sens et juste. Bravo Je soutiens
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :