• Lille Une cérémonie du souvenir pour les victimes du 17 octobre 1961

     

    Lille

    Une cérémonie du souvenir

     pour les victimes du 17 octobre 1961

    Lille  Une cérémonie du souvenir  pour les victimes du 17 octobre 1961

    L’hymne national algérien a retenti place de la République, à Lille, pour commémorer la répression policière du 17 octobre 1961 à l’encontre des Algériens de Paris, avec des dizaines de personnes jetées dans la Seine.

    Il y a soixante ans, le simple déploiement d’un drapeau algérien sur la place de la République à Lille suffisait à déclencher une émeute. Lorsque des travailleurs algériens avaient le malheur de brandir ce symbole alors interdit, la police intervenait pour le confisquer.

    Un « crime d’État »

    Ce 17 octobre, au même endroit, c’est l’hymne national algérien qui a retenti pour commémorer la répression du 17 octobre 1961. Bravant un couvre-feu les visant directement, les Algériens de Paris avaient choisi de marcher. Évoquant la terrible répression policière lancée en réponse, avec des dizaines de personnes jetées dans la Seine, Dalila Dendouga, adjointe au maire en charge des droits de l’homme a dénoncé un «  crime d’État  ». «Cette commémoration est l’occasion de nous recueillir à la mémoire des membres de notre communauté qui ont payé au prix fort la libération de l’Algérie », a salué de son côté Rachid Belbaki, le consul général d’Algérie.

    La cérémonie s’est achevée par des dépôts de gerbe sur le parvis des droits de l’homme, en compagnie de membres du conseil lillois de la jeunesse et de Laure Michel, présidente de la LICRA Lille, ambassadrice de toutes les associations.

    SOURCE : http://www.lavoixdunord.fr/248191/article/2017-10-18/une-ceremonie-du-souvenir-pour-les-victimes-du-17-octobre-1961 

    Lille  Une cérémonie du souvenir  pour les victimes du 17 octobre 1961

    L’hymne national algérien a retenti place de la République, à Lille

    pour commémorer la répression policière du 17 octobre 1961 à

    l’encontre des Algériens de Paris, avec des dizaines de personnes jetées

    dans la Seine.

     

    Choisy-le-Roi

    Mémoire. L’intimidation manquée

     de l’extrême-droite

    Lille  Une cérémonie du souvenir  pour les victimes du 17 octobre 1961

    L’inauguration du square du 17 octobre 1961 à Choisy-le-Roi a eu lieu le 17 octobre dernier en présence du consul d’Algérie. Ici, une plaque en commémoration du 17 octobre 1961 déposée à Gennevilliers en février 2007. Photo : Jeff Guez/AFP

    L’annonce de l’inauguration d’un square du 17 octobre 1961 à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) a réveillé la violence et la xénophobie de l’extrême-droite.

    La délibération, pour qu’un des squares de la ville porte le nom de la date de ce crime d’Etat qui vit une manifestation pacifiste d’Algériens réprimée dans le sang, avait été prise par le conseil municipal du 27 septembre. Peu de temps après, des courriers et des mails aux contenus haineux et racistes étaient adressés au cabinet du maire PCF Didier Guillaume. « Ces courriers viennent principalement de province. Je peux imaginer par quels réseaux de communication l’information de notre initiative a pu circuler, mais aussi quels attisements des instincts les plus bas ont pu donner lieu à ces écrits », a-t-il déclaré. De fait, certains d’entre eux viennent par exemple de villes comme Béziers, dirigée par l’ineffable Robert Ménard. Dans l’entourage du maire, on évoque des réseaux d’extrême-droite qui sévissent aussi auprès d’autres municipalités voisines dès lors qu’elles prennent des mesures de ce type. Loin de se laisser intimider, Didier Guillaume a réaffirmé que cette initiative était « conforme à tout ce qui fait notre ville : son attachement à l’histoire, aux valeurs de la République, à la Paix, à la transmission, à l’éducation, au mieux vivre ensemble et à la construction de la ville durable de demain ». L’inauguration, qui a eu lieu le 17 octobre dernier en présence du consul d’Algérie, s’est déroulée dans le calme.

    SOURCE : https://www.humanite.fr/memoire-lintimidation-manquee-de-lextreme-droite-644030 

    « L’intervention au Pont Saint-Michel 17 octobre 2017 d’Henri POUILLOT Au nom du MRAP et de l’ARACCommémoration du 17 octobre 1961 à Besançon (département du Doubs) (Franche-Comté) Le pont Battant »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter