• Lundi 23 avril 2018 Antisémitisme : la supercherie d’un appel…

     

    Lundi 23 avril 2018

    Antisémitisme : la supercherie d’un appel…

    Lundi 23 avril 2018  Antisémitisme : la supercherie d’un appel…

    Latifa Ibn Ziaten et Samuel Sandler 

     

    La parution d’un appel contre l’antisémitisme est à priori une bonne nouvelle. Nous ne sommes jamais de trop pour lutter contre l’antisémitisme et tous les racismes, même si la densité d’islamophobes et de racistes parmi les signataires (voir ci-dessous)  montrait d’emblée qu’il s’agissait d’une initiative douteuse. 

    En effet le texte publié dans Le Parisien par Philippe Val (et que nous reproduisons intégralement ci-dessous) a une toute autre fonction, comme en atteste son argumentation particulièrement sensationnaliste et perverse.

    ll s’agit pour ses promoteurs de stigmatiser et désigner la population musulmane comme principale coupable de l’antisémitisme dans ce pays et au passage de dénoncer la gauche, les médias et les « élites ».

    Cela se fait  par un vrai message « populiste » qui triture le langage et lance des accusations vagues et dangereuses.

    Le recours à la notion d’ « épuration ethnique » dont seraient victimes les Juifs de ce pays de la part des musulmans,  donne la mesure d’une volonté d’opposer des populations par la référence à de situations dramatiques de guerre et de persécutions.

    On notera que les musulmans Rohingya sont actuellement victimes d’une réelle épuration ethnique de la part de l’armée et du pouvoir de Birmanie. Des centaines de milliers de personnes ont du fuir leur villages et leurs maisons sous la menace.  

     La phrase introductive du texte donne le ton : «  Pourtant, la dénonciation de l’islamophobie - qui n’est pas le racisme anti-Arabe à combattre - dissimule les chiffres du ministère de l’Intérieur : les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans. »  

    Il s’agit donc à nouveau de nier l’existence de l’islamophobie dans la société française en manipulant une concurrence des victimes d’actes racistes et en les opposant. Plusieurs des signataires de l’appel mènent depuis des années un combat acharné contre la notion d’islamophobie et ont ainsi trouvé le moyen de poursuivre cette croisade.

    Puis il est question d’un prétendu silence des médias à propos de l’antisémitisme attribué à des « élites », dont ne font pas partie les signataires ? Ces élites nieraient le danger islamiste ou l’excuseraient. On reconnaît la patte de Manuel Valls qui  déclarait après les attentats de janvier 2015 « « Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser » avant de devoir retirer ce propos provocateur.

    A qui s’adresse l’accusation suivante, contresignée par trois anciens premiers ministres (Raffarin, Valls, Cazeneuve) et un ancien président de la République, Sarkozy ?   «  …Parce que la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif… ».

    On notera que concernant Sarkozy, il a pour sa part toujours été cherché les voix  du FN tenant du « vieil antisémitisme »  . Il était conseillé en cela par son mentor Patrick Buisson, adepte des thèses de Charles Maurras, dont le centenaire de la naissance rappelle qu’il fut le grand porteur de l’antisémitisme dans la société française  

    La preuve la plus évidente de la malignité des intentions de cet « appel » est son thème de conclusion qui demande « que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés de caducité par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémitisme catholique aboli par [le concile] Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime »

    Ainsi donc il suffirait que des «autorités théologiques  » musulmanes condamnent l’antisémitisme et triturent le Coran. Mais qui peut penser une seconde que cela provoque le moindre effet sur des personnes « radicalisées » ?  Celles-ci rejettent justement les « autorités théologiques »  et toute interprétation qui ne justifie pas leurs actes .

    Au passage les auteurs  mentent effrontément en prétendant que les "incohérences de la Bible" ont été "abolies". De quelles "incohérences" s'agit-il?   Qui a « aboli » quoi, et comment ? On se demande comment le grand rabbin Korsia peut cautionner une telle manipulation ?

    Au total  il s’agit donc d’une manipulation politique qui n’a que l'islamophobie à proposer comme solution en matière de lutte contre l'antisémitisme.
    Où sont donc les plans ambitieux annoncés autrefois par les différents gouvernements dans ce domaine ? Quels nouveaux outils ont été mis à la disposition de celles et ceux qui souhaitent combattre le fléau de l'antisémitisme ? Où est l’effort d’éducation et de solidarité nécessaire ?
     

    Depuis l'unique annulation d'un meeting de Dieudonné à Nantes en janvier 2014, accompagné par  la promesse de Manuel Valls de faire fermer les principaux sites antisémites français, de réguler enfin l'expression de la haine sur les réseaux sociaux, qu'est ce qui a été fait concrètement ?  Le négationnisme en ligne se porte toujours aussi bien.  

    Sur de très nombreux sites et sur les plates-formes Internet la propagande antisémite et néo-nazie se diffuse sans limites et sans que la justice y mette fin.

    L’assassinat de Mme Mireille Knoll est ainsi survenu trois jours après la relaxe judiciaire d'Alain Soral, accusé d’incitation à la haine raciale  après que celui-ci ait diffusé une nouvelle fois un montage antisémite. Les juges ont estimé que  "Le montage en cause, aussi contestable soit-il, ne constitue ainsi pas une provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, contenant un appel ou une exhortation, même implicite, rejaillissant sur la totalité d'une communauté définie par l'appartenance à la religion juive". 

    Les magistrats ont utilisé la jurisprudence de la Cour de cassation, qui estime depuis juin 2017 qu'une "incitation manifeste" ne suffit pas à caractériser le délit et qu'il faut désormais "pour entrer en voie de condamnation" que les propos relèvent d'un "appel" ou d'une "exhortation". 

    Ainsi il faudrait maintenant un appel direct à la violence raciste pour que la justice agisse.

    Devant l’adhésion que suscitent Dieudonné et Soral dans une partie de la jeunesse, comment ne pas s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer dans la radicalisation ultra-rapide de beaucoup de jeunes, qui épousent les thèses et la cause des intégristes de Daech en quelques mois, en quelques semaines ? Pour qu’une graine pousse à vitesse accélérée, il lui faut un terreau fertile; force est de constater que la culture pathologiquement antisémite, propagée par l’extrême-droite française depuis des années, constitue une part importante de ce terreau fatal. L'appel ne fait aucune référence à ces grands diffuseurs d'un antisémitisme violent.  

     L’appel de Philippe Val et de ses soutiens représente par son orientation de division et de haine, un mauvais coup porté au combat contre l’antisémitisme.  

    Lundi 23 avril 2018  Antisémitisme : la supercherie d’un appel…

    Nous sommes plus que jamais déterminés à combattre tous les antisémites et tous les racistes, quelles que soient leurs justifications et leurs obédiences.  

    Notre soutien va vers toutes les initiatives de  terrain qui veulent construire une réelle solidarité contre tous les racismes. Il en est par exemple ainsi du combat commun de Latifa Ibn Ziaten et Samuel Sandler, parents des victimes de Merah.  

     

    MEMORIAL 98 

     

    Nous rappelons ici quelques récentes turpitudes des responsables politiques signataires, voire porte-parole de l’ appel 

    Laurent Wauquiez : une de ses premières mesures en tant que président de la région ARA a été de diminuer la subvention attribuée au Mémorial des enfants juifs d'Izieu. Face au scandale, il a du ensuite revenir en arrière; voir ici http://info-antiraciste.blogspot.fr/2015/04/enfants-juifs-dizieu-les-traces-de-la.html.

    Wauquiez veut mettre en cause le droit du sol, reprenant ainsi les thèses identitaires du Front national, intégrées dans la droite par l'intermédiaire du Club de l'Horloge.   

    Manuel Valls, Elisabeth Badinter islamophobe revendiquée, Gilles Clavreul délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra) au bilan catastrophique, et leurs proches du « Printemps républicain » également soutiens de la manipulation de Sarkozy sur le burkini voir ici http://info-antiraciste.blogspot.fr/2016/01/vallsa-lattaque-contre-la-laicite.html  

    Sarkozy dont l’activité politique a toujours reposé sur la récupération des thèmes du FN voir ici http://info-antiraciste.blogspot.fr/2016/08/sarkozy-est-lordonnateur-direct-des.html et ici http://info-antiraciste.blogspot.fr/2015/12/sarkozy-legitime-nouveau-le-front.html  

    Luc Ferry, soutien de Poutine et Assad , tenant de la thèse négationniste d’un « génocide vendéen » voir ici http://info-antiraciste.blogspot.fr/2015/05/luc-ferry-evoque-le-genocide-vendeen-et.html 

     

    Memorial 98   

     

     Le texte de l’Appel «Cette terreur se répand » 

    « L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs, c’est l’affaire de tous. Les Français, dont on a mesuré la maturité démocratique après chaque attentat islamiste, vivent un paradoxe tragique. Leur pays est devenu le théâtre d’un antisémitisme meurtrier. Cette terreur se répand, provoquant à la fois la condamnation populaire et un silence médiatique que la récente marche blanche a contribué à rompre. 

    Lorsqu’un Premier ministre à la tribune de l’Assemblée nationale déclare, sous les applaudissements de tout le pays, que la France sans les Juifs, ce n’est plus la France, il ne s’agit pas d’une belle phrase consolatrice mais d’un avertissement solennel : notre histoire européenne, et singulièrement française, pour des raisons géographiques, religieuses, philosophiques, juridiques, est profondément liée à des cultures diverses parmi lesquelles la pensée juive est déterminante. Dans notre histoire récente, onze Juifs viennent d’être assassinés - et certains torturés - parce que Juifs, par des islamistes radicaux. 

    « Une épuration ethnique à bas bruit »

    Pourtant, la dénonciation de l’islamophobie - qui n’est pas le racisme anti-Arabe à combattre - dissimule les chiffres du ministère de l’Intérieur : les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans. 10 % des citoyens juifs d’Ile-de-France - c’est-à-dire environ 50 000 personnes - ont récemment été contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité dans certaines cités et parce que leurs enfants ne pouvaient plus fréquenter l’école de la République. Il s’agit d’une épuration ethnique à bas bruit au pays d’Émile Zola et de Clemenceau. 

    Pourquoi ce silence ? Parce que la radicalisation islamiste - et l’antisémitisme qu’il véhicule - est considérée exclusivement par une partie des élites françaises comme l’expression d’une révolte sociale, alors que le même phénomène s’observe dans des sociétés aussi différentes que le Danemark, l’Afghanistan, le Mali ou l’Allemagne… Parce qu’au vieil antisémitisme de l’extrême droite, s’ajoute l’antisémitisme d’une partie de la gauche radicale qui a trouvé dans l’antisionisme l’alibi pour transformer les bourreaux des Juifs en victimes de la société. Parce que la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif. 

    « Nous attendons de l’islam de France qu’il ouvre la voie »

    Or à la marche blanche pour Mireille Knoll, il y avait des imams conscients que l’antisémitisme musulman est la plus grande menace qui pèse sur l’islam du XXIème siècle et sur le monde de paix et de liberté dans lequel ils ont choisi de vivre. Ils sont, pour la plupart, sous protection policière, ce qui en dit long sur la terreur que font régner les islamistes sur les musulmans de France. 

    En conséquence, nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime. 

    Nous attendons de l’islam de France qu’il ouvre la voie. Nous demandons que la lutte contre cette faillite démocratique qu’est l’antisémitisme devienne cause nationale avant qu’il ne soit trop tard. Avant que la France ne soit plus la France. » 

     

    SOURCE : https://info-antiraciste.blogspot.fr/2018/04/antisemitisme-la-supercherie-dun-appel.html?spref=fb 

     

    « Là où tout a commencé en 2001 et 17 ans après c'est pire... A quoi ont servi les 89 militaires français morts en Afghanistan ? Suppression du nom d’une place du 19 mars 1962 *** Par Jacques CROS »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Avril à 21:36

    Bien sûr, l'antisémitisme de l'extrême droite est une constante de ces milieux, depuis l’affaire Dreyfus en particulier. Certains Musulmans peu politisés font un amalgame Juifs-Israël inadmissible. Le CRIF joue un rôle trouble qui jette le discrédit sur une communauté qui est loin de soutenir cette officine...https://twitter.com/LoudL/status/987846964883714048mbat pour la justice!

    Nous disons au CRIF et à ceux qui le suivent qu’ils sont également complices de ces tueries et qu’en prétendant que les Juifs de France approuvent Israël, vous les mettez sciemment en danger.
    L’UJFP refuse que les Juifs de France soient associés à de telles tueries et enjoint à nouveau la France et l’Europe à prendre leurs responsabilités et donc à prendre des sanctions.

    https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=wm#section_query/in%3Ainbox/162a7715b2e3a20e

    Soutenons l'UJFP dans son combat

     

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter