• Maréchal, nous revoilà !

     

     

     

    Le moins que l’on puisse dire c’est que le bruit et l’odeur étaient au rendez-vous de ce week-end. De l’odeur nauséabonde. La convention de la droite, organisée par Marion Maréchal à Paris, a réveillé et rassemblé les vieux démons de l’extrême droite. Preuve s’il en est que la bête immonde est encore bien féconde.

    Eric Zemmour, l’invité star de ce rassemblement – à qui l’on prête des ambitions présidentielles –, a excellé en la matière. Inquiet pour sa propre virilité, il a récidivé en évoquant « l’extermination de l’homme blanc hétérosexuel catholique ». Admirez le choix des mots… Cible principale, les immigrés sont taxés de « colonisateurs » :

    « Les racailles et l’islam se comportent en conquérants, l’alliance de la Djellaba et de la kalachnikov. »

    C’est le grand remplacement. Pour le probable futur chroniqueur de CNEWS, tout juste condamné pour provocation à la haine raciale, l’Etat serait même à la manœuvre : « L’État français est devenu l’arme de destruction de la nation et du remplacement de son peuple par un autre peuple, une autre civilisation ». Conspiration ? Il reprend tous les poncifs du parti de Marine Le Pen, à l’instar de son plaidoyer sur la « préférence nationale ».

    Plus étonnant encore – et bien qu’habitué des faits et autres propos condamnables – il invite le peuple à s’affranchir de l’Etat de droit pour le sauver de l’étranger. Rendez-vous compte : Zemmour en appelle à l’insurrection. Au soulèvement du peuple. Indigent à entendre. Ça l’est plus encore à écrire. Ce monde-là existe encore. Il existe toujours. Ils veulent le rendre plus fort. Plus présent aussi. Partout dans les médias – et c’est déjà gagné –, les entreprises et les institutions. L’invitation – certes échouée –, par le MEDEF, de Marion Maréchal était déjà révélatrice d’une nouvelle étape franchie dans la conquête du pouvoir. Comme ça, l’air de rien. Parce que pour prendre le pouvoir – ce qui est désormais crédible –, l’extrême droite a besoin du soutien du monde de la finance et de l’entreprise. Et inversement, si l’on croit possible une victoire de ce camp-là, le MEDEF a tout intérêt à lui déplier le tapis rouge. Hitler n’est pas arrivé au pouvoir sans le soutien des agents économiques.

    Et si comparaison n’est pas raison, de nazisme il a été beaucoup question lors de la convention nationale. Zemmour en a d’ailleurs fait le meilleur exposé : « Dans les années 30, les auteurs les plus lucides qui dénonçaient le danger allemand comparaient le nazisme à l’islam ». Et d’enchaîner : « Et personne ne leur reprochait de stigmatiser l’islam. À la limite, beaucoup trouvaient qu’ils exagéraient un petit peu : "Bien sûr, disaient-ils, le nazisme est parfois un peu raide et intolérant, mais de là à le comparer à l’islam…" » Applaudissements appuyés de la salle. Ça se passe de commentaire.

     

    « Demain, nous serons au pouvoir »

     

    L’ambition de l’école créée par Marion Maréchal, l’ISSEP (Institut de Sciences Sociales, Economiques et Politiques) est grande. Former une classe dirigeante politique et économique : « Notre objectif est de favoriser la naissance d’une nouvelle génération de décideurs qui placeront leurs ambitions au service de projets utiles à la société, qu’ils soient civils, associatifs, économiques et politiques ». Et Marion Maréchal y croit dur comme fer : « Demain, nous serons au pouvoir », a-t-elle lancé lors de son discours, ce samedi. Le pire, c’est que c’est possible. Le plus effrayant, c’est de les imaginer gouverner. Et dire que le débat parlementaire sur l’immigration – que le président de la République appelle de ses vœux chaque année – devait s’ouvrir aujourd’hui à l’Assemblée nationale… Le deuil national ayant été décrété, le débat sera reporté. Ouf ! Merci Chichi. Mais comme on n’aura sans doute pas eu assez de leurs dégueulis verbaux ce week-end – allègrement diffusés sur les chaînes d’infos en continue –, on recommencera dans quelques semaines. Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir. Merci Macron. Sait-il au moins qu’à jouer ce jeu dangereux, même dans un second tour où il serait face à l’extrême droite, il n’est plus certain de l’emporter ?

    « Nous sommes le peuple, n’ayez pas peur », a lancé l’avocat et essayiste Gilles-William Goldnadel au cours de la convention de la droite. Ben si en fait. On a peur. On a peur parce que Marion Maréchal se présente comme l’alternative à Emmanuel Macron : « Face aux délires du camp progressiste, le camp des réalistes que nous sommes à le devoir de se concentrer sur les grands défis du siècle », a-t-elle lancé. On a peur parce que leurs références sont à vomir – et sans doute condamnables : « Le nazisme est la modernité totale », a assumé l’essayiste et ancien haut-fonctionnaire Paul-Marie Coûteaux. On a peur parce que leurs héros contemporains s’appellent Bolsonaro, Trump, Salvini et Orban. On a peur pour ceux et celles qui fuient leurs pays au péril de leur vie parce qu’ils les considèrent comme des sous-hommes, des sous-femmes, des sous-enfants. On a peur parce que le camp du progrès, de l’émancipation, de l’égalité, de la solidarité et de l’écologie est désuni. Atone. Enfin on a peur, parce que c’est nos libertés qu’ils menacent.

    « On devait parler de liberté de penser, on a parlé que d’islam », s’est étonnée la journaliste Elisabeth Lévy, présente à la convention de la droite. Tiens donc, ça commence à se voir…

     

    Pierre Jacquemain 

    Rédacteur en chef de la revue Regards

    SOURCE : http://www.regards.fr/politique/article/marechal-nous-revoila?fbclid=IwAR1XiTwEpqQe1eOojFqOC1THdb4vzqSBWVcKweojmLx3f4mz4hMH9Ai-p1E#comments 

    « Immigration : Macron dans les pas de Marine Le PenLes loups sont entrés dans Paris *** Le piège d’Éric Zemmour »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Septembre à 14:54

    J'en connais un qui doit être déçu, Robert Ménard qui avait tenté sans succès l'opération à laquelle se livre Marion Maréchal !

    Eh oui, il faut un pouvoir politique qui permette d'assurer à celui de l'argent de continuer à engranger des dividendes. Et pour prendre ce pouvoir il faut la collaboration du MEDEF à l'entreprise. Eh dans cette affaire l'islam a un rôle décisif, celui d'empêcher que les citoyens prennent conscience de ce qui est en cause dans les difficultés insurmontables auxquelles nous somme confrontés.

    C'est que l'antisémitisme a fait son temps, il faut lui substituer l'islamophobie. La reconversion n'a pas l'air d'avoir trop de difficultés à se réaliser. Il faut dire que ce sont un peu les mêmes qui sont à la manoeuvre, ils ont l'expérience de la façon dont il faut orienter les masses.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :