• Ménard : la réécriture de l’Histoire puissante arme de l’extrême droite

     

    Ménard : la réécriture de l’Histoire puissante arme

    de l’extrême droite

    Ménard : la réécriture de l’Histoire puissante arme de l’extrême droite

    Robert Ménard, en janvier 2020. © AFP 

    Le très cathodique maire de Béziers, Robert Ménard, mène depuis sa ville une habile bataille culturelle. Dans « La Croisade de Robert Ménard », l’historien Richard Vassakos met au jour son efficace réécriture de l’Histoire au service de son idéologie d’extrême droite.

    Réélu triomphalement à la mairie de Béziers en 2020, Robert Ménard mène depuis 2014 une intense bataille culturelle qui passe, pour beaucoup, par une réécriture de l’Histoire, puisant dans les angoisses identitaires de notre époque. Dans La Croisade de Robert Ménard (Libertalia, 2021), l’historien Richard Vassakos décortique la manière dont l’édile, élu avec les voix du Rassemblement national (RN) manipule de façon complexe et adroite le récit national pour accréditer l’idée d’un choc civilisationnel en cours, provoqué par une immigration « colonisatrice ».

    Une mémoire qui pose un « eux » et « nous » ne pouvant conduire qu’à la guerre civile. Souvent allusif, fait de sous-entendus et d’audacieuses récupérations politiques, son discours, très proche de celui de son ami Éric Zemmour, infuse d’autant plus dangereusement qu’il est rarement déconstruit. Entretien.

    Mediapart : Comment Robert Ménard, élu à Béziers avec les voix du RN mais sans parti, s’y prend-il pour mener sa bataille culturelle à partir de sa ville ? Quels sont ses outils ? 

    Richard Vassakos : Robert Ménard dispose d’abord de très nombreux relais de communication, du fait de sa position originale dans l’espace public. Il est le seul maire d’une ville de 75 000 habitants à passer à la télévision, à la radio, pratiquement chaque semaine. Entre janvier et juin 2021, il a eu 70 passages en télé ou radio. 

    Il bénéficie aussi de tout l’écosystème de la « fachosphère », qui relaie amplement ses discours. Il intervient régulièrement sur Boulevard Voltaire – qui a été créé avec sa femme, la députée Emmanuelle Ménard – mais il a aussi un compte Twitter, un compte Facebook qui sont très suivis. En dehors de ces éléments propres à sa personnalité médiatique, il y a tous ceux attachés à sa fonction de maire.

    Ménard a doublé le budget de la communication de la ville, qui s’élève à environ 800 000 euros par an. Le Journal de Béziers est devenu bimensuel, une fréquence peu commune pour des localités de cette envergure. Robert Ménard est directeur de la publication et rien ne se fait sans son aval. Il l’a transformé, sur la forme, en news magazine avec des articles qui se veulent plus ou moins humoristiques mais qui sont souvent très orientés. L’éphéméride est un bon vecteur pour faire passer discrètement ses idées, comme lorsqu’en pleine crise des migrants, il publie : « 25 mai 1720. Arrivée d’un bateau en provenance de Syrie amenant la peste. » On est toujours dans l’allusion, le sous-entendu.

    L’éphéméride rapporte aussi régulièrement des faits divers qui se sont produits dans l’Algérie coloniale pour montrer la brutalité du monde arabo-musulman, avec une forme d’essentialisation.

    La partie culturelle du journal, avec des recensions d’ouvrages, des conseils de lecture, de films, permet de faire passer des messages.

    En dehors de cette communication, quels sont dans l’espace public les outils dont Robert Ménard dispose pour imposer ses idées et surtout son récit historique ? 

    Un des premiers outils est celui de la toponymie, la dénomination publique, qu’il a utilisée dès 2014 en supprimant la rue du 19-Mars [date des accords d’Évian mettant fin à la guerre d’Algérie– ndlr] , rebaptisée rue Denoix-de-Saint-Marc. Un choix tout à fait habile car Hélie Denoix de Saint-Marc est un ancien putschiste [il a pris part au putsch des généraux de 1961 pour renverser la République et conserver l’Algérie française, ndlr] mais aussi un ancien résistant déporté à Buchenwald, quelqu’un qui s’est mué en écrivain, a reçu la Légion d’honneur en 2007 par Nicolas Sarkozy. Il y a donc une ambivalence du personnage, sur laquelle Ménard a joué même si, lors de l’inauguration, la photographie le montrait en tenue de parachutiste, marquant que c’était bien le putschiste de 1961 qui était célébré.

    Ménard va aussi baptiser une promenade Beltrame, une rue du Père-Hamel, un rond-point du 13-Novembre, avec un point commun à chaque fois, les attentats islamistes et l’insistance en filigrane sur une thématique qui lui est chère : le choc des civilisations.

    Il y a aussi une très forte implication dans la statuaire, avec une dizaine de statues érigées depuis 2014. C’est là encore tout à fait singulier pour une ville de cette taille. Sur la grande place du 14-Juillet, que Ménard veut dédier à la Résistance, il a fait ériger face à la statue de Jean Moulin des bustes en hommage à Jan Palach, un étudiant qui s’est immolé par le feu à Prague en 1969 pour protester contre l’invasion soviétique, ou au prêtre Jerzy Popieluszko, figure de la lutte contre le régime communiste polonais, mais aussi figure traditionnaliste. Il a aussi construit un buste du socialiste Matteotti, tué par les fascistes en Italie, et une autre de Sophie Scholl, résistante au nazisme. Ménard souhaite à la fois s’approprier des figures de la gauche et mettre sur un plan d’égalité le nazisme et le communisme, relativisant ainsi leurs différences de nature et d’évolution, qu’ont démontrées différents historiens.

    Vous décrivez aussi comment Robert Ménard utilise toutes les cérémonies officielles comme des tribunes politiques. 

    Ménard adore faire des discours « lourds de sens », selon son expression. Alors que, traditionnellement, les cérémonies municipales sont des cérémonies républicaines, de recueillement, d’hommage, où les polémiques sont mises à distance, lui les sature d’idéologie. Il utilise l’Histoire de façon habile pour faire avancer ses idées en récupérant des personnages historiques, des résistants, pour faire bien souvent son propre portrait en creux.

    Il développe ainsi tout un récit sur la résistance biterroise dont il serait l’ultime avatar. Loin de la tradition républicaine de la résistance de la ville, lui serait le résistant face à la submersion migratoire, à l’islamisation.

    L’Algérie occupe une place particulière dans la réécriture de l’Histoire menée par Robert Ménard, en quoi ?  

    Robert Ménard, né à Oran en 1953, avec un père engagé dans l’OAS, a fait sur le sujet une volte-face assez spectaculaire. Il y a vingt ans, il évoquait avec horreur les propos d’un « racisme à vomir »  tenus dans sa famille nostalgique de l’Algérie française.

    Aujourd’hui, il mythifie totalement ce passé, sans doute avec des arrière-pensées électoralistes car, dans la région, le vote pied-noir et celui des harkis sont importants, mais pas uniquement.

    Il faut rappeler qu’en 2015, Robert Ménard avait souhaité que Renaud Camus, qui a popularisé le mythe du grand remplacement, écrive l’histoire de Béziers

    Ménard fait aussi un récit de la guerre d’Algérie comme s’inscrivant dans une continuité avec la vague terroriste actuelle. Il explique que l’Algérie était la rive sud de l’Occident : on la tenait, on l’a lâchée, et désormais l’invasion débute, le choc des civilisations commence. Il soutient que la guerre d’Algérie était un djihad qui se poursuit en 2015-2018.

    Dans son dernier livre, Ménard prend ses distances avec Éric Zemmour et avec la réthorique du grand remplacement. Or vous montrez bien que cette supposée théorie imprègne en fait toute sa conception de l’Histoire, avec l’idée que les colons d’hier sont colonisés à leur tour.

    C’est effectivement au cœur de ses discours. Il faut rappeler qu’en 2015, Robert Ménard avait souhaité que Renaud Camus, qui a popularisé le mythe du grand remplacement, écrive l’histoire de Béziers. Cela ne s’est finalement pas fait, mais c’était un choix éloquent, d’autant que Renaud Camus n’avait aucune qualification particulière pour écrire une telle histoire.

    Sur l’Algérie, il y a vraiment cette prégnance du schéma colonial. La mécanique de la rhétorique de Ménard est la même que celle de Zemmour, très bien décrite par Gérard Noiriel. Le choc des civilisations, le grand remplacement – qui n’est pas nécessairement formulé sous ce nom-là mais qui est constamment suggéré – reviennent cycliquement.

    Cette vision identitaire crée un « eux » et un « nous ». Elle désigne l’ennemi et l’identité des bons Français. Chez Ménard, cette thématique est aussi mâtinée de prosélytisme religieux en présentant la religion catholique comme assiégée.

    Lui qui s’attaque à l’emprise religieuse de l’islam s’accorde en effet quelques libertés en matière de laïcité. Comment se manifeste son prosélytisme religieux ? 

    L’exemple le plus médiatique et plus frappant a été, depuis 2014, l’installation d’une crèche dans la mairie. Il faut rappeler que c’est une rupture avec l’histoire de la ville de Béziers, très tôt déchristianisée et qui a été une citadelle radicale socialiste jusque dans les années 1970.

    Mais Ménard, désormais très proche de la frange traditionaliste de l’Église catholique, a aussi opéré une christianisation des cérémonies mémorielles, en particulier des cérémonies qui ont à voir avec la Seconde Guerre mondiale, puisque désormais il y a une messe à l’occasion du 8-Mai. Il a relancé la fête de Jeanne d’Arc avec un dépôt de gerbe devant la statue qui se trouve devant la cathédrale Saint-Nazaire. La féria de Béziers débute aussi désormais par une messe dans les arènes.

    Il fête aussi Hanouka, en allumant un chandelier devant la mairie, pour montrer qu’il est œcuménique. Mais il y a évidemment de grands absents dans cette liturgie municipale et clairement orientée contre une catégorie de population : les musulmans.

    Si Ménard a été condamné régulièrement pour l’installation de sa crèche, le sous-préfet n’a pas fait de référé l’an dernier, malgré les interpellations de plusieurs associations. Au bout de sept ans, l’État n’assure plus le respect de la loi de 1905 et de l’article 28 selon lequel on ne doit pas apposer de signes religieux dans les bâtiments publics, qui est bafoué dans la ville depuis 2014.

    Ménard : la réécriture de l’Histoire puissante arme de l’extrême droite

    “Le Journal de Béziers”, mai 2016.

    Vous montrez bien dans votre livre que sa manipulation est d’autant plus habile qu’elle est complexe et passe notamment par la réappropriation de figures de gauche. Quelle est sa stratégie en faisant cela ?  

    Dès 2007, Henri Guaino, conseiller de Sarkozy, avait théorisé la « désafiliation automatique », c’est-à-dire récupérer les figures du camp adverse pour élargir son audience, rassembler plus largement mais aussi mettre en défaut ses adversaires.

    Ménard l’a fait avec la figure de Jean Jaurès. Il y avait, bien avant l’élection de Ménard, entre les deux guerres, un projet d’ériger un monument en hommage à Jaurès sur la plus grande place de la ville, et ce monument n’a jamais été construit pour diverses raisons. En 2014, son adversaire socialiste avait proposé de terminer ce projet. Ménard a donc tenu la promesse de son adversaire, ce qui m’a fait penser à la formule de Pétain : « Je tiens les promesses, même celles des autres. »

    Ce qui est intéressant dans la mise en place de ce buste de Jaurès, c’est que Jaurès y est simplement qualifié d’« homme politique français ». Son socialisme est effacé, son pacifisme aussi, et il n’est pas mentionné non plus qu’il a été assassiné et par qui, c’est-à-dire le militant nationaliste Raoul Villain. On en fait un homme politique lambda dépouillé de sa dimension politique, idéologique.

    Ménard : la réécriture de l’Histoire puissante arme de l’extrême droite

     

    “Le Journal de Béziers”, 15 janvier 2016.

    Ménard mène la même réappropriation avec la figure de Jean Moulin, originaire de Béziers, ce qui lui permet aussi de réécrire sa version de la Résistance.  

    Jean Moulin est célébré par Ménard comme une figure patriotique, voire patriotarde, en oubliant totalement son engagement politique. Avant la Seconde Guerre mondiale, il appartient à l’aile gauche du parti radical, c’est un antifasciste qui se charge notamment de faire passer des avions en Espagne. Dans le récit de Ménard, tout cela est occulté, tout comme l’engagement profondément républicain de Moulin dans la Résistance, qui est un engagement hérité de son père, fervent républicain, élu de la ville et conseiller général de Béziers.

    À travers cette réécriture de l’Histoire, il y a aussi l’idée de faire de la Résistance uniquement une résistance à l’étranger plutôt qu’à l’idéologie nazie.

    Il use et abuse d’ailleurs de la figure de Daniel Cordier, le secrétaire de Jean Moulin, qui en 1939 était proche de l’Action française mais évolua très vite aux côtés de Moulin. Il s’en sert pour dire qu’une bonne partie de la droite monarchiste et nationaliste était à Londres.

    Cette lecture de la Résistance minimise le rôle de la gauche et dépolitise la Résistance. C’est aussi une façon de réhabiliter l’extrême droite maurrassienne dans laquelle Ménard puise l’essentiel de son fonds idéologique.

    En observant les références qu’il mobilise, on peut dire qu’il y a un fonds maurrassien extrêmement prégnant auquel il agrège Huntington pour Le Choc des civilisations et Renaud Camus pour Le Grand Remplacement. Il fait un syncrétisme avec tout ça qui correspond au fond à son projet d’union de toutes les droites, qui n’est autre qu’une resucée du « compromis nationaliste », vieux fonds tactique qui fait aussi partie de l’idéologie maurrassienne.

    La Croisade de Robert Ménard, une bataille culturelle d'extrêmedroite (Libertalia, 2021). préface de Nicolas Offenstadt.

    SOURCE : https://www.mediapart.fr/journal/france/280921/menard-la-reecriture-de-l-histoire-puissante-arme-de-l-extreme-droite
     

    HONTE à ménard !!!

    Le terme « islamisme » est de création française et l'usage de ce mot est attesté en français depuis le XVIIIe siècle, où voltaire l'utilise à la place de «MAHOmétisme  ». (source wikipedia). C'est pourquoi le mot « islamiste », comme on le constate sur la plaque ci-dessus, Ménard et toute la meute d’extrême droite l’identifie et l’amalgame aux groupes terroristes, cependant ce mot  est considéré par la plupart des musulmans modérés comme une forme pervertie et fanatisée de l'Islam… La grande majorité des islamiques ne sont pas des terroristes… MAIS ménard, lui, rêve  à un soulèvement des français contre les musulmans… nous ne le suivrons pas sur ce chemin de la honte… nous avons la leçon de la seconde guerre mondiale où des français stigmatisaient les juifs qui ont été exterminés dans les chambres a gaz nazis… dans l’algérie française ils brûlaient aussi des corps humains… sans oublier que pendant la guerre d'algérie l'armée française a brûlé au napalm 600 à 800 villages algériens de type "oradour-sur-glane"

    Robert Ménard instrumentalise la mémoire du père Jacques Hamel, Noureddine Aoussat, professeur et imam, lui répond :

     

    Non ! M. Ménard, nous ne croyons pas à votre sincérité dans l'inauguration d’une promenade Jacques-Hamel, à Béziers… Nous ne vous croyons pas, vous et toute la meute d'extrême droite,  vous stigmatisez les musulmans… vous avez même été condamné par la Justice de la France pour "provocation à la haine et à la discrimination" pour avoir déclaré qu'il y avait trop d'enfants musulmans dans les écoles de votre ville. En passant je vous dirai que du temps de "VOTRE"Algérie Française il y avait très peu de petits musulmans dans les écoles... Comme vos parents et la France coloniale vous ressemblaient déjà...

      Et puis le Père Jacques Hamel lorsqu’il a été appelé pour effectuer son service militaire pendant la  guerre d’Algérie a refusé de tuer d’autres hommes… donc votre Algérie française ne l’intéressait pas… et vous n'êtes pas un artisan de paix mais, plutôt un partisan de ce qui ressemble à une guerre civile... plus précisément à des affrontements interconfessionnels... 

     

    Béziers : 

    Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray 

    Robert Ménard inaugure 

    une promenade Jacques-Hamel 

    Robert Ménard, maire de Béziers (Hérault), a inauguré, dimanche 23 octobre 2016, une promenade au nom du prêtre tué en juillet 2016 dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray.

     

    Robert Ménard a inauguré une promenade au nom du père Jacques Hamel à Béziers (Hérault). (© Ville de Béziers) 

    Presque trois mois jour pour jour après son assassinat dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016, une promenade au nom du père Jacques Hamel a été inaugurée, dimanche 23 octobre 2016… à Béziers (Hérault). Une initiative du maire de la commune, Robert Ménard, élu avec le soutien du FN, de Debout la République et du Mouvement pour la France.  

    La plaque a été inaugurée en petit comité, en présence de l’archiprêtre de la ville et de représentants de la communauté juive. Si Robert Ménard a averti l’archevêque de Rouen, Mgr Lebrun, il n’y avait aucun représentant de Rouen ou de Saint-Étienne-du-Rouvray lors de la cérémonie.

    Honte à Ménard !!!

     

    Noureddine Aoussat répond au nostalgérique extrémiste Ménard : 

    Le professeur et imam Noureddine Aoussat, de passage à Béziers fin décembre, s’est arrêté devant la plaque commémorative à la mémoire du père Hamel lâchement assassiné le 26 juillet 2016.  

    (PS) Au cours de la vidéo vous allez entendre le bruit assourdissant d'un moteur d'une moto, c'est sûrement celle d'un ami de la meute extrémiste qui a cherché à perturber ce commentateur... 

     

     

    « Les Oubliés de la République« Vous êtes une projection de la France » : Emmanuel Macron s’adresse aux « petits-enfants » de la guerre d’Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :