• Ménard. - Les dessins du jour *** OFFICIELS : BEZIERS - LE 19 MARS, BÉZIERS NE FÊTERA PAS L'ABANDON DE L'ALGÉRIE

     Ménard. - Les dessins du jour

    Ménard. - Les dessins du jour

    Ménard. - Les dessins du jour

     

    Ménard. - Les dessins du jour

     

    Ménard. - Les dessins du jour

     

    Ménard. - Les dessins du jour

    OFFICIELS : BEZIERS - LE 19 MARS, BÉZIERS

    NE FÊTERA PAS L'ABANDON DE L'ALGÉRIE

    Ménard. - Les dessins du jour *** OFFICIELS : BEZIERS - LE 19 MARS, BÉZIERS  NE FÊTERA PAS L'ABANDON DE L'ALGÉRIE

    Ce 19 mars, comme chaque année, les drapeaux de la ville de Béziers seront en berne. Laisser flotter au vent notre étendard tricolore en ce jour de commémoration des « Accords d'Évian » serait une honte. Prétendre que ces « accords » marquent la fin de la guerre d'Algérie est un mensonge, tant les victimes - Harkis et Pieds-noirs - ont été nombreuses après cette date. Qu'on se souvienne notamment des tueries de la rue d'Isly ou du 5 juillet à Oran. Affirmer le contraire, c'est faire preuve de révisionnisme historique ! 

    Sans remettre en cause le sacrifice des appelés du contingent, il est du devoir de chaque patriote de rappeler que cette date reste celle d'une débâcle, d'une trahison politique et non d'une défaite militaire. L'armée française n'a pas perdu la guerre d'Algérie. Le pouvoir politique d'alors a abandonné l'Algérie française. La différence est de taille. 

    S'associer à cette célébration reste, pour beaucoup de nos compatriotes, un outrage, une insulte, un crachat lancé aux visages des dizaines de milliers de morts et de disparus en Algérie après le 19 mars 1962. Comme nombre de mes concitoyens, je m'y refuse. 

    Robert MENARD Maire de BEZIERS (17-03-17) 

    Ménard. - Les dessins du jour *** OFFICIELS : BEZIERS - LE 19 MARS, BÉZIERS  NE FÊTERA PAS L'ABANDON DE L'ALGÉRIE

    Ménard. - Les dessins du jour *** OFFICIELS : BEZIERS - LE 19 MARS, BÉZIERS  NE FÊTERA PAS L'ABANDON DE L'ALGÉRIE

    « Fils du peuple en uniforme, les soldats d’Algérie, lassés 
de la guerre, ont défendu leurs familles et la République. Guerre d’Algérie Quatre anciens combattants brivadois se souviennent du cessez-le-feu il y a cinquante-cinq ans »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter