• Merci M. le Président de la République d’avoir confirmé la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv en 1942… mais maintenant vous devez reconnaître les crimes du colonialisme

    Merci Monsieur le Président de la République d’avoir confirmé les propos de Jacques Chirac sur la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv en 1942… mais maintenant vous devez reconnaître les crimes de la France pendant la colonisation et la guerre d’Algérie… c’est ce qu’a affirmé Edwy Plénel président de Mediapart à la chaîne 3 de la radio algérienne (voir la vidéo à la fin) 

    Emmanuel Macron a réaffirmé dimanche 16 juillet 2017 la responsabilité de la France, et non du seul régime de Vichy, dans la rafle du Vel d'Hiv en 1942, en présence de Benjamin Netanyahu, premier dirigeant israélien à assister à cette cérémonie.

    "Oui, je le redis ici, c'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet 1942 à leur domicile", a déclaré le président de la République.

    "Pas un seul Allemand" ne participa à l'organisation de cette rafle, a ajouté le chef de l'Etat, qui a dit être "ici pour que se perpétue le fil tendu en 1995 par Jacques Chirac", le premier président de la République à reconnaître en la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites et non celle du seul régime de Vichy.

    "Récemment encore, ce que nous croyons établi par les autorités de la République, sans distinction partisane, avéré par tous les historiens, (...) s'est trouvé contesté par des responsables politiques français prêts à faire reculer la vérité", a rappelé M. Macron, sans citer nommément la présidente du FN, Marine Le Pen.

    "Ce serait faire beaucoup d'honneur à ces faussaires que de leur répondre. Mais se taire serait pire, ce serait être complice", a lancé M. Macron.

    Ce que n’a pas dit aujourd’hui Emmanuel Macron en raison de la présence du dirigeant israélien Benjamin Netanyahu : concernant le conflit israélo-palestinien, Emmanuel Macron, qui a reçu récemment à l'Elysée le président palestinien Mahmoud Abbas, avait réitéré son soutien à la solution des deux Etats et condamné la colonisation israélienne.

     

    Edwy Plénel à la Radio Algérienne :

     « Il ne s’agit pas, pour la France,

     de s’excuser, mais de reconnaître

     ses crimes»

     

    Comme à son habitude, le journaliste et écrivain, Edwy Plénel, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour dénoncer les politiques conservatrices qui plongent l’humanité dans des conflits de civilisation et des guerres identitaires. Lors de son passage à l’émission L'invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne, M. Plénel a fustigé le «vieux monde» fait de drames et de tragédies, en appelant les peuples à la solidarité et à l’invention d’un autre monde juste, fraternel et humain.  

    Revenant sur la stigmatisation des musulmans de France, Edwy Plenel dénonce les politiques «en quête de bouc émissaire» pour faire oublier la question sociale. «On ethnicise, on met du religieux pour oublier qu’il y a des ouvriers, des opprimés et qui réclament simplement de la dignité et de l’égalité», a-t-il souligné.

    Tout en rappelant la stigmatisation des juifs en Europe par le passé, l’invité de la Chaine 3 appelle à la solidarité avec les minorités car, explique-t-il, «si on ne veille pas à être solidaire de la minorité stigmatisée du moment, un jour tout le monde sera frappé».

    Pour M. Plénel, cette question de repli sur soi ne se pose pas uniquement en Occident, mais elle concerne tous les peuples et menace le monde dans son ensemble. «Cette tendance au nationalisme fermé et à l’identité close existe partout», a-t-il regretté en rappelant que ces idéologies meurtrières ont toujours conduit l’Humanité à des drames, à l’instar des deux Guerres mondiales.       

    Le journaliste et directeur du journal d'investigation en ligne, Mediapart, appelle à penser à la pluralité pour «faire vivre la dynamique du peuple». Il soutien, dans ce sens, que «l’Algérie a dû penser dans son chemin à la pluralité de son peuple (...) Oui, Il y a une histoire arabe, mais il y a un grand peuple berbère, comme il y a eu une communauté juive…».

     

    Les interventions européennes et américaines rajoutent du désordre au désordre

    M. Plénel a, une nouvelle fois, condamné les interventions militaires occidentales qui sont à l’origine du désordre mondial et des attentats terroristes en Europe. «Nous savons d’où viennent les attentats. Ils viennent d’un mensonge d’Etat, devenu mensonge médiatique et qui a permis aux Etats-Unis, après les attentats de septembre 2001, d’envahir un pays et de détruire son Etat». Il y a, également, l’intervention militaire de la France en Libye qu’il qualifie de «guerre privée» menée par l’ex-président français dans le but de détruire les preuves sur le financement de sa campagne électorale de 2007 par Kadhafi.

    Reconnaître les crimes pour ne pas répéter

    les drames

    Interrogé sur la repentance de la France sur ses crimes coloniaux en Algérie, l’invité de la Chaine 3 a réitéré son appel aux autorités de son pays à reconnaitre «les crimes pour ne pas répéter les drames» et à ne pas faire de hiérarchie entre les crimes. «Il ne s’agit pas de s’excuser, insiste-t-il, mais de reconnaitre (...) Moi, je regrette que nos dirigeants politiques ne viennent pas, ici à Alger, dire : oui, la colonisation était une erreur. Oui, elle a créé des drames, mais en même temps elle a créé les liens qui permettent que je viens le dire», a-t-il déclaré. 

     

     

    « Aujourd'hui je souhaite vous présenter le film « Troufions » parce que ce film a été très critiqué par tout ce qu’on appelle la nostalgérie extrémiste et aussi par les gradés de l’arméeJean-Jacques Susini, dernier nostalgique de l'Algérie française »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter