• Mission sur la mémoire de la guerre d’Algérie : Mise au point de Benjamin Stora

     

     

    Mission sur la mémoire de la guerre

    d’Algérie :

     Mise au point de Benjamin Stora

     

    Mission sur la mémoire de la guerre  d’Algérie : Mise au point de Benjamin Stora

     

    JOEL SAGET/AFP

    FIGAROVOX/TRIBUNE - Mis en cause par Jean Sévillia dans un texte publié sur FigaroVox le 27 juillet, l’historien Benjamin Stora se défend de toute approche complaisante ou partielle à l’égard de la mémoire algérienne de la colonisation française et de la guerre d’Algérie. Ses travaux, rappelle-t-il, ont porté sur la mémoire des deux camps, y compris grâce à l’étude des archives militaires françaises.

    Par Benjamin Stora

     

    Benjamin Stora est Professeur des universités et Inspecteur général de l’Education nationale. Il s’est vu confier par le Président de la République une mission sur «la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie». 

    Dans un long entretien au Figaro du 27 juillet 2020, Monsieur Jean Sévilla explique, à l’occasion de la mission que m’a confié le Président de la République pour «une réconciliation entre la France et l’Algérie», que j’ai adopté une attitude «partielle donc partiale» à propos de la guerre d’Algérie.

    Il note, à l’appui de sa démonstration, que je n’ai pas parlé de l’enlèvement et la disparition des Européens à Oran en juillet 1962. J’ai traité de cette question dans un chapitre entier de La gangrène et l’oubli, livre paru en 1991 (Éd. La Découverte). Sur mon absence de référence dans mes travaux sur les Européens d’Algérie, je vous signale que j’ai été le conseiller scientifique du documentaire Les pieds-noirs d’Algérie. Une histoire française, diffusé sur France 2 en 2017 (Roche Productions). Dans l’entretien au Figaro, il n’est, d’autre part, jamais fait mention de mes écrits sur l’histoire de la communauté juive d’Algérie (Les trois exils, Éd Stock, 2006, ou Les clés retrouvées, Éd. Stock, 2014). Mais en évoquant l’histoire des juifs d’Algérie dans trois de mes ouvrages, n’est-il pas question des Français d’Algérie?

    Le journaliste interrogé me reproche également d’avoir accordé trop d’importance à l’histoire du FLN algérien et ses divisions internes. Sur ce point précis, j’ai longuement évoqué le massacre de Melouza, des villageois messalistes, par une unité de l’ALN en mai 1957, dans ma thèse sur Messali Hadj, soutenue en... 1978 sous la direction du Professeur Ageron, thèse présidée par Jacques Berque. Et sur les déchirements internes qui ont affecté la société algérienne, il est possible de lire également mon long article paru dans Les Temps modernes sur la tragédie des harkis, article paru en 2012.

    J’ai longuement travaillé sur les soldats, notamment dans mes ouvrages, Appelés en guerre d’Algérie (Éd. Gallimard, 1997, collection «Découverte), et Algérie, (Éd Les Arènes, 2013).

    Par contre, je ne trouve rien dans les propos du journaliste interrogé sur la réalité du système colonial mis en place par la France en Algérie, sur les milliers d’Algériens disparus pendant la guerre, les «zones interdites» et les déplacements forcés de centaines de milliers de paysans, l’utilisation du napalm, ou la pose des mines aux frontières.

    Comme vous le voyez, si, effectivement, j’ai traité de l’histoire du nationalisme algérien, avec notamment mes biographies de Messali Hadj ou de Ferhat Abbas (Éd Denoel, 1994, avec Zakya Daoud), ou mon Dictionnaire biographique des militants algériens paru en 1985, ma «mémoire» n’est pas «hémiplégique» comme le prouvent mes quarante années passées dans mes recherches sur l’histoire de l’Algérie.

    Je voudrais attirer votre attention sur un autre aspect évoqué dans cet article, le rapport aux archives de l’armée française. Contrairement à ce qui est écrit, j’ai longuement travaillé à Aix-en-Provence, à Vincennes et à Ivry (depuis les années 1970) sur les archives écrites, et audiovisuelles de l’armée française, dont des pans entiers restent encore à découvrir pour les chercheurs. Notamment pour la rédaction de mon histoire de l’Algérie contemporaine, mon ouvrage sur la police (une publication d’un document des Renseignements généraux de 137 pages, dans RG contre le FLN, Éd. J. Duvernet, 2011), et les documentaires, Les années algériennes, (réalisation Bernard Fabre, 1991), La déchirure (réalisation Gabriel Le Bomin, 2012), et Notre histoire (réalisation Jean-Michel Meurice, diffusion en 2012).

    Je dois également vous signaler que j’ai dirigé et présidé une vingtaine de thèses soutenues à l’université française (de 1985 à 2018), qui, toutes, ont été établies à partir, notamment, des archives de l’armée française, et des témoignages d’acteurs, français et algériens. Sur cette question de la non-consultation d’archives (à Aix-en-Provence, à Paris ou en Algérie), j’ai donc demandé à rectifier les affirmations sur mes travaux contenues dans cet entretien.

    Bien entendu, Jean Sévilla peut être en désaccord avec mes travaux, mais il n’est pas possible d’en nier la pluralité, sur ces questions complexes, depuis plus de quarante ans.

    SOURCE : https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/mission-sur-la-memoire-de-la-guerre-d-algerie-mise-au-point-de-benjamin-stora-20200729 

     

    « Henri Pouillot à l’honneur dans la Presse algérienneLe point sur le travail mémoriel France / Algérie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    2
    Yvon Priou
    Jeudi 30 Juillet à 12:25

    En réponse a Jacques,  car Jean Sévilla << n'est pas prêt de l'éclairer malgré sa compétence ?? )  sur la question   <<Reste un mystère, pourquoi les Algériens ont engagé une guerre si atroce contre leurs bienfaiteurs ? >>

    << Proclamation ;

                Au peuple algérien

                Aux militants de la cause nationale

    Alger, le 31 Octobre 1954

    « Vous qui êtes appelés à nous juger, le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement, notre souci en diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussé à agir, en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain.

    Notre désir aussi est de vous épargner la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents : administratifs et autres politicailleux véreux.

    Nous considérons avant tout qu’après des décennies de lutte, le Mouvement national a atteint sa phase finale de réalisation. En effet, le but du mouvement révolutionnaire étant de créer toutes les conditions favorables pour le déclenchement d’une action libératrice, nous estimons que sous ses aspects internes le peuple est uni derrière le mot d’ordre d’indépendance et  d’action, et, sous ses aspects externes, le climat de détente est favorable pour le règlement des problèmes mineurs, dont le nôtre, avec l’appui diplomatique des frères arabes et musulmans.

    Les événements du Maroc et de la Tunisie sont à ce sujet significatif et marquent profondément le processus de libération de l’Afrique du Nord >> 

    1
    Jeudi 30 Juillet à 08:40

    Eh oui mais tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes au temps du  colonialisme ! Et la France avait apporté le bonheur clé en mains aux autochtones d'un pays qui ne s'appelait pas encore l'Algérie mais la Régence. Evidemment il fallait asseoir l'implantation de la civilisation par la  domination militaire ce qui s'est prduit pendant les 132 ans qu'a duré la colonisation.

    Reste un mystère, pourquoi les Algériens ont engagé une guerre si atroce contre leurs bienfaiteurs ? Nous ne doutons pas que ce Jean Sévillia ne nous éclaire de sa compétence sur cette question mystérieuse.

    Accessoirement on pourrait s'intéresser au sort qu'ont connu les appelés du contingent qui ont eu le malheur d'avoir 20 ans en ce temps-là. Il y a dans cette affaire tout un tas d'aspects qui demandent des analyses précises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :