• « Moi, les médailles, je m’en fous »

     

    « Moi, les médailles, je m’en fous »

     

    « Moi, les médailles, je m’en fous »

    France 3 diffuse ce jeudi à 23 h 35 « Prisonniers français du FLN ». Un documentaire poignant sur une facette méconnue du conflit algérien et sur des hommes ballottés au gré de la guerre.

    Ils s’appellent Claude Gabet, Robert Bonnet, Jean Dziezuk et Maurice Lanfroy. Tous ont servi sous le drapeau français durant la guerre d’Algérie. Tous ont été prisonniers du FLN, le Front de libération nationale algérien, alors opposé au pouvoir colonial en place.

    Vous pouvez visualiser aussi, ci-dessous, en intégralité ce documentaire ainsi que le commentaire de Raphaëlle Branche. 

    En Algérie, durant la guerre d'indépendance, contre toute attente, le maquis FLN fit des prisonniers pour internationaliser le conflit grâce au CICR et pour s'affirmer en tant que force armée en capacité de faire des prisonniers de guerre et en capacité de négocier leur libération sur un pied d'égalité avec l'Etat français. Comme la France n'y voyait pas une guerre, elle nia l'existence même de ces prisonniers, les raya de la mémoire collective. L'historienne Raphaëlle Branche, spécialiste de la guerre d'Algérie, auteure du livre "Prisonniers du FLN" est questionnée dans ce documentaire sur cette première enquête historique sur les prisonniers de Front de Libération Nationale, page méconnue de la guerre d'Algérie. Réalisation : Jeanne Menjoulet Production : CHS

     

      

    « Moi, les médailles, je m’en fous »

    « Moi, les médailles, je m’en fous »

    « Hommage de la municipalité d'Orange à un officier félon le 7 juin 2019 - Suite.Hier après-midi au Père Lachaise ! une belle et émouvante cérémonie en hommage à Maurice et Josette Audin »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Juin à 12:58

    Yvan Priou Effectivement les Prisonniers du FLN auraient aimé "une petite reconnaissance" après leurs libérations - Ils n'ont rien eu de la nation française !!! Un des quatre prisonniers de 1958, libérés après 283 jours de détention vient de DCD dernièrement le 16 mai 2019 a Tarbes. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :